Sommaire

Yeux rouges, teint jaune, paupières tombantes… Les signes sur votre visage en disent long sur votre état de santé. Voici la liste des signes à surveiller de près.

Les signes à surveiller au niveau du teint

Teint jaune : quelles pathologies peut-il révéler ?

"Le teint jaune ou les yeux jaunes (ce que l'on appelle "ictère") peuvent annoncer une maladie hépatique, un problème d’évacuation de la bile ou une hémolyse, c'est-à-dire une destruction des globules rouges", révèle le Dr Jousset.

Cette couleur jaunâtre est assez révélatrice et peut parfois indiquer un problème de santé assez grave, comme un calcul biliaire coincé dans les voies biliaires ou encore une anomalie du fonctionnement du foie (hépatite, cirrhose... etc).

Ce jaunissement du teint ou des yeux provient d’une accumulation excessive de bilirubine dans le sang.

Une mine grisâtre : un signe d'infection sévère ?

"Très souvent, un teint grisâtre est le témoin d’une infection sévère et de la mauvaise tolérance de cette infection", informe le Dr Jousset.

Celle-ci peut être localisée dans n’importe quel endroit du corps. Cette grave infection peut s’accompagner de douleurs, de fièvre, d’une tension anormalement basse ou encore d’autres signes de gravité que la couleur du teint.

Teint anormalement pâle : un déficit en globules rouges ?

Depuis toujours, le teint blanc ou très pâle peut être le témoin d’une anémie sous-jacente.

Que signifie-t-il vraiment ? "Un teint très pâle peut avoir différentes origines. Il peut représenter un manque de globules rouges (anémie), un problème de moelle, une carence en fer, une carence en vitamines B12, une inflammation chronique… L'hémorragie est également une autre cause d’anémie", met en garde l’expert.

En cas de doute, vérifiez toujours vos muqueuses, qui sont également des "témoins" de votre santé : si l’intérieur de votre bouche ou l’intérieur de vos yeux sont blancs (perte d’hémoglobine), il se peut que vous ayez un problème de santé grave qui doit vous pousser à consulter.

Les poils, des annonciateurs de maladies

Apparition anormale de poils : les hormones en cause ?

On parle d'hirsutisme chez la femme lorsque des poils apparaissent dans des zones qui ne sont pas poilues normalement. "Concrètement, on va pouvoir observer chez la patiente une moustache et/ou une barbe", signale l’expert. "C’est le témoin d’une hyperandrogénie, une élévation anormale des hormones masculines".

"L’hirsutisme associé à un cou un peu gonflé, des joues très gonflées et un visage dit "lunaire" peut être le témoin d’un faciès dit cushingoide", signale l’expert.

Selon lui, l’hirsutisme est souvent lié à un problème de cortisone, bien qu’il puisse provenir aussi d’un dérèglement hormonal au niveau des ovaires (syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), d’une forme modérée d’hyperplasie congénitale des glandes surrénales (une maladie héréditaire qui entraîne une production anormale des hormones), de divers médicaments qui stimulent la production de testostérone (c’est le cas des anabolisants utilisés par les culturistes pour augmenter la taille des muscles) ou encore de l'augmentation de la sensibilité des récepteurs du follicule pileux aux androgènes dont la sécrétion est normale (L'hirsutisme est alors isolé : c'est l'hirsutisme idiopathique).

Perte de cheveux : déficit en fer, anxiété...

"La perte de cheveux peut être le symbole d’une carence (bien souvent en fer) ou d’un problème de santé plus grave, comme une maladie auto-immune", déclare le Dr Jousset. La pelade par exemple, maladie auto-immune encore peu connue, se manifeste par l'apparition d'une ou plusieurs plaques rondes, de follicules qui se mettent "en pause" et de cheveux qui ne repoussent plus.

Les teignes tondantes (des champignons qui parasitent les cheveux) "rasent" également les cheveux et forment des plaques sans cheveux relativement grandes, de 1 à 3 cm. Parfois, les poils deviennent incarnés et, bien qu’invisibles, ils provoquent des kystes infectés et douloureux qui doivent amener à consulter.

Les hormones ou le stress peuvent aussi impacter votre chevelure. Ainsi il est fréquent qu'à la ménopause, après un accouchement, après la prise d'un traitement contraceptif ou encore dans le cas d'un dérèglement thyroïdien, que les hormones femelles diminuent brutalement. Les hormones mâles, appelées hormones androgènes, prennent alors le dessus : on parle alors d'alopécie androgénique.

Le cou et les joues : des zones à risque

Des joues enflées : un syndrome de Cushing ?

Un visage soudainement gonflé au niveau des joues n'est pas un signe d'excès dans votre alimentation. Ce symptôme révèle en effet bien souvent une thyroïde déficiente.

Pour le Docteur Jousset, "des joues très gonflées accompagnée d’une peau fine symbolisent une maladie des glandes surrénales, telle que le syndrome de Cushing, qui correspond à une hypersécrétion par les glandes surrénales de cortisol".

