Des disparités délétères

De nos jours, si l’espérance de vie moyenne est élevée à la naissance, elle ne garantit pas l’accomplissement d’une existence en bonne santé. Les disparités entre les publics, entre les femmes et les hommes, entre les territoires, entre les catégories socio-professionnelles, se posent comme des entraves au parcours de santé de l’individu dès le début de la vie.
Les menaces en santé sont autant d’obstacles à surmonter en permanence : l’émergence de nouveaux agents infectieux avec la survenue de crises sanitaires, la multiplication des maladies chroniques, l’évolution des comportements à risque des jeunes, le vieillissement de la population, les effets délétères sur la santé des conditions de vie des populations vulnérables et précaires ou plus généralement l’impact de l’environnement sur la santé des personnes…

De plus, on assiste à une «exigence croissante des usagers aspirant à des prises en charges globales, individualisées et répondant à leurs attentes personnelles », ainsi que le souligne la Fédération Hospitalière de France qui déplore le cloisonnement actuel entre les soins de ville et les soins en hôpital et la complexité pour un suivi réussi des soins à l’échelle individuelle qui en découle.

Enfin, ces attentes fortes de la part des usagers, appliquées à leurs parcours de soin, de santé et de vie, sont légitimées par la place centrale qu’accordent désormais les pouvoirs publics au patient qui devient officiellement « acteur de sa santé » tel que stipulé dans la Stratégie Nationale de Santé 2018-2022, devenant ainsi le dénominateur commun aux actions des acteurs des secteurs sanitaires, sociaux et médico-sociaux. La Fédération Hospitalière de France (FHF) reprend à son compte cette nouvelle orientation : « C’est en développant cette culture commune autour de la finalité « patient » que ville et hôpital pourront assumer, partager et construire collectivement la responsabilité territoriale et populationnelle… »

L’outil numérique devient, on le voit bien, la solution technologique pour abolir les disparités et les distances quelles qu’elles soient, d’ordre démographique, géographique, social et bien sûr médical.

Créer la synergie Ville-Hôpital pour mieux se soigner, c’est avant tout communiquer

Au-delà des lourdeurs administratives et fonctionnelles qui sont à à dissoudre et qui faisaient foi jusqu’à présent dans la persistance du clivage Ville-Hôpital au détriment de l’offre de soin globale et donc du patient lui-même, c’est aussi une affaire de communication. Par exemple, parmi les multiples outils de communication entre les praticiens qui s‘annoncent, la Loi de Modernisation du Système de Santé stipule dans son article 95 la mise en place obligatoire d’une lettre de liaison entre les services de soin en ville et à l’hôpital complémentaire au compte-rendu d’hospitalisation pour « permettre la continuité des soins, en particulier si des dispositions sont à assurer directement par le patient au retour à son domicile ».

Le numérique garantit ainsi l’efficacité et la rapidité du dispositif par la dématérialisation de ce document de liaison qui est ainsi déposé dans le Dossier Médical Partagé, et que les praticiens concernés peuvent faire circuler par messageries sécurisées.

Université d’été de la E-Santé et lien ville-hôpital : des experts, et les mots pour le dire

L’université d’été de la E-Santé a réuni des experts autour d’une table ronde pour échanger autour d’une « intelligence organisationnelle » à mettre en place pour établir ce nouveau lien Ville – Hôpital en santé. Cette expression habituellement réservée au jargon de l’Entreprise, révèle la rigueur et la méthode nécessaires pour mener à bien le projet dans un cadre numérique solide, avec des objectifs à atteindre. La remise en cause du mur qui sépare la médecine de ville et l’hôpital s’apparente au fameux « fonctionnement en silo », un concept en vogue que dénoncent à l’heure actuelle les stratèges du système entrepreneurial. L'heure est à la transversalité, à l'harmonie, à la facilitation des process...

A l’image de la stratégie d’une entreprise, il y aura de l’organisation interne à mettre en place, ainsi que des processus opérationnels, des outils de production et des compétences à développer, en une synergie que seul permet le numérique.

La table ronde accueillait les experts suivants :

- Dominique Noël, Présidente du Festival de la Communication en Santé, et co-organisatrice de la table ronde ;
- Eric Phelippeau, Vice-Président du Festival de la Communication Santé - Président de By Agency Group ;
- Emmanuelle Pierga, Directrice de la communication - Orange Healthcare ;
- Anne Larpin, Directeur Général Délégué - MNH Group ;
- Sébastien Kübler, Patient expert SEP (Sclérose en plaque) ;
- Et le Dr Aurélien Lambert, oncologue médical et Président-fondateur de Pandalab.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

https://www.universite-esante.com/

https://www.fhf.fr/Presse-Communication/Espace-presse/Communiques-de-presse/Ville-hopital-des-pistes-pour-renforcer-les-liens

http://www.irdes.fr/documentation/syntheses/loi-de-modernisation-du-systeme-de-sante-francais.pdf

http://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/strategie-nationale-de-sante/article/la-strategie-nationale-de-sante-2018-2022

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.