Ces tiques géantes, qui courent après leur proie, se propagent en France

Leur nom fait trembler les promeneurs. Appelées Hyalomma marginatum, ces tiques sont capables de courir après leur proie sur une distance de 100 mètres ! Vecteur de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, ces parasites sont décidément sans pitié envers leurs victimes.

Les tiques n’ont pas fini de terrifier les promeneurs ! Une nouvelle espèce a été identifiée aux Pays-Bas courant juillet : il s’agit des tiques géantes, connues sous le nom de Hyalomma marginatum. Ces parasites ont la particularité de courir après leur proie pendant 10 minutes, sur une centaine de mètres. Ils présentent une grande taille et des pattes rayées. De quoi faire frémir !

Particulièrement présente en Afrique du Nord, cette espèce semble aimer voyager. En effet, ces tiques commencent à envahir l’Europe à commencer par l’Espagne, l’Italie ainsi que les côtes méditerranéennes françaises, selon une étude publiée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, ce parasite est aussi vecteur de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Cette pathologie s’avère fatale pour 30% des patients atteints, alerte l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). "La mort survient au cours de la deuxième semaine de la maladie", partage-t-elle. Les tiques peuvent donc ajouter une maladie supplémentaire à leur palmarès !

Les tiques géantes, capables de pondre 7 000 œufs

Contrairement aux autres tiques, les Hyalomma marginatum traquent leurs proies et ne se contentent pas de les attendre sagement. Dès qu’elles détectent des vibrations, un dégagement de dioxyde de carbone ou encore la chaleur corporelle d’un être vivant (humain ou animal), ces bestioles vont courir jusqu’à lui pour le coloniser. Cette course-poursuite peut durer plus de 10 minutes !

Les plus infestés s’avèrent néanmoins les volatiles (oiseaux migrateurs). Les tiques peuvent s’accrocher à eux et y rester 30 jours tout en se nourrissant de leur sang. Une fois rassasiées, les tiques femelles se laissent tomber au sol où elles peuvent pondre jusqu’à 7 000 œufs avant de mourir. Une étude sur les oiseaux migrateurs arrivant au Royaume-Uni a démontré qu’ils étaient 21% à transporter des tiques géantes.

Fièvre hémorragique de Crimée-Congo : les signes révélateurs

Après une piqûre de tique, la durée d’incubation est d’environ un à trois jours. Selon l’OMS, les symptômes sont assez intenses : fièvre, douleurs musculaires, vertiges, raideur de la nuque, céphalée et sensibilité des yeux face à la lumière. "On observe parfois un début de nausées, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs abdominales et un mal de gorge, puis de brutales sautes d’humeur et de la confusion".

Au bout de deux à quatre jours, le patient peut être frappé par une somnolence et un état dépressif.

Mais cette fièvre hémorragique implique aussi des signes plus graves comme la tachycardie, tuméfaction des ganglions et éruption cutanées saignantes sur les faces internes des muqueuses comme dans la bouche, dans la gorge et sur la peau."Il y a, en général, des signes d’hépatite et les sujets les plus gravement atteints peuvent développer une dégradation rapide de la fonction rénale, une insuffisance hépatique ou pulmonaire soudaine, à partir du cinquième jour de la maladie", complète l’OMS.

Comment réduire le risque d’infection ?

Il n’existe aucun vaccin, ni pour l’Homme ni pour l’animal, pouvant nous prémunir de cette grave maladie. Le meilleur moyen d’éviter la fièvre de Crimé-Congé est donc d’éviter d’être colonisé par l’un de ses tiques. L’OMS recommande de porter des vêtements à manches longues et pantalons longs, surtout si vous prévoyez de sortir en forêt. Idéalement, misez sur des vêtements clairs afin de pouvoir détecter facilement les tiques qui s’y accrochent.

"Utilisez des répulsifs sur votre peau et vos vêtements et vérifiez régulièrement si vous n’êtes pas une cible, préconise l’OMS. Et surtout, évitez les endroits où les tiques sont les plus actives, notamment les étables et les écuries".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.