5 astuces pour se débarrasser des acouphènes

Publié le 18 Juillet 2019 à 10h14 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Bruits auditifs particulièrement gênants pour la personne qui en souffre, les acouphènes peuvent faire suite à un traumatisme sonore ou à un choc psychologique. Lorsqu’ils sont installés, c’est souvent le cumul de plusieurs thérapies qui permet de les atténuer. Le point sur les solutions avec le Dr. Philippe Barraqué.
Istock

Les acouphènes sont des bruits auditifs suggestifs, seulement perçus par le patient, qui peuvent prendre la forme de bourdonnement, de grésillement ou de sifflement. Ils résultent d’un dysfonctionnement du système nerveux auditif, et peuvent être temporaires, intermittents ou continus.

Acouphènes : quelles sont les causes ?

Ces bruits parasites peuvent avoir plusieurs causes, explique le Dr. Philippe Barraqué, musicothérapeute, fondateur de la méthode “Stop Acouphènes” et auteur de Dites stop à vos acouphènes (éd. Guy Trédaniel). “Ils apparaissent souvent après un traumatisme sonore, comme l’écoute prolongée (et répétée) d’une musique trop forte ou un coup de feu. Mais ils peuvent aussi faire suite à un stress important, la prise de certains médicaments, des problèmes circulatoires ou une dorsalgie”.

Bruits parasites : 15 % de la population concernés

Selon l’association France Acouphènes, ce phénomène affecte environ 15 % de la population à un moment ou à un autre de la vie. Une enquête Ifop de 2018 révèle que 14 à 17 millions de Français seraient concernés par ce problème, en nette augmentation chez les plus jeunes.

S’il est tout à fait possible de vivre avec, les acouphènes peuvent générer une souffrance psychologique importante, et impacter la qualité de vie. Une étude menée auprès de 72 000 suédois et publiée au mois de mai révèle que montre que les personnes souffrant d’acouphènes sévères sont plus sujettes à l’anxiété et à la dépression. “Parmi les 16 000 répondants victimes d’acouphène, 2 404 ont déclaré avoir tenté de mettre fin à leurs jours”, soulignent les auteurs de l’étude.

La thérapie sonore fréquentielle a largement fait ses preuves

Heureusement, des solutions existent pour les atténuer, et détourner son attention de ces symptômes auditifs. Parmi elles, la thérapie sonore a largement fait ses preuves. Ce “processus d’atténuation sonore” agit sur le plan neuronal, pour modifier une pensée obsessionnelle ou un bruit parasite.

Thérapie fréquentielle : en quoi ça consiste ?

La thérapie sonore consiste à écouter des bruits blancs ou roses, dits neuroacoustiques, plusieurs heures par jour. “Ces bruits agissent comme une sorte de masquage et, à force de les entendre, le cerveau va se déprogrammer de l’acouphène”, explique le Dr. Barraqué. Pour une bonne efficacité, il faut écouter une heure de ces bruits quotidiennement, pendant au moins six mois.

S’il s’agit d’une des méthodes les plus efficaces pour atténuer les acouphènes, le spécialiste recommande toutefois de la coupler avec d’autres techniques, notamment anti-stress, afin d’en décupler les performances. “Bien souvent, c’est l’accumulation des thérapies qui permet un réel mieux être, au bout de quelques mois”.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.