Médicaments et canicule : attention aux risques pour le coeur, les reins ou de déshydratation accrue !

Publié le 28 Juin 2019 à 16h35 par Louise Ballongue, journaliste santé
En cas de grosse chaleur, les personnes sous traitement médical doivent rester vigilantes. Diurétiques, antidiabétiques, anticholestérolémiants et ou anti-inflammatoires aggravent le risque de déshydratation. D'autres traitements peuvent altérer fortement les reins ou le cœur. Ce qu'il faut savoir.

Médicaments et canicule : attention aux risques !© IstockEn période caniculaire, les seniors sont particulièrement touchés par la déshydratation, entraînée par des pertes importantes d'eau et de sel. Ce que l’on sait moins, c’est que leurs traitements jouent un rôle néfaste et peuvent présenter de réels risques.

Déshydratation et épuisement en tête

Certains médicaments ne font pas bon ménage pas avec les fortes chaleurs et peuvent présenter des risques pendant la canicule. Ils peuvent en effet altérer le fonctionnement des reins ou du cœur, atténuant la régulation de la température du corps.

Les médicaments diurétiques, les traitements contre le diabète, le cholestérol et les anti-inflammatoires aggravent le risque de déshydratation et entraînent des pertes importantes d’eau et de sel.

Certains médicaments comme les antagonistes et les sulfamides peuvent altérer les fonctions rénales. Les neuroleptiques et les antidépresseurs peuvent causer une hyperthermie (augmentation de la température du corps au-delà de 37 °c).

Certains traitements empêchent aussi le mécanisme de la sudation (qui permet, en évacuant de l’eau, de faire baisser la température interne), notamment les vasoconstricteurs que l’on retrouve dans des médicaments anti-rhume.

Les personnes âgées, les nourrissons et les personnes atteintes de pathologies chroniques ou en surpoids doivent être les plus prudentes.

Une thermorégulation insuffisante

Lorsque le mercure grimpe à 40 °c, le corps doit réguler sa température. Sauf que certains médicaments altèrent la capacité de notre corps à la réguler et peuvent rapidement endommager des organes vitaux comme le cerveau et le foie.

Les 2 principales complications sont :

  • Le syndrome d’épuisement-déshydratation, par pertes importantes d’eau et de sels, non compensées par une hydratation suffisante. Ce syndrome n’apparait qu’au bout de plusieurs jours.
  • Le coup de chaleur, qui peut survenir lorsque le corps n’arrive plus à contrôler sa température, qui augmente alors rapidement. Il apparaît en quelques heures. C’est une urgence médicale, car son évolution peut être fatale.

Pour prévenir ces risques, les personnes qui prennent des médicaments doivent boire beaucoup d’eau et hydrater leur corps avec des linges humides.

Faut-il arrêter ses médicaments en cas de forte chaleur ?

Même si certains médicaments peuvent jouer un rôle dans l’aggravation des problèmes liés aux fortes chaleurs, cela ne justifie jamais d’arrêter de sa propre initiative un traitement, ni même de le réduire ou de l’interrompre quelques jours.

C’est au médecin traitant d’évaluer la situation au cas par cas. Car les effets des médicaments ne sont le plus souvent problématiques que s’ils sont liés à certains contextes.

Il est également fortement déconseillé de pratiquer toute automédication, même ponctuelle, sans prendre l’avis du médecin traitant ou de votre pharmacien.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X