Aujourd’hui âgée de plus de 60 ans, l’attention de Jan McCluskey a été particulièrement frappée lorsqu’elle est entrée dans la tranche de la quarantaine. Remarquant quelques changements « anormaux » en comparaison avec ce qu’elle vivait habituellement, Jan ne s’est pas inquiétée outre mesure, imputant ces transformations à la ménopause et la variation des hormones qui caractérisent particulièrement ce changement chez les femmes.

Des symptômes identiques à ceux de la ménopause

« J’ai remarqué un poids autour de mon ventre lorsque j’ai passé la quarantaine. Mes vêtements ont commencé à devenir serrés au niveau de la ceinture. Je ne mangeais pas différemment, mais mon estomac grossissait », a expliqué Jan McCluskey au journal britannique le Daily mail. « Je dois être ménopausée », s’est-elle dit. Toutefois, la sexagénaire anglaise s’est quand même décidée à en parler à son médecin traitant.

Le diagnostic tombé, il n’a pas manqué de confirmer les doutes de Jan McCluskey. « Il m’a également dit que c’était la ménopause et j’ai donc attribué mes autres symptômes - sueurs chaudes, peau sèche, brouillard cérébral et anxiété - au changement », a-t-elle partagé. Finalement, un an avant de fêter ses 60 ans en 2020, la sexagénaire a vu un nouveau symptôme apparaître : « J’ai commencé à lutter contre une vessie qui fuit. C’était généralement la nuit et lorsque je toussais ou éternuais », attribuant une fois de plus ces troubles à la ménopause.

Une fois le palier des 60 ans franchi, l’inquiétude a commencé à s’emparer de Phill, le mari de Jan. « Il a remarqué que mon ventre avait une drôle de forme. Il semblait plus lourd en bas, et formé comme une sorte de poire. Et même si mes bras et mes jambes étaient très fins, mon ventre grossissait toujours », a-t-elle raconté.

Un test sanguin révélateur du cancer

Ne ressentant pas le besoin de consulter pour cela, le couple a continué sa vie telle qu’elle était, ne s’inquiétant pas plus de la situation. C’est un test sanguin de routine, effectué plus tard, qui a finalement joué le rôle déterminant de l’histoire. Au vu des résultats, le cabinet médical s’est empressé de contacter Jan McCluskey, lui expliquant que son taux d’hémoglobine était trop bas et que d’autres analyses étaient à faire pour approfondir la question.

Finalement Jan s’est retrouvée, sur ordre de son médecin, à l’hôpital dans l’idée de faire une échographie. Un examen qui s’est avéré révélateur : « Mon médecin m'a appelée à 8 heures du matin pour me dire qu'il y avait quelque chose dans mon ovaire et qu'il devait enquêter sur la possibilité d'un cancer de l’ovaire ».

Un cancer rare se développant sur l’appendice

Le verdict est finalement tombé quelques semaines plus tard. Le mal dont a souffert Jan durant toutes ces années portait le nom de Pseudomyxoma Peritonei (PMP), un cancer rare qui débute son développement sur l’appendice, et s’était déjà propagé dans son estomac.

« Heureusement, les spécialistes ont dit que mon pronostic semblait aussi bon que possible », s’est réjouie Jan. Après plusieurs opérations, dont l’ablation de l’appendice et de l’ovaire droit, le repos de Jan McCluskey a malheureusement été de courte durée : « Six mois plus tard, je suis retournée à l'hôpital pour une intervention chirurgicale majeure - cette fois, j'ai dû subir une opération de neuf heures pour retirer ma rate, ma vésicule biliaire, mon nombril et d'autres ovaires ».

Jan est finalement ressortie grandie et « plus forte » de cette fatigante et malheureuse aventure : « Je sais maintenant que j'ai traversé la ménopause, car mes règles se sont arrêtées, mais je ne sais toujours pas lesquels des symptômes ressentis étaient réellement causés par la ménopause et lesquels étaient dus au cancer. Je n'arrive toujours pas à croire que pendant toutes ces années, j'ai pensé que je n'avais que des symptômes de la ménopause alors qu'en réalité, j'étais attaquée par un cancer extrêmement rare ».

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://metro.co.uk/2022/10/09/i-thought-it-was-the-menopause-but-my-symptoms-were-actually-a-rare-cancer-17508807/

mots-clés : maladie, cancer, ménopause
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.