Sommaire

Pour la plupart d’entre nous, découvrir être atteint par la maladie d’Alzheimer à 69 ans serait comme un coup de massue. Pour le Dr Daniel M. Gibbs, un neurologue américain exerçant à Portland, le diagnostic est apparu comme une nouvelle "opportunité" afin de gagner en connaissance sur cette maladie neurodégénérative.

Dans son livre A tattoo on my brain [Un tatouage dans mon cerveau, ndlr] à paraître le 6 mai 2021, ce neurologue partage toutes les découvertes qu’il a pu faire depuis qu’il est passé de l’autre côté de la barrière en devenant un patient. Il consacre aujourd’hui sa vie entière à la recherche sur la maladie d’Alzheimer. Son but ? Faire comprendre à la population qu’elle peut agir sur ses facteurs de risque et contribuer à prévenir la maladie ou du moins, ralentir sa progression.

Les dommages dans le cerveau entraînant d'Alzheimer sont là des années avant les symptômes

Le Dr Gibbs aurait présenté des premiers symptômes cognitifs neuf ans avant son diagnostic. Ce dernier peinait à se souvenir des noms de ses collègues. Aujourd’hui, ses problèmes de mémoires lui posent davantage de problèmes : interviewé par la presse américaine, le neurologue assure ne pas souvenir de ce qu'il a fait il y a une heure. Il a besoin d'écrire pour se souvenir et il tient un calendrier méticuleux incluant chaque détail de son planning.

Il ajoute toutefois que "la plupart des gens n’ont aucune idée de ma maladie d'Alzheimer". Son secret ? Son mode de vie. Spécialiste des maladies liées au cerveau, le Dr Gibbs estime que sa maladie lui aura permis de découvrir plusieurs moyens efficaces pour ralentir la progression d’Alzheimer. Il insiste et ajoute que certaines habitudes prises quotidiennement peuvent réellement réduire vos risques de contracter Alzheimer.

"Toutes ces modifications sont susceptibles d'être plus efficaces lorsqu'elles sont commencées tôt, avant qu'il n'y ait eu une quelconque déficience cognitive, dit-il. Les changements pathologiques dans le cerveau qui entraînent la maladie d'Alzheimer commencent des années avant le début des troubles cognitifs - jusqu'à 20 ans pour les plaques amyloïdes. Une fois que les cellules nerveuses du cerveau commencent à mourir et que les troubles cognitifs commencent, les modifications du mode de vie semblent avoir moins d’impact".

Moralité : plus vous prenez de bonnes habitudes tôt, plus vous aurez de chances de limiter vos risques. En revanche, une fois que les premiers symptômes apparaissent, il ne sera plus possible de revenir en arrière. Vous pourrez seulement ralentir la progression de la maladie. C’est ce qui fait la particularité de la maladie d’Alzheimer, mais aussi de toutes les autres maladies neurodégénératives.

Exercices, alimentation, sommeil… Découvrez pages suivantes les conseils du Dr Gibbs à suivre pour prévenir Alzheimer.

Sources

A tattoo on my brain, Dr Daniel M. Gibbs, Cambridge University Press, mai 2021

*Lourida I, Soni M, Thompson-Coon J, Purandare N, Lang IA, Ukoumunne OC, Llewellyn DJ. Mediterranean diet, cognitive function, and dementia: a systematic review. Epidemiology. 2013 Jul;24(4):479-89.

MALADIE D’ALZHEIMER ET SOMMEIL : DES LIENS FRÉQUENTS ?, Fondation recherche Alzheimer 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.