Avant la pose : le risque du bouchon de cérumen

Les prothèses auditives destinées à corriger les pertes de l’audition se présentent principalement sous forme de contours d’oreille ou d’appareils intra-auriculaires.

Dans tous les cas, il est nécessaire de s’assurer avant la pose de l’appareil que le conduit auditif n’est pas obstrué par un bouchon d’oreille en réalisant une otoscopie.

Pourquoi ? "D’une part, la présence d’un bouchon de cérumen peut gêner la prise d’empreinte de la prothèse. D’autre part, il existe un risque que le bouchon soit poussé en profondeur dans le conduit lors de la pose et donc que le son ne parvienne pas jusqu’au tympan" avertit Dan Bettach, audioprothésiste et fondateur des Centres Ideal Audition.

Attention : "L’audioprothésiste devra également vérifier pendant l’otoscopie que le tympan n’est ni percé ni congestionné" ajoute le spécialiste.

Un risque de compression du conduit auditif

Le confort physique d’une prothèse auditive est primordial et toute sensation de gêne doit faire l’objet d’une consultation chez l’audioprothésiste. "Sur certains modèles, l’embout de la prothèse auditive peut comprimer le conduit auditif. L’audioprothésiste devra alors retoucher l’embout pour soulager les zones comprimées" détaille Dan Bettach.

Bon à savoir : "La gêne peut être prédominante dès l’installation ou apparaître deux à trois jours plus tard" souligne l’audioprothésiste. Une visite de contrôle quelques jours après la pose puis un ou deux rendez-vous annuels permettent de maintenir un bon confort physique.

Attention à la sur-amplification des sons

Outre le confort physique, le confort auditif doit également faire l’objet d’un suivi poussé. "Dès la pose de l’appareil, l’audioprothésiste s’appuie sur l’audiométrie du patient pour ne pas que l’amplification sonore soit trop forte", décrit Dan Bettach. "Les prothèses actuelles autorisent la plupart du temps une audiométrie in situ, c’est-à-dire que le réglage de la puissance sonore est possible avec la prothèse en place. Cela limite le risque de suramplification" précise l’audioprothésiste.

Bon à savoir : Il est recommandé de réaliser un contrôle audiométrique après une courte période d’adaptation de quelques jours et lors des visites annuelles pour affiner le réglage sonore.

A l’inverse, une sous-correction de la prothèse rend la puissance sonore insuffisante. L’audioprothésiste pourra également régler l’appareil dans ce cas.
Il ne faut donc pas hésiter à rendre visite à son audioprothésiste ou à consulter son médecin ORL en cas de changement du volume sonore entendu, car un mauvais réglage de la prothèse auditive peut altérer l’état de l’audition.

Risque de prothèse bouchée : comment l’éviter ?

"Si, quand on touche le microphone de la prothèse situé sur le contour de l’appareil ou en intra auriculaire, aucun frottement n’est entendu, ou que l’on n’entend pas le signalement sonore de fin de vie de la pile, cela signifie que la prothèse est bouchée par du cérumen" avertit Dan Bettach. Il faut alors consulter son audioprothésiste pour réaliser un nettoyage de la prothèse.

Pour éviter cela, pratiquez un entretien régulier : nettoyez la partie de votre prothèse qui s’introduit dans l’oreille avec des produits adaptés en spray ou en lingettes pour éviter qu’elle ne se bouche avec du cérumen.

Un risque de mauvaise compréhension de la parole parmi un bruit ambiant

Le principal défaut des prothèses auditives réside dans la perception d’une parole ou d’un son précis en présence de bruit de fond. "C’était le cas, il y a quelques années, mais grâce aux évolutions technologiques réalisées au cours de ces trois dernières années, la compréhension de la parole dans un bruit ambiant s’est considérablement améliorée", rassure Dan Bettach.

Bon à savoir : "Un contrôle régulier de cette performance peut s’effectuer en cabine chez l’audioprothésiste grâce à des tests de vérification" souligne le spécialiste. En parallèle, une consultation chez l’ORL tous les deux ou trois ans permet de suivre l’évolution de l’audition et de corriger d’éventuelles nouvelles pertes auditives.

Sources

Merci à Dan Bettach, audioprothésiste et fondateur des Centres Ideal Audition.

Vidéo : Perte d'audition : les signes d'alerte