Rétention d'eau : que faire ? Comment lutter contre ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLa rétention d’eau concerne une femme sur deux. Il existe heureusement des solutions pour lutter contre l’excès d’eau dans les tissus et « dégonfler ». Le point.

Rétention d'eau : qu'est-ce que c'est ?

La rétention d’eau correspond à une accumulation d’eau dans les tissus de notre organisme. Celle-ci se manifeste par un gonflement, une sensation d’être gonflé(e), serré(e) dans ses vêtements. "La rétention d’eau est une entité non reconnue sur le plan médical. Lorsque la rétention d’eau est pathologique, on parle d’œdème", explique Dr Ariel Toledano, médecin vasculaire et phlébologue à Paris.

L'organisme renferme des milliards de cellules, alimentées par des kilomètres de vaisseaux sanguins infiniment petits. Dans ces micro-vaisseaux circule notre sang composé d'eau à 62%. Il nourrit les cellules en oxygène, en eau et en nutriments. C'est ce que l'on appelle la filtration. Les cellules rejettent ensuite dans le sang du dioxygène (redirigé vers les poumons), des déchets et toxines (redirigés vers les reins). C'est ce que l'on appelle la réabsorption. Pour passer du sang aux tissus, et faire le chemin inverse, l'eau traverse la paroi des vaisseaux sanguins.

Lorsque la filtration (eau libérée dans les tissus) est supérieure à la réabsorption (eau rejetée dans le sang), on parle de rétention d'eau. On observe alors un gonflement dans différentes parties du corps. Il peut être plus ou moins important, selon les causes.

Photo : oedème des membres inférieurs constaté lors d'une insuffisance cardiaque

Photo : oedème des membres inférieurs constaté lors d'une insuffisance cardiaque© Creative Commons

Crédit : James Heilman, MD — Travail personnel © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

Rétention d'eau : faut-il s'inquiéter ?

Réponse du Dr Ariel Toledano, médecin vasculaire et phlébologue : "la rétention d’eau n’est pas grave. C’est un problème fonctionnel, mais il peut être source d’inconfort et même être un véritable handicap au quotidien."

Jambe, pieds, visage, bras : quelles parties du corps sont concernées ?

La rétention d’eau peut aussi entraîner des gonflements :

  • Des pieds et les chevilles : ce sont les membres les plus touchés.
  • Des jambes.
  • Du ventre.
  • Des mains.
  • Des doigts.
  • Des seins.

Pendant la période prémenstruelle, les femmes peuvent ainsi présenter un œdème au niveau du ventre, du visage, des bras, des jambes.

La rétention d’eau au niveau du visage peut se rencontrer lors de la prise de certains médicaments comme les corticoïdes.

Dans certains cas, la rétention d’eau est généralisée et se manifeste par une prise très rapide de poids jusqu’à 3 kg.

La rétention d'eau en chiffres

Une femme sur deux est concernée par la rétention d’eau, mais les hommes peuvent être également touchés.

"90% des cas de rétention d’eau touchent les femmes, cela car il y a une part hormonale", explique le Dr Ariel Toledano, médecin vasculaire et phlébologue.

La rétention d’eau touche aussi 50 à 80% des femmes enceintes. Généralement anodine, la rétention d'eau pendant la grossesse demande toutefois de rester vigilante car elle peut être un signe de prééclampsie, une maladie dangereuse pour la mère et son enfant.

Quels sont les symptômes de la rétention d'eau ? 

La rétention d’eau se manifeste par :

  • Un gonflement des tissus.
  • Parfois une marque de pression qui persiste après un appui avec le doigt sur le tissu œdématié (en forme de godet).
  • Un aspect de peau modifié : la peau apparaît luisante et étirée.
  • Une sensation de lourdeur ou de raideur lorsque les œdèmes touchent les jambes.
  • Parfois une décoloration cutanée.
  • Parfois des démangeaisons.

Ces signes de rétention d’eau peuvent être des signes d’œdème pathologique.

Oedème : que faire ?

Réponse du Dr Ariel Toledano, médecin vasculaire et phlébologue : "c’est le rôle du médecin quand il y a une rétention d’eau de faire la différence entre un œdème d’origine pathologique et une rétention d’eau qui n’a pas de critère de gravité".

Photo : eodème d'un pied 

Photo : eodème d'un pied© Creative Commons

Quelles sont les causes de la rétention d'eau ?

Il existe plusieurs causes de rétention d’eau.

Les causes principales de rétention d'eau sont les suivantes :

  • Une mauvaise circulation veineuse : la rétention d'eau se manifeste alors le plus souvent par un gonflement au niveau des chevilles et des pieds, où le retour veineux est moins bon.
  • L’exposition à la chaleur.
  • L’immobilité prolongée, en position assise ou debout.
  • Un dysfonctionnement lymphatique (maladie congénitale) peut aussi être à l'origine de rétention d'eau. Les gonflements peuvent survenir n'importe où sur le corps.
  • Un déséquilibre hormonal : une grossesse, la ménopause, les menstruations, une pilule mal dosée ou un traitement hormonal (oestrogènes, thyroïde...). Les gonflements peuvent survenir n'importe où sur le corps.
  • Un déséquilibre alimentaire : trop de sel, un manque de protéines, une intolérance au gluten ou au lactose peuvent provoquer des gonflements. Les gonflements surviennent le plus souvent dans les membres.

Rétention d'eau : les troubles hormonaux sont-ils souvent en cause ?

Réponse du Dr Ariel Toledano, médecin vasculaire et phlébologue : "les variations hormonales physiologiques à travers le cycle menstruel chez la femme sont à l’origine de 95% des cas de problèmes de rétention d’eau".

Il peut aussi y avoir d'autres causes possibles de rétention d’eau :

  • Une inflammation : lors d'un traumatisme, d'une entorse par exemple, l'organisme sécrète une substance qui perméabilise les vaisseaux sanguins, pour agir rapidement et efficacement sur les lésions.
  • La prise de certains médicaments (corticostéroïdes ou médicaments contre l’hypertension artérielle par exemple).
  • Une intolérance au gluten ou au lactose.
  • Des pathologies cardiaques.
  • Des pathologies pulmonaires chroniques.
  • Des pathologies des reins.
  • Des maladies de la thyroïde.

Pourquoi la femme enceinte fait-elle de la rétention d'eau ?

La rétention d'eau apparaît généralement chez la femme enceinte au troisième trimestre (plus rarement en début de grossesse) et se manifeste par des gonflements des doigts, des mains et des pieds parfois du corps entier. Cette rétention est liée à un mauvais fonctionnement des veines.

Ce dysfonctionnement est dû aux hormones de la grossesse, mais aussi à la pression de l'utérus sur les vaisseaux et à la prise de poids. Cette rétention est donc physiologique lorsqu'on est enceinte. Cependant si celle-ci apparaît brutalement, il faut consulter rapidement, car cela peut être un signe de maladie hypertensive.

Oedèmes : quels sont les facteurs de risque ?

Il existe plusieurs facteurs de risque de rétention d’eau :

  • La station debout ou assise prolongée.
  • Le surpoids.
  • L’hérédité.
  • La grossesse ou les périodes de fluctuations hormonales (avant les règles, ménopause).
  • La prise de certains médicaments (corticoïdes, médicaments anti hypertenseurs).

Conseil du Dr Ariel Toledano, médecin vasculaire et phlébologue :

"Les personnes doivent être vigilantes par rapport aux médