Sommaire

Les tiques n’ont pas fini de terrifier les promeneurs ! Une nouvelle espèce se propage en Europe depuis quelques années : il s’agit des tiques géantes, connues sous le nom de Hyalomma marginatum. Relativement inoffensives pour les animaux, elles sont potentiellement mortelles pour l’homme, puisqu’elles peuvent être porteuses du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo.

Cette pathologie s’avère fatale pour 30 % des patients atteints, alerte l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). "La mort survient au cours de la deuxième semaine de la maladie", partage-t-elle. Les tiques peuvent donc ajouter une maladie supplémentaire à leur palmarès !

Les tiques géantes envahissent la France !

Particulièrement présente en Afrique du Nord, cette espèce semble aimer voyager. En effet, ces tiques commencent à envahir l’Europe à commencer par l’Espagne, l’Italie ainsi que les côtes méditerranéennes françaises, selon une étude publiée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Elle a également été identifiée pour la première fois aux Pays-Bas durant l'été 2019.

Dans le sud de la France, où cette tique est désormais bien implantée, elle fait l’objet d’une enquête depuis 2017, menée par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad).

Les tiques géantes courent après leur proie

Plus grosses que les tiques que nous connaissons habituellement, celles appartenant à l’espèce Hyalomma marginatum possèdent des pattes rayées et se déplacent rapidement sur le sol.

Plus encore, ces parasites traquent leurs proies et ne se contentent pas de les attendre sagement. Dès qu’elles détectent des vibrations, un dégagement de dioxyde de carbone ou encore la chaleur corporelle d’un être vivant (humain ou animal), ces bestioles courent jusqu’à lui pour le coloniser. Cette course-poursuite peut durer plus de 10 minutes, sur une distance de cent mètres !

Ce parasite peut pondre jusqu'à 7 000 œufs

"Lorsque cette tique est présente sur une zone, elle se fixe en priorité sur les chevaux. C’est l’espèce sentinelle. Puis lorsqu’elle est en grand nombre, elle s’attaque à d’autres bêtes d’élevages (ruminants) ou sauvages (sangliers…) et à l'homme", explique Frédéric Stachurski, vétérinaire acarologue au Cirad de Montpellier, interrogée par nos confrères de Midi Libre.

Les volatiles, et notamment les oiseaux migrateurs, font aussi partie des espèces les plus infestées. Les tiques peuvent s’accrocher à eux et y rester 30 jours tout en se nourrissant de leur sang. Une fois rassasiées, les tiques femelles se laissent tomber au sol où elles peuvent pondre jusqu’à 7 000 œufs avant de mourir. Une étude sur les oiseaux migrateurs arrivant au Royaume-Uni a démontré qu’ils étaient 21 % à transporter des tiques géantes.

Photo : tique appartenant à l'espèce Hyalomma marginatum

Photo : tique appartenant à l'espèce Hyalomma marginatum© Creative Commons

© CC - Domaine public, Auteur : Adam Cuerden, Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hyalomma_marginatum.jpg?uselang=fr

Fièvre hémorragique de Crimée-Congo : les signes révélateurs

Fièvre hémorragique de Crimée-Congo : les signes révélateurs© Istock

Après une piqûre de tique, la durée d’incubation de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo est d’environ un à trois jours. Selon l’OMS, les symptômes sont assez intenses : fièvre, douleurs musculaires, vertiges, raideur de la nuque, céphalée et sensibilité des yeux face à la lumière.

"On observe parfois un début de nausées, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs abdominales et un mal de gorge, puis de brutales sautes d’humeur et de la confusion". Au bout de deux à quatre jours, le patient peut être frappé par une somnolence et un état dépressif.

Mais cette fièvre hémorragique implique aussi des signes plus graves comme la tachycardie, une tuméfaction des ganglions et des éruptions cutanées saignantes sur les faces internes des muqueuses comme dans la bouche, dans la gorge et sur la peau.

"Il y a, en général, des signes d’hépatite et les sujets les plus gravement atteints peuvent développer une dégradation rapide de la fonction rénale, une insuffisance hépatique ou pulmonaire soudaine, à partir du cinquième jour de la maladie", complète l’OMS.

Comment réduire le risque d’infection ?

Il n’existe aucun vaccin, ni pour l’Homme ni pour l’animal, pouvant nous prémunir contre cette grave maladie. Le meilleur moyen d’éviter la fièvre de Crimé-Congé est donc d’éviter d’être colonisé par une tique porteuse du virus.

L’OMS recommande de porter des vêtements à manches longues et des pantalons longs, surtout si vous prévoyez de sortir en forêt. Idéalement, misez sur des vêtements clairs afin de pouvoir détecter facilement les tiques qui s’y accrochent.

"Utilisez des répulsifs sur votre peau et vos vêtements et vérifiez régulièrement si vous n’êtes pas une cible, préconise l’OMS. Surtout, évitez les endroits où les tiques sont les plus actives, notamment les étables et les écuries".

Tiques : des signes parfois similaires au Covid-19

Tiques : des signes parfois similaires au Covid-19© Istock

L'Académie nationale de médecine et de l'Académie Vétérinaire de France alertent : cet été, les syndromes pseudo-grippaux ne seront pas tous liés au Covid-19. Certaines zoonoses, transmises notamment par des tiques, peuvent occasionner des signes similaires.

La survenue récente d'un foyer d'encéphalites à tiques (TBE) dans le département de l'Ain a d'abord fait penser au coronavirus. En effet, cette maladie se caractérise d'abord par un syndrome pseudo-grippal, avec des symptômes tels que la fièvre, la fatigue, les céphalées et les douleurs musculaires. Ces derniers durent entre deux et quatre jours. Une à deux semaines plus tard, l'encéphalite à tique évolue vers sa seconde phase. Elle se caractérise alors par une méningo-encéphalite chez un tiers des malades.

TBE, maladie de Lyme... ils peuvent occasionner des symptômes grippaux

La plupart du temps, la TBE est transmise par une tique du genre Ixodes. Mais ce récent foyer, dans l'Est de la France, était d'origine alimentaire : il faisait suite à la consommation de fromage au lait cru de chèvre. Une première dans l'Hexagone.

Les deux académies rappellent néanmoins qu'avec la belle saison, "la raréfaction des nouveaux cas de Covid-19 en France doit faire élargir le diagnostic différentiel des syndromes pseudo-grippaux vers les infections estivales zoonotiques (TBE, fièvre Q, maladie de Lyme, anaplasmose granulocytaire, tularémie, leptospirose, hépatite E…), ou non (entéroviroses, mycoplasmoses, chlamydioses).

> Sécurisez vos proches, votre patrimoine et vos revenus !

Sources

Des tiques "géantes" capables de courir après leur proie se propagent en Europe, la France concernée, LCI, 3 août 2019

Hyalomma marginatum - distribution connue actuelle, ECDC, janvier 2019

Fièvre hémorragique de Crimée-Congo, OMS, 2013

Occitanie : le Cirad alerte sur l’inquiétante prolifération de la tique aux pattes rayées, Midi Libre, 14 juin 2020. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.