La manifestation la plus visible est l’apparition d’une obésité de la partie supérieure du corps et un aspect bouffi du visage.

À savoir : l’administration prolongée de fortes doses de "corticoïdes de synthèse" peut entraîner un syndrome de Cushing exogène ou iatrogène.

Des ganglions volumineux : un signe de cancer ?

Une boule qui apparaît dans la région du cou peut avoir de nombreuses origines. La plupart du temps, il s’agit d’un (ou de plusieurs) ganglions. "Les ganglions peuvent gonfler lors de petites infections virales, mais l'apparition d'une mononucléose (d'origine virale) ou d'un lymhome (cancer) peuvent aussi faire augmenter leur volume", prévient le professionnel.

En cas d’infection, les ganglions libèrent de nombreux globules blancs et enflent. Ils sont souvent douloureux mais ils dégonflent en quelques jours.

En revanche, en cas de mononucléose infectieuse ou de lymphome, le gonflement peut persister. En cas de doute, sur un ganglion enflé, n’hésitez pas à aller consulter.

Autre cause assez étonnante : l’inflammation des glandes parotides (qui peut être d'origine bactérienne ou liée au développement d'oreillons). Celle-ci peut se manifester en moins de 10 minutes à la suite d’un repas. Un bout d’aliment peut en effet rester coincer au niveau des glandes salivaires et bloquer l’arrivée de la salive ce qui provoque le gonflement de cette zone de la mâchoire.

Yeux : les symptômes à ne pas négliger

Anneau blanc autour de l’iris : pensez au cholestérol !

Si l'apparition d'un anneau blanc autour de l'iris (gérontoxon) est plutôt fréquente chez les personnes âgées, c'est une anomalie lorsqu'elle se manifeste à un âge précoce.

"Un anneau blanc autour de l’iris peut représenter un taux de cholestérol très élevé. C’est souvent un stade très avancé de l’hypercholestérolémie et cela s’accompagne d’une surcharge de graisse", avertit le professionnel. Pour arriver à ce stade il faut "négliger durant très longtemps son cholestérol". D'autres causes peuvent être responsables de son apparition/évolution.

Le problème ? Les dépôts graisseux autour des yeux représentent un facteur de risque cardio-vasculaire à ne pas négliger.

Des yeux rouges : un symptôme de conjonctivite ?

De nombreux facteurs peuvent irriter l'œil et causer une rougeur, mais elle résulte bien souvent d'un manque de sommeil, d'une fatigue oculaire (qui peut être causée par une surexposition aux écrans), d'une exposition excessive au soleil ou encore à de longs trajets en voiture. Dans ce cas-là, le meilleur remède reste le repos.

Mais l'œil rouge est également un symptôme que l'on peut trouver dans de nombreuses maladies : "Quand le blanc de l’œil devient rouge, cela peut être révélateur d’une conjonctivite (infectieuse ou allergique) ou d’une hémorragie sous conjonctivale avec des vaisseaux qui éclatent et donnent cette couleur si particulière", souligne le médecin.

Il peut aussi indiquer "une prise de toxiques (drogues, dont le cannabis notamment) ou indiquer un surdosage de médicaments, dans le cas des personnes qui sont sous traitement anticoagulant. Les anti vitamines K peuvent en effet provoquer une mini hémorragie", révèle l’expert.

Si l'œil est rouge et que cette rougeur s'accompagne d'une douleur intense, celle-ci peut révéler un glaucome, une augmentation de la pression oculaire, qui nécessite une prise en charge par un ophtalmologiste en urgence.

Enfin, l'œil rouge peut révéler un rhume des foins ou une conjonctivite allergique qui peuvent être corrigées à l'aide d'un simple antihistaminique.

Paupières tombantes : un problème immunitaire ?

"Si vous avez du mal à relever une paupière et vous remarquez que celle-ci est "tombante", cela veut dire que vous êtes atteint d’un ptosis", affirme le médecin. Le ptosis est une "fatigabilité exagérée des muscles", qui provoque cette paupière tombante.

Concrètement, cette altération morphologique du muscle ou "dystrophie musculaire" peut survenir au niveau d’une seule paupière ou des deux paupières. Elle peut également s’étendre à d’autres muscles, comme le muscle droit supérieur, et entraîner d’autres complications, notamment au niveau des mouvements du globe oculaire.

Selon le docteur Jousset, "ce défaut de la paupière peut être lié à une maladie auto-immune, qu’on appelle la myasthénie, et qui résulte d’un dysfonctionnement du système immunitaire".

Il peut être accompagné de problèmes de tonus, de difficultés à marcher...

Par ailleurs, d'autres maladies provoquent des paupières tombantes : orgelets, chalazions (affection oculaire fréquente résultant d'une inflammation) etc.

Des globes oculaires qui ressortent : un soucis de thyroïde ?

