Entorse de cheville : le temps de guérison

Une entorse de la cheville résulte d’une élongation ou d’une déchirure des ligaments suite à une chute, un faux mouvement ou un traumatisme. Le temps de guérison est proportionnel au degré de gravité de l’entorse. Explications.

Publicité

© Istock©iStock

Entorse de cheville bénigne

La cheville est une articulation composée de plusieurs ligaments qui relient les os de la jambe au pied. Le ligament latéral externe ou collatéral latéral est relié au squelette par 3 faisceaux. En cas d’entorse bénigne, un ou plusieurs de ces faisceaux sont étirés. On constate une enflure de la région touchée et des douleurs diffuses mais supportables. La cheville est mobile et le port d’un strapping suffit pour traiter l’entorse en 2 à 3 semaines.

Entorse de cheville modérée

Une entorse de cheville modérée correspond à une déchirure ligamentaire, un ou plusieurs des faisceaux sont en partie déchirés. La douleur est plus intense. La déchirure provoque un œdème et une ecchymose. Le pied ne bouge pas normalement. Une radiographie, des soins locaux et des séances de kinésithérapie sont nécessaires, de même que le port de béquilles. La guérison se fait en 2 à 3 mois.

Publicité
Publicité

Entorse de cheville grave

Une entorse de cheville est considérée comme grave quand un ou plusieurs des faisceaux du ligament sont rompus. La douleur est intense. La cheville est gonflée et un hématome se forme au niveau de la lésion. Après la réduction de l’œdème et la radiographie, la chirurgie peut être un des traitements proposés. La kinésithérapie et le port d'une attelle sont inévitables. La cicatrisation des faisceaux se fait en environ 6 semaines.

Distinguer foulure et entorse

Le terme foulure est de moins en moins utilisé par le corps médical. La foulure survient lorsque les muscles de la cheville sont sollicités de manière intensive. Une contracture survient et les muscles atteints enflent. Une douleur de la cheville est associée à ce traumatisme. Si la douleur de la cheville est une constante au cours des deux traumatismes, le mécanisme d'installation diffère. Un examen clinique et des examens complémentaires (radio de la cheville) permettront de confirmer le diagnostic soit de foulure, soit d'entorse.

Distinguer fracture et entorse

Le pied est composé de nombreux os : métatarses, os sésamoïde, cunéiforme, talus, calcanéum... On en dénombre 26 au total. Tous peuvent être fracturés à la suite d'un choc ou d'une chute. Les fractures du pied provoquent de fortes douleurs aggravées par la marche. Le pied est enflé, parfois déformé, et porte des ecchymoses. La radiographie confirme le diagnostic. Le traitement dépend de la fracture : il peut être orthopédique ou chirurgical. Le traitement orthopédique consiste à immobiliser le pied dans un plâtre. Le traitement chirurgical concerne surtout les fractures déplacées : le chirurgien remet les os en place (réduction) et les maintient à l'aide de vis ou de broches (ostéosynthèse).

Douleur à la cheville : l’arthrose peut être en cause

Comme toutes les autres articulations, les chevilles peuvent être confrontées à une usure prématurée du cartilage qui les compose et qui permet d’amortir les chocs. Si elle n’est pas la plus courante des formes arthrosiques, l’arthrose de la cheville occasionne pourtant d’importantes douleurs articulaires qui peuvent, à terme, altérer la marche. Les sportifs ou les personnes qui subissent de microtraumatismes réguliers au niveau de cette articulation sont des populations à risque.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X