Dependance affective : 5 signes qui ne trompent pas

"Les personnes souffrant de dépendance affective ont un besoin excessif d'être prises en charge et de se soumettre aux décisions que l'on prendra à leur place. Elles pensent ne pas être capable de prendre soin d'elles-mêmes et utilisent la soumission pour conduire l'autre à les prendre en charge", nous explique Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne.

Si les causes n’ont pas encore été clairement établies, la spécialiste évoque certains facteurs comme "des expériences négatives ou traumatiques durant l'enfance, une tendance à l'anxiété ou une éducation dysfonctionnelle basée sur la soumission, l'insécurité et le repli sur soi". Ces facteurs semblent prédisposer à ce trouble. La dépendance est considérée comme un état pathologique.

"Les personnes atteintes par ce trouble ont besoin d’être rassurées et conseillées constamment et pour chaque décision par peur d’être abandonnées ou de faire les mauvais choix", poursuit la psychologue. Comment repérer la dépendance affective ? Découvrez dans notre diaporama les 5 signes d’alerte. Si vous vous reconnaissez, n’ayez pas peur d’envisager une psychothérapie pour éviter que ce trouble de la personnalité ne devienne une réelle souffrance.

Dépendance affective : il faut admettre qu’on ne peut pas plaire à tout le monde

La prise en charge de la dépendance affective passe essentiellement par la psychothérapie. "La TCC [thérapie cognitivo-comportementale, ndlr] mettra l'accent sur la peur de l'indépendance et de la solitude, les difficultés à s'affirmer, exprimer un choix ou accepter le désaccord de l'autre, détaille Johanna Rozenblum. On va travailler également en psychodynamique pour comprendre l'héritage familial, l'histoire du trouble au travers de l'histoire et du positionnement de chacun des membres de la famille".

Il faut comprendre que sortir de la dépendance affective passe par une renaissance et un respect de soi. Il va s’agir de prendre conscience de ses propres qualités qu’il s’agisse de la vie personnelle ou professionnelle. Pour sortir de la dépendance affective, il faut aussi admettre que l’on ne peut pas plaire à tout le monde. Si vous avez une obligation d’informations envers vos proches (pour des questions d’organisation notamment), vous n’avez aucune obligation d’approbation ni de leur autorisation. En couple, en famille, ou entre amis, vous restez une personne libre !

Faite défiler notre diaporama pour savoir si vous êtes concerné par la dépendance affective

Sources

Merci à Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne

Dépendance affective, Six étapes pour se prendre en main et agir(éd. Eyrolles), Geneviève Krebs

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.