"Si vous avez l’impression d’avoir des yeux qui "ressortent", il se peut que vous soyez atteint d’exophtalmie", met en garde l’expert. L’œil paraît plus gros, il paraît sortir de l'orbite, ce qui peut gêner la fermeture de la paupière en plus de causer une gêne esthétique. Dans la plupart des cas, les deux yeux sont atteints.

Selon le Dr Jousset "l’apparition de cette maladie peut résulter d’une hyperthyroïdie, c'est-à-dire un taux d’hormone thyroïdienne trop élevé. Souvent, celle-ci s’accompagne d’une perte de poids".

L’exophtalmie peut également être associée à d’autres symptômes, comme une baisse de l'acuité visuelle, une vision double (diplopie), des douleurs, des rougeurs, etc. Elle peut être flagrante et défigurer, ou parfois n’être pas toujours évidente d’emblée et peut être ainsi découverte lors d’un examen ophtalmologique de routine.

Par ailleurs, la cause la plus commune d’exophtalmie bilatérale est la maladie de Basedow (hyperthyroïdie), qui est à l’origine d’un œdème et de l'infiltration lymphoïde des tissus orbitaires.

La peau, la langue et les lèvres : attention aux changements de couleur

Des tâches claires sur le visage : ce sont sans doute des champignons !

Vous avez remarqué des taches plus claires cet été sur votre peau ? C’est sûrement le pityriasis versicolor. Cette mycose cutanée superficielle bénigne se traduit par l'apparition de taches claires sur la peau "Ce champignon est très fréquent et fait apparaître des taches inesthétiques et souvent claires. Heureusement, ils partent souvent en à peine un traitement", relativise l’expert.

Bonne nouvelle : le pityriasis versicolor est visible et donc gênant, mais il ne provoque ni douleurs, ni démangeaisons. La maladie est fréquente en été et a tendance à s'atténuer en hiver. Par ailleurs, le pityriasis versicolor est due à une levure, du genre Malassezia, présente à l'état normal chez 9 personnes sur 10. Cette levure prolifère en milieu humide et en cas de chaleur.

Des lèvres bleues : une urgence vitale

Bien que cela puisse paraître étonnant, oui, vos lèvres peuvent devenir bleues. "C’est le signe d’une mauvaise oxygénation du sang ou un signe de détresse respiratoire. Parfois, cette coloration arrive également lorsqu’on a très froid, mais dans tous les cas elle doit vous alerter", met en garde le médecin.
Cette coloration bleutée porte un nom – la cyanose – et se traduit par un changement de couleur que prennent la peau et les muqueuses quand le sang contient une faible quantité d’hémoglobine liée à l’oxygène.

Des symptômes peuvent s’associer à celui de la cyanose, comme des difficultés respiratoires, des douleurs à la poitrine, de la fièvre, une insuffisance cardiaque ou encore une fatigue générale. Elle peut aussi se limiter à une partie du corps, comme les lèvres, le visage, les extrémités (doigts et orteils), les jambes, les bras… ou le concerner en totalité.

Une langue "framboisée" : une mycose en cause

Non, une langue rouge vif n’est pas forcément un signe de bonne santé : "Une langue rouge framboisée peut être le signe d’une mycose ou d'une scarlatine", atteste le Dr Jousset.

Cette mycose de la cavité buccale ou candidose peut être révélée par une langue très rose ou dotée d'un dépôt blanc ("le muguet des bébés"). Elle se traite avec des bains de bouche d’anti-fongiques.

La scarlatine, elle, est une éruption cutanée courante chez les enfants qui se traite avec des antibiotiques . Peu contagieuse, elle survient au secours d’une angine causée par le streptocoque du groupe A (streptococcus).

La scarlatine touche essentiellement les enfants de 5 à 10 ans pendant l'hiver, causant de petites épidémies qui se propagent à l’école.

Cette maladie bénigne se transmet par l'air et le plus souvent à partir d'un enfant atteint. Elle se manifeste par une fièvre élevée (supérieure à 38,5 °C) accompagnée de frissons et d'une angine, entraînant des difficultés à avaler (ou dysphagie). La gorge est rouge et enflammée, les amygdales sont tuméfiées et les ganglions du cou sont gonflés.

La scarlatine atteint rarement les adultes, le plus souvent déjà immunisés. Elle peut cependant survenir chez les personnes entrées en contact pour la première fois avec le streptocoque. Il s’agit le plus souvent de professionnels travaillant en collectivité (crèches, écoles, hôpitaux).

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

"Exophtalmie", le manuel MSD, mars 2018.

"Chirurgie du regard et des paupières", Centre ophtalmologique Saint Paul.

"Jaunisse", Société canadienne du cancer.

"Scarlatine : définition, symptômes et modes de transmission", Ameli, 26 novembre 2018. 

"Pityriasis versicolor", Le manuel MSD, octobre 2018. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.