Protéinurie pendant la grossesse : les valeurs seuils

Publié le 02 Août 2018 à 16h02 par La Rédaction Médisite
Durant la grossesse, la protéinurie est régulièrement évaluée : elle indique la quantité de protéines présentes dans les urines. Il s’agit d’un examen important, car au-delà d’un certain seuil durant la grossesse, la protéinurie peut mettre sur la piste d’une infection ou d’une complication à corriger rapidement.

© Istock

Protéinurie : naturellement plus élevée durant la grossesse

Hors grossesse, on considère que la protéinurie normale doit osciller entre 50 et 100 mg / 24 heures chez la femme. Mais elle peut fortement augmenter durant le premier trimestre de grossesse, jusqu’à avoisiner environ 200 mg par 24 heures sans qu’il y ait le moindre problème de santé. Un léger dépassement de ce seuil n’a généralement rien d’inquiétant, mais, selon les cas, des examens complémentaires peuvent être prescrits pour rechercher la présence d’une infection urinaire.

Protéinurie de grossesse : quand le seuil de 300 mg par 24 heures est atteint

En réalité, la recherche de protéines dans les urines est principalement effectuée pour dépister la pré-éclampsie aussi rapidement que possible. C’est surtout au-delà de 300 mg par 24 heures que la protéinurie peut mettre l’équipe médicale sur sa piste. La pré-éclampsie est généralement confirmée si de l’hypertension accompagne l’excès de protéines dans les urines. Une hospitalisation avec mise au repos complet est souvent nécessaire dans ce genre de cas. L’équipe médicale assure une surveillance rapprochée et met tout en œuvre pour stabiliser la tension artérielle. Lorsque celle-ci est trop difficile à maîtriser, l’accouchement est déclenché le plus près du terme possible : tout rentre dans l’ordre après la naissance de l’enfant.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X