Le malaise vagal est dû à une suractivité du nerf vague. Ce long nerf relie le cerveau à l'estomac, en passant par le cœur. « Le nerf vague joue un rôle crucial : il empêche le cœur de battre trop vite et diminue la tension artérielle. Mais en cas d'hyperstimulation (liée à un stress, par exemple), le nerf vague ralentit le rythme cardiaque de façon trop importante. Le cœur a alors moins de force pour envoyer le sang dans tout le corps et, notamment, au cerveau.

Privé de sang et d'oxygène, le cerveau se met en mode « off » pour se protéger : c'est ce qui explique la perte de connaissance caractéristique du malaise vagal », souligne le Dr Jacques Franzoni, médecin généraliste à Raismes (Hauts-de-France).

Malaise vagal : les signes caractéristiques

Le malaise vagal est, le plus souvent, lié à un choc émotionnel. « Un stress, une grosse contrariété ou la vue du sang, par exemple, peuvent hyperstimuler le nerf vague, faire ralentir le cœur de façon anormale et donc, provoquer un évanouissement.

D'autres causes peuvent expliquer ce malaise. C'est le cas d'un effort intense, de la station debout en période de forte chaleur, d'une douleur violente. Ou encore, de l'hypotension orthostatique : baisse de tension liée à un changement de position (allongée/assise à debout, notamment) », indique le Dr Franzoni.

Toutefois, pas de panique : le malaise vagal est toujours bénin et ne dure, en général, pas plus d'une trentaine de secondes. Très vite, le corps se remet en marche grâce à une décharge d'adrénaline : une hormone efficace pour remonter la tension et la fréquence cardiaque. Quant aux symptômes précurseurs du malaise vagal, ils sont bien connus :

  • nausée ;
  • vertige ;
  • sueurs ;
  • brusque pâleur du visage (pas assez de sang au niveau du visage) ;
  • vision trouble (voile devant les yeux) ;
  • hypersalivation ;
  • bourdonnement d'oreille ;
  • faiblesse des muscles des jambes.

Adopter les bons réflexes face à un malaise vagal

Face à un malaise, lorsque l'on n'est pas sûr qu'il s’agisse d'un simple malaise vagal, il faut appeler les secours. Par ailleurs, il est vivement recommandé d’allonger la victime et de surélever ses jambes.

« Ces gestes permettent au sang de remonter plus facilement au cerveau. Puis, lorsqu'elle a repris connaissance, la victime doit manger du sucre ou boire une solution à base d'eau sucrée. Quand on fait un malaise vagal seul chez soi ou dans la rue, par exemple, il faut également avoir le réflexe de lever ses jambes et de prendre du sucre, si possible », note le Dr Franzoni.

Par ailleurs, le malaise vagal survient de façon progressive. Lorsque l'on est familier avec ce type de malaise, il faut penser à s'asseoir ou s'allonger, dès les premiers symptômes. Cela peut permettre d'éviter l'évanouissement. Enfin, s'il s'agit d'un premier malaise, il faut toujours consulter un médecin généraliste ou urgentiste. « Seul ce professionnel de santé peut effectuer des examens pour écarter d'autres causes de perte de connaissance (problèmes cardiaques, neurologiques, diabète...), souvent plus graves », conclut le Dr Franzoni.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

Merci au Dr Jacques Franzoni, médecin généraliste à Raismes. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.