Entorse : comment la soigner

Cheville gonflée, douleur articulaire, œdème… L’entorse de la cheville fait partie des traumatismes les plus courants de l’appareil locomoteur. Cette lésion ligamentaire peut revêtir diverses formes et différents degrés de gravité. De quelle manière la sévérité d’une entorse est-elle définie ? Comment soigner une entorse ?
Istock

L’entorse, qu’est-ce que c’est exactement ?

Il s’agit en fait d’un étirement ou d’une déchirure d’un ou plusieurs ligaments de la cheville. Bien entendu, toutes les structures articulaires (genou, poignet, coude…) peuvent être concernées, mais la cheville représente entre 7 à 10 % des consultations aux urgences. Il faut dire qu’en plus de supporter notre poids, cette articulation fait partie des plus sollicitées au cours de la marche. Les traumatologues ont pour habitude de classifier les entorses selon trois niveaux de sévérité :
- l’entorse légère : cette lésion bénigne se caractérise par le seul étirement d’un des faisceaux ligamentaires externes ;
- l’entorse moyenne : elle se traduit par un étirement ligamentaire auquel est associée une déchirure partielle ;
- l’entorse sévère : deux ou trois des faisceaux du ligament latéral externe sont totalement rompus.

L’entorse, comment est-elle prise en charge ?

Le traitement d’une entorse va avant tout dépendre de son degré de gravité, du ou des ligaments impactés, mais également du type de torsion à l’origine de la lésion. Ainsi, une entorse bénigne va requérir simplement l’application d’une poche de glace et l’utilisation d’un moyen de contention afin de réduire l’œdème. Des anti-inflammatoires suffisent généralement à soulager la douleur. L’entorse moyenne, en revanche, va nécessiter la pose d’un bandage élastique auquel sera associée une orthèse semi-rigide. Cette contention double va favoriser la marche dans de bonnes conditions. Des séances de rééducation sont souvent préconisées en parallèle. Enfin, les lésions graves, elles, font l’objet d’un traitement dit « fonctionnel » consistant à rétablir la fonction articulaire le plus précocement possible. Lorsque cela ne fonctionne pas, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

L’entorse, comment bien réagir ?

Avec le port de talons hauts, les activités sportives représentent le facteur de risque le plus important d’entorse de la cheville. Autant dire que ce type de lésions concerne une large partie de la population. Lorsque le traumatisme se produit, il est impératif de stopper immédiatement l’activité en cours - marche, course… - et de mettre l’articulation au repos. Ensuite, les spécialistes recommandent vivement l’application d’une poche de glace ou d’un spray refroidissant sur la cheville. Le froid va, en effet, maîtriser le processus inflammatoire en cours. Le fait de surélever la jambe est également un bon réflexe, car cela va permettre de réduire le risque d’hématome tout en limitant l’œdème. La prise d’antalgiques vendus librement en pharmacie soulage les douleurs occasionnées par une lésion superficielle. Pour toutes les autres, il est indispensable de consulter un médecin.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

"Entorse de la cheville". Ameli.fr. 27 juillet 2018.

"Entorse de cheville - traitement". Nantes MPR.

"Entorses de cheville". Centre de chirurgie orthopédique et sportive.

La rédaction vous recommande sur Amazon :