AVC : ces facteurs inattendus peuvent le déclencher

En France, une personne fait un AVC toutes les 4 minutes. Et chaque année, ces accidents tuent 30 000 personnes. Cette hécatombe, on la doit à l’hypertension, au tabac, mais aussi à d’autres facteurs émergents, encore totalement insoupçonnés il a peu. On les aborde avec le Pr Sonia Alamowitch, neurologue et chef de service neurologique de l’Hôpital Saint Antoine (Paris).

AVC : ces facteurs inattendus peuvent le déclencher© Istock

L'accident vasculaire cérébral (AVC) est un trouble vasculaire cérébral touchant les vaisseaux sanguins chargés d’amener le sang au cerveau. Il peut s’agir d’un caillot sanguin qui obstrue un vaisseau ou d’un vaisseau rompu. Le plus souvent, le flux sanguin rencontre un obstacle qui va bloquer son passage vers les différentes parties du cerveau. Ce phénomène va priver le cerveau d’oxygène, ce qui constitue une urgence vitale.

"Le cerveau est alors en grande souffrance, décrit le Pr Sonia Alamowitch, chef du service de Neurologie et d’Urgences Neurovasculaires de l’Hôpital Saint Antoine (Paris). Les effets dévastateurs d’un AVC sont souvent permanents, car les cellules cérébrales mortes ne sont pas remplacées".

La spécialiste évoque deux types d’AVC : "Les AVC ischémiques ou infarctus cérébraux représentent 80 % des AVC. Ils se manifestent lorsqu’un caillot de sang se forme et bloque la circulation sanguine dans une artère. Les AVC hémorragiques (20 % des AVC) surviennent par la rupture d’une artère, ce qui va déclencher une hémorragie cérébrale".

Les AVC, première cause de handicap chez l’adulte

Les infarctus cérébraux provoquent des dommages parfois irréversibles : lorsqu'ils sont privés d'oxygène en raison de l’obstruction vasculaire, environ 2 millions de neurones meurent chaque minute.

En fonction des zones du cerveau privées d'oxygène, les conséquences vont être plus ou moins importantes. "La zone touchée ne pourra alors plus fonctionner, ce qui pourra avoir un impact sur les facultés du patient comme sa mobilité, sa vision ou encore son langage, explique le Pr Alamowitch. Le plus fréquemment, l’AVC va affecter la mobilité du patient et le rendre paralysé. Et si l’AVC est très répandu, toutes les fonctions du patient peuvent être impactées".

En France, l’AVC touche 140 000 patients chaque année. Malheureusement, ils sont 30 000 à y succomber. "En outre, on estime qu’un patient sur deux gardera un handicap, précise le Pr Alamowitch. Les conséquences ne sont pas minimes et vont aussi avoir un impact sur le moral du patient. Il est relativement fréquent qu’un AVC génère à terme une dépression". L’AVC représente la première cause de handicap physique de l’adulte.

L’AVC peut survenir à tout âge : si l’âge moyen est de 74 ans, 25% des patients ont moins de 65 ans et 10% ont moins de 45 ans. Ces dernières années le nombre d’AVC affectant des personnes jeunes a augmenté de manière significative.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.