Sclerose en plaques : les 6 signes qui arrivent en premier

La sclérose en plaques (SEP) est la 2ème cause nationale de handicap acquis chez l’adulte jeune. Elle touche aujourd’hui 100.000 personnes en France avec 3000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, estime l'Institut du Cerveau.

Cette maladie inflammatoire du système nerveux central se caractérise par des lésions -les plaques- dans lesquelles la gaine protectrice des neurones, la myéline, est détruite, entraînant une dégénérescence des cellules nerveuses.

"La SEP est dite auto-immune, car le système immunitaire, dont le rôle est de protéger l’organisme contre les agents pathogènes (virus, bactéries), s’attaque dans ce cas à un composé du corps lui-même, en l’occurrence la myéline", décrit l'Institut.

Sclérose en plaques : elle évolue en 2 phases

"Les origines de la sclérose en plaques sont inconnues : elles sont multifactorielles, associant une susceptibilité génétique à des causes environnementales, détaille le Pr Ayman Tourbah, neurologue aux hôpitaux universitaires Paris-Ile-de-France Ouest, interrogé par Medisite. Dans 25 % des cas, la génétique joue un rôle. Parmi les facteurs environnementaux figure le déficit en vitamine D".

La sclérose en plaques évolue le plus souvent en 2 phases. La première se caractérise par des poussées de symptômes transitoires. On parle de phase rémittente. Elle débute vers 30 ans et représente 85% des formes initiales.

La seconde, commence généralement 10 à 20 ans après le début de la maladie. Elle est dite phase progressive. Elle se caractérise par l’installation continue de symptômes résiduels permanents responsables conduisant à un handicap fonctionnel cognitif ou moteur.

Sclérose en plaques : le handicap est irréversible

Lorsque le handicap est installé, il ne régressera plus.

"Petit à petit, la réparation ne se fait plus et la transmission nerveuse va ralentir, jusqu’au handicap chronique irréversible", a détaillé le Pr Tourbah.

Les symptômes varient d’une personne à l’autre et évoluent aussi au cours de la vie chez une même personne. Ils dépendent de la zone du cerveau touchée par les lésions. Ils peuvent être très variés, surtout pendant la première phase, ce qui peut rendre le diagnostic très difficile. Medisite passe en revue les premiers symptômes de la sclérose en plaques. Évidemment, ils évoluent à l'arrivée de la deuxième phase de la maladie : celle où le handicap permanent s'installe progressivement. Aperçu en images.

Une baisse de la vision d’un œil

1/6
Sclérose en plaques : les 6 signes qui arrivent en premier

"La SEP peut débuter par des signes très variés selon la localisation des plaques de démyélinisation. Il peut s’agir d’une baisse de la vision d’un œil", estime le Ministère de la Santé

Des troubles des mouvements

2/6
Sclérose en plaques : les 6 signes qui arrivent en premier

Les troubles des mouvements peuvent aussi se manifester au premier stade de la maladie.

Des troubles de l'équilibre

3/6
Sclérose en plaques : les 6 signes qui arrivent en premier

Le Ministère de la Santé cite également les troubles de l'équilibre lors de la marche.

Des sensations de picotements ou d’engourdissement

4/6
Sclérose en plaques : les 6 signes qui arrivent en premier

Les sensations de picotements ou d’engourdissement peuvent aussi révéler la première phase de la SEP.

Une faiblesse musculaire

5/6
Sclérose en plaques : les 6 signes qui arrivent en premier

Les contractions et faiblesse musculaire font aussi partie des symptômes.

La fatigue intense

6/6
Sclérose en plaques : les 6 signes qui arrivent en premier

"Une fatigue intense est souvent présente", selon le Ministère de la Santé

Sources

https://institutducerveau-icm.org/fr/sclerose-en-plaques/

https://www.inserm.fr/dossier/sclerose-en-plaques-sep/#:~:text=La%20scl%C3%A9rose%20en%20plaques%20est,plus%20souvent%20urinaires%20et%20intestinales)

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-neurodegeneratives/article/la-sclerose-en-plaques#:~:text=Les%20signes%20observ%C3%A9s%20au%20d%C3%A9but,Ils%20sont%20souvent%20transitoires

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.