Sommaire

L’eau est essentielle à la vie, c’est donc sans surprise qu’elle est très présente dans le corps humain. Précisément, elle représente 60 % de la masse corporelle de chaque individu. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) rappelle que nous consommons environ 150 litres d’eau du robinet par jour et par personne.

Au quotidien, il est recommandé de boire environ 1,5 litre d’eau par jour et par personne. Évidemment, cette quantité doit être adaptée en fonction des températures, des activités, de l’âge, etc. « En période de canicule, il est recommandé de boire des eaux minéralisées pour compenser les pertes de minéraux par la transpiration et la déshydratation liée aux fortes chaleurs, notamment les eaux contenant des sels de bicarbonate, de chlorure de sodium, du potassium, du magnésium », détaille l’Anses.

La déshydratation désigne un manque d’eau et de sels minéraux dans le corps, essentiels au bon fonctionnement de l'organisme. Les nourrissons, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques sont davantage à risque de souffrir de déshydratation.

En fonction de l’âge des patients, les symptômes de la déshydratation ne sont pas les mêmes. Chez l’adulte et le grand enfant, elle se manifeste par la soif, les lèvres sèches, une perte inférieure à 5 % du poids du corps et une importante fatigue. Quand elle est grave, elle s’accompagne d’une soif intense, d’une peau sèche, de fièvre, de faibles urines, de maux de tête, d’une modification du comportement, de vertiges, etc.

Pour les plus petits, il est conseillé de consulter un médecin si le nourrisson dort beaucoup, s’il est anormalement apathique, s’il a un comportement atypique, s’il respire vite, s’il est pâle aux yeux cernés, s’il perd du poids. Autre signe à connaître, la déshydratation peut se manifester par une dépression des fontanelles situées sur la partie supérieure du crâne, ces dernières marquent lorsque on appuie le creux du doigt.

Attention aux troubles digestifs

« Précisément, la déshydratation se produit quand les pertes d’eau sont excessives et ne parviennent pas à être compensées par les apports. En clair, l’organisme manque d’eau », explique le Dr Jacques Amselem, médecin généraliste en Seine-et-Marne.

Avant d’ajouter : « Le plus souvent, la déshydratation se produit quand l’apport en eau est insuffisant pendant plusieurs jours. Pendant cette période, l’eau s’évapore à travers la peau, quand on transpire et la quantité d’eau apportée à son organisme n’est pas suffisante pour pallier cette élimination excessive ».

De plus, elle peut également être la conséquence de diarrhées, du syndrome du côlon irritable, du syndrome de malabsorption, d’une gastroentérite et de vomissements. La déshydratation peut aussi se produire en cas d’un épisode sévère et prolongé de fièvre, surtout chez les personnes âgées ou les enfants.

Certaines maladies chroniques en cause

Dans certains cas, la déshydratation peut être la conséquence de la prise de certains médicaments. « Que ce soit des diurétiques, qui augmentent la production des urines ou des laxatifs en cas de constipation, qui augmentent la quantité des selles », détaille le Dr Jacques Amselem.

De même, certains traitements, par exemple, ceux destinés à lutter contre l’hypertension artérielle peuvent modifier le métabolisme de l’eau dans l’organisme et entrainer une insuffisance rénale ou une déshydratation. Là encore, il est recommandé de boire davantage pour pallier les pertes de liquide. L’alcool peut également avoir un effet déshydratant, car une prise excessive possède un effet diurétique.

Par ailleurs, plusieurs maladies peuvent accroître le risque de souffrir d’une déshydratation. C’est, par exemple, le cas d’un diabète déséquilibré. « Les patients qui souffrent d’un diabète sucré ont un taux de sucre trop important dans le sang. En conséquence, ils urinent beaucoup causant ainsi une perte de minéraux et d’eau. En général, ils boivent beaucoup pour compenser. Un contrôle équilibré de son diabète est impératif », précise le médecin. À l’inverse, si vous n’êtes pas diabétique, mais que vous ressentez très souvent la soif, n’hésitez pas à consulter votre médecin afin de faire doser votre glycémie.

Règles et stress ?

Il est assez fréquent d’entendre que les règles sont également responsables de déshydratation. Réalité ou idée reçue ? Le Dr Jacques Amselem en dit plus : « Pendant la période des règles, les œstrogènes et la progestérone peuvent impacter l’hydratation en modifiant le volume des urines. Il est alors conseillé de boire plus que d’habitude lors de ces quelques jours ».

Qu’en est-il des situations de stress ? Quand nous sommes stressés, il est fréquent d’avoir la bouche sèche. Un signe de déshydratation ? « Pendant les périodes de stress, il est fréquent d’avoir envie d’uriner ou d’aller plus à la selle que d’habitude ce qui peut donc entraîner une déshydratation. Le stress agit sur une hormone qui régule l’eau dans le corps », précise le médecin. Alors, en situation de stress, il est recommandé de boire plus que d’habitude pour compenser les pertes. Une bonne solution pour se débarrasser également de cette sensation désagréable de bouche sèche.

Comment réagir ?

La déshydratation ne se traite pas forcément de la même manière chez les nourrissons et chez les adultes. Chez les adultes, il est recommandé d’allonger la personne, de la dévêtir, de la rafraîchir avec des linges humides, de lui faire de l’air. « Compensez ses pertes en eau et en sel : donnez-lui à boire fréquemment et plus que d'habitude, notamment des boissons contenant assez de sucre et de sel (eau sucrée, bouillons de légumes salés) », détaille Ameli.fr.

En cas de déshydratation chez un nourrisson, la prise en charge est quelque peu différente. « Les conséquences pour un tout petit peuvent être graves, il faut donc bien le surveiller et compenser rapidement les pertes en eau et en sels minéraux. Pour cela, il faut lui administrer des solutions de réhydratation orales (SRO) », recommande le Dr Jacques Amselem. Précision : ces solutions prescrites par un médecin sont prises en charge par l'Assurance Maladie.

Un bébé déshydraté ne doit jamais boire seulement de l’eau ou des boissons sucrées qui ne seront pas efficaces pour pallier les pertes. En cas de gastro-entérite, il faut compter le nombre de selles et de vomissements, prendre fréquemment la température et le peser pour surveiller la baisse de poids. Si les symptômes s’aggravent ou ne s’améliorent pas, il est alors recommandé de consulter très rapidement un médecin. Dans les formes graves ou lorsque le traitement et la surveillance ne sont pas possibles sur place, l’hospitalisation peut être indiquée pour une réhydratation par voie intraveineuse.

Est-il possible de prévenir la déshydratation ?

Évidemment, il est préférable d’anticiper une possible déshydratation plutôt que de devoir la traiter. Pour éviter cette situation, il est donc conseillé de boire davantage quand il fait chaud ou pendant un effort important. Certains aliments riches en eau sont aussi à privilégier : tomate, carambole, pastèque, concombre, courgette, céleri, fraise, citron, melon, etc.

Par ailleurs, dans des situations à risque (vomissements, fièvre, diarrhée etc…), il est possible de de faire le diagnostic de déshydratation avant l’apparition de signes cliniques en réalisant une prise de sang avec numération formule sanguine, ionogramme et fonction rénale.

Sources

Eau de boisson : bonnes pratiques de consommation, Anses.

Déshydratation, Ameli.fr

Merci au Dr Jacques Amselem, médecin généraliste. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.