Attention, cette bactérie multi résistante se cache dans votre intestin !

Une étude américaine vient de démontrer que les femmes en bonne santé pouvaient avoir des bactéries résistantes dans leurs intestins. Elles seraient responsables de graves infections.

La bactérie E.coli est pointée du doigt depuis la publication de résultats liés aux travaux de chercheurs américains. L'étude, publiée dans le journal Oxford University Press, Clinical Infectious Diseases, montre que la souche “Escherichia coli” a pour habitude de s’installer dans les intestins de femmes en bonne santé pour pulluler et engendrer ensuite de graves infections des voies urinaires.

Près de 9% des femmes ont des bactéries résistantes dans leur intestin

Pour arriver à découvrir l'existence de cette fameuse bactérie, des chercheurs ont analysé durant plusieurs mois les intestins de 1 000 femmes en bonne santé, qui ne présentaient aucun symptôme d’infection des voies urinaires.

Evgeni V. Sokurenko, professeur de microbiologie à la faculté de médecine de l'Université de Washington, était le chercheur principal de l'étude. Plusieurs autres professeurs de microbiologie de l'UW et des chercheurs du Kaiser Permanent Research Institute à Seattle ont collaboré à ces travaux.

Ensemble, ils ont découvert que près de 9% des femmes avaient des souches d'Escherichia coli multirésistantes dans leur intestin.

Un résultat inquiétant quand on sait que la bactérie E. coli peut passer de l’intestin à l'urètre en très peu de temps. Les bactéries peuvent ensuite pénétrer dans la vessie et dans d’autres parties des voies urinaires.

Des infections urinaires détectées

Plus du tiers des échantillons d'urine fournis par les personnes qui présentaient une infection urinaire se révélaient positifs à la présence des E. Coli.

Trois mois après cette collecte d'urine, les chercheurs ont pu diagnostiquer des infections des voies urinaires chez plus de 7% des participants.

Ces résultats suggèrent que les souches spécifiques d' E. Coli multirésistantes ont une durée de vie dans l'intestin beaucoup plus longue que d'autres souches résistantes. Elles peuvent également être présentes dans l'urine de femmes en bonne santé sans nécessairement causer de symptômes (brûlures, présence de sang dans l’urine, signes avant-coureurs d’une infection bactérienne).

Evgeni V. Sokurenko a déclaré que “la présence de souches multirésistantes dans l'intestin pouvait aider à prévenir les infections cliniques ultérieures.”

Par ailleurs, les “fluoroquinolones” (médicaments les plus prescrits pour traiter les infections des voies urinaires) deviennent peu efficaces en raison de la résistance croissante des bactéries.

Selon les chercheurs, malgré les efforts déployés pour limiter leur utilisation, les bactéries résistantes à cette catégorie d'antibiotiques sont en plein essor et se répandent dans le monde entier.

"La capacité des deux souches pandémiques, ST131-H30R et ST119, à s’installer de manière durable dans le ventre de la population pourrait avoir contribué à leur propagation mondiale rapide”, précisent les chercheurs.

Il souligne également “l'intérêt de déterminer le statut “porteur” des patientes pour prédire les infections futures résistantes, et la nécessité de repenser l'importance des bactéries présentes dans l'urine qui n’engendrent pas de symptômes.”

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

"E. coli superbug strains can persist in healthy women's guts", EureKalert !, 23 juillet 2019. 

La rédaction vous recommande sur Amazon :