Prothèse de la hanche : les étapes de la pose

Publié le 26 Octobre 2018 par Claire Ménage, journaliste santé
Validé par : David Bonnet, Orthopédiste-orthésiste &
Arthrose, fracture du col du fémur, ostéoporose... On vous a proposé la pose d'une prothèse de hanche pour soulager vos douleurs ? Cette opération chirurgicale n’est pas forcément complexe mais il est nécessaire de revenir sur les étapes clés. Le docteur Benoit de Courtivron, chirurgien orthopédique, nous aide à y voir plus clair.
Publicité

Etape 1 : La consultation chez le chirurgien

© Adobe StockAu moment de la consultation chez le chirurgien, les patients ont été suivis au préalable par un rhumatologue qui aura proposé une intervention chirurgicale pour soulager les douleurs.

Il faut savoir que la gêne quotidienne ressentie est très intense. "On ressent une très forte douleur quand on se lève, quand on s’assoit, on ne peut pas marcher longtemps, on boîte. C’est un véritable handicap pour les personnes souffrant notamment d’arthrose de la hanche", explique le chirurgien orthopédique.

Publicité

En quelle matière ? Après l’étude radiologique faite par le chirurgien, il sera question de choisir le type de prothèse à appliquer. Le docteur de Courtivron indique qu'il en existe plusieurs : "En métal, en céramique, en plastique mais la plus courante est la pose d’une prothèse en polyéthylène."

Publicité

Les risques liés à l’intervention seront évoqués. "Les problèmes restent très rares. Un risque de pic de saignement et de décès du patient comme pour n'importe quelle autre opération subsiste tout de même", ajoute-t-il. Selon la DREES, 23% des personnes âgées victimes d'une fracture du col du fémur (hors opération) décèdent un an après. "Sur les personnes de plus de 54 ans qui ont été hospitalisées pour fracture de l'extrémité supérieure du fémur, les femmes en représentaient la grande majorité. En effet, il s'agit d'une complication fréquente de l'ostéoporose. Cependant, les hommes s'en sortent moins bien : 1 homme sur 3 décèdent contre 1 femmes sur cinq."

Pas d'urgence : "Le bilan sur l’état de santé est vite fait lors de la consultation chez le chirurgien. Le médecin se doit de préparer son patient à l’intervention. Il faut le temps de la réflexion. Il n’y a pas de chirurgie en urgence. On ne se fait pas poser une prothèse de hanche dès le lendemain", conclut le docteur de Courtivron.

Etape 2 : Le rendez-vous pré-anesthésie

Notre médecin explique qu’après quelques jours de réflexion, si le patient est toujours partant pour l’opération, il pourra organiser avec le chirurgien un rendez-vous chez l’anesthésiste afin de balayer tous ses antécédents médicaux et ceux de sa famille.

A noter : Deux types d’anesthésies peuvent être choisies, celle par voie générale ou la rachidienne avec une péridurale.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X