Anulingus : et si vous vous lanciez ?

Pourquoi l'anulingus est une pratique considérée comme "taboue" ?

Nathalie Giraud-Desforges : Parler de l'anulingus reste encore perturbant car nous sommes dans une zone a priori considérée comme "sale". Aussi, y mettre sa langue n'est pas quelque chose d'évident, d'ailleurs certains hommes préfèrent y mettre leur sexe car la bouche révèle de l'intime. Pourtant, la pratique se démocratise petit à petit et les femmes aussi s'y intéressent. Devenir le pénétrant participe au fantasme et prendre le pouvoir par la langue - vecteur important de sensation - est un plaisir indéniable. Pourquoi alors s'en passer ?

Comment bien s'y prendre ?

Nathalie Giraud-Desforges : Tout d'abord, dans le feu de l'action du cunnilingus ou de la fellation, la langue est souvent amenée à passer près de l'anus, ce n'est donc pas une zone "compartimentée". Par ailleurs, cette pratique est souvent un prélude à la sodomie, qui aide à stimuler cette zone avant une pénétration...

Pour décupler le plaisir de l'anulingus, les partenaires peuvent jouer avec une double porte d'entrée : la masturbation du clitoris avec le doigt ou bien la fellation avec la main. Les deux associés peuvent mener la personne au plus grand des extases, s'il y a beaucoup d'excitation entre les partenaires et si bien entendu, la pratique est pleinement consentie. La zone de l'anus est très vascularisée et permet d'obtenir énormément de plaisir !

Quelles sont les positions à adopter ?

Nathalie Giraud-Desforges : Pour bien s'y prendre et faire plaisir comme il se doit à son partenaire, vous pouvez vous rendre sous la douche et profitez de ce moment pour prodiguer un anulingus, ou encore passer en position de la levrette pour avoir accès directement à la zone. Les jambes ramenées vers soi (comme pour un cunnilingus) sont également un bon moyen d'être confortable pour recevoir la langue de son partenaire, le fessier surélevé d'un coussin.

Les risques et l'hygiène

Nathalie Giraud-Desforges : Il ne faut pas oublier que l'anulingus est une pratique à risque, où l'hygiène se doit d'être irréprochable ! En effet, la langue est vecteur de contaminations, comme l'herpès, l'hépatite, etc. Il suffit d'un simple saignement de gencive sur cette zone particulièrement vascularisée pour qu'il y ait un risque. Aussi, il peut être utile d'utiliser une digue dentaire (carré de latex sur lequel on peut apposer sa langue pour prodiguer des caresses buccales) lorsque l'on ne connait pas suffisamment son partenaire.

Enfin, prévoir une douche avant est essentiel : un peu d'eau et de savon suffisent pour s'assurer une propreté parfaite... et un plaisir assuré !

Merci à Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute et psycho-praticienne. Retrouvez son site et son blog Piment rose

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.