Sommaire

Pourquoi je veux divorcer ?

Pourquoi je veux divorcer ?© Fotolia"La première étape lorsqu’on ressent un mal-être dans son couple est d’en identifier l’origine", explique Catherine Amzeleck, psychologue, psychothérapeute et coach de vie. Demandez-vous : "Est-ce que je me sens délaissé par mon conjoint ?" "Est-ce qu’il m’étouffe par ses reproches ?", "Son comportement me blesse t-il ? Si oui, lequel ?". A l’heure où la séparation est envisagée, il est nécessaire de dresser un état des lieux de son mariage. "Les couples qui pensent au divorce souffrent bien souvent d’un problème de communication", souligne la spécialiste.

Que faire : parler avec son conjoint de ses doutes. Chacun peut alors dire ce qui lui convient et ce qu’il ne veut plus. Si les partenaires ont la même façon de voir leur avenir, l’option du divorce pourra être écartée. Une thérapie de couple peut aussi être envisagée si les conjoints n’arrivent plus à communiquer.

Est-on encore capable de se parler et de s'écouter ?

Est-on encore capable de se parler et de s'écouter ?© FotoliaPerte d’emploi, déménagement, peur de l’engagement et absence de soutien affectif peuvent être des sources de conflit qui précipitent la séparation. Certains couples ont alors tendance à se faire des reproches et à se disputer à longueur de temps. "Chacun veut imposer son point de vue sans prendre le temps de comprendre l’autre, analyse la psychologue. Les partenaires ont tendance à camper sur leurs positions et à se retrouver dans l’impasse."

Que faire : " Il est important de faire un travail sur soi-même et d’être capable de se remettre en cause", explique notre interlocutrice. "Est-ce que je lui demande quelque chose de possible ?", "Est-ce que je le pousse à réagir comme ça ?" sont autant de questions auxquelles il est nécessaire de répondre. Cela demande des efforts et un peu de temps mais le jeu peut en valoir la chandelle. "En revanche, si les partenaires passent plus de temps à essayer de se réconcilier qu’à être bien ensemble, la qualité de la relation en sera affectée", note le psychothérapeute Marcel Bernier dans son livre La rupture amoureuse. Le divorce peut alors être une réponse adéquate.

A noter : la manière de dire les choses est tout aussi importante que son contenu. Faire des reproches est vécu comme une attaque et risque d’entraîner des conflits.

Suis-je heureux(se) dans mon couple ?

Suis-je heureux(se) dans mon couple ?© Fotolia"Nous cherchons tous à être heureux et celles et ceux qui vivent en couple placent celui-ci au premier plan de leur bonheur, analyse le psychothérapeute Marcel Bernier dans son livre La rupture amoureuse. Quand ils estiment qu’au contraire leur union les rend malheureux, il est naturel pour eux d’envisager la séparation." Avant d’être un conjoint, une personne bâtit sa vie d’adulte selon différentes étapes (personnelles, professionnelles). Parallèlement à cette construction personnelle, chacun évolue dans son couple. Ces périodes de transition de la vie personnelle et conjugale qui comportent des remises en question peuvent fragiliser la relation d’un couple.

Pour prendre la bonne décision : "Chacun a sa propre conception du bonheur et son seuil de tolérance" rappelle la psychologue Catherine Amzeleck.

Suis-je encore amoureux(se) ?

Suis-je encore amoureux(se) ?© Fotolia"Le sentiment amoureux est essentiel pour donner la motivation aux conjoints de sauver leur union" rappelle la spécialiste. Tous les couples traversent différentes phases dans la relation amoureuse.

- Il y a d’abord la "symbiose" où chacun se projette dans l’autre. Cette phase dure plus ou moins deux ans selon les couples.

- Vient ensuite la phase où chacun prend conscience de ce qui le différencie de l’autre et de ses défauts. Chaque partenaire exprime ses limites et ses besoins ce qui peut devenir source de tensions s’ils ne concordent pas. Certains conjoints ne parviennent pas à cette phase au même moment ce qui peut accroître les tensions.

- Dans "l’expérimentation", le couple s’ouvre vers l’extérieur quitte à se délaisser (souvent à l’arrivée du premier enfant).

- Puis vient à nouveau "le rapprochement" où le couple retrouve une certaine intimité (départ du foyer des enfants). Là encore, tout passe par la communication.

"En se parlant, les partenaires sont moins incertains quant à leur relation et peuvent faire le point sur leurs envies", explique la psychologue.

Attention : ne pas confondre désir et amour. "Il est tout à fait possible d’aimer son partenaire mais de ne pas avoir envie de lui", explique la psychologue. Cette situation peut poser un problème si l’un des deux s’estime délaissé.

Avons-nous déjà divorcé inconsciemment ?

Avons-nous déjà divorcé inconsciemment ?© FotoliaAprès 10,15 ou 20 ans de vie commune, il arrive que chacun fasse sa vie de son côté. Pendant que l’un va à la salle de sport, l’autre sort avec ses amis ou reste à la maison. Si c’est récurrent, les partenaires ont peut être déjà consommé leur séparation émotionnelle et le divorce devient une simple formalité. "Si le couple a trouvé son équilibre dans cette situation, il n’y a pas de raison d’y mettre un terme" estime la psychologue. En revanche si un des partenaires n’y trouve plus son compte, il convient d’en discuter.

Suis-je prêt(e) à vivre seul(e) financièrement ?

Suis-je prêt(e) à vivre seul(e) financièrement ?© FotoliaBien souvent, les couples qui se séparent voient leur revenus baisser. "Qui va gérer les frais de la maison ? De la voiture ? Les remboursements de prêt ?" Ces données peuvent avoir leur importance dans la décision de divorcer mais encore une fois "on ne reste pas ensemble pour se déchirer", rappelle la psychologue.

A noter : "Un système de colocation peut être imaginé par les partenaires si les deux sont d’accord pour continuer de vivre ensemble." Cela peut en revanche se compliquer si l’un des deux fait une nouvelle rencontre. "La question à se poser est : "Qu’est-ce que je peux accepter ?" Et surtout en parler avec son conjoint" conseille notre interlocutrice.

Infidélité : suis-je capable de passer outre ?

Infidélité : suis-je capable de passer outre ?© FotoliaL’infidélité n’est pas toujours synonyme de fin de relation. "Souvent, il s’agit d’une blessure narcissique qui réactive le manque de confiance en soi" explique la spécialiste. Dans d’autres cas, être trompé peut réactiver la peur de perdre l’autre et renforcer l’union. "Dans une telle épreuve, il est primordial de parler de ce que l’on ressent" conseille la psychologue. Suivre une thérapie de couple peut être recommandée.

Dois-je rester pour les enfants ?

Dois-je rester pour les enfants ?© FotoliaParfois, la situation est sans issue mais certains couples décident de rester ensemble pour leurs enfants. Une erreur selon la psychologue. "On ne reste pas en couple à cause de ses enfants, affirme Catherine Amzeleck. D’abord parce que ces derniers ne sont pas dupes et vont se rendre compte des tensions qui règnent entre leurs parents. Ensuite parce que cela cache souvent quelque chose d’autre comme une blessure d’enfance." Pour le bien de ses enfants, mieux vaut une séparation que vivre avec des parents qui se déchirent.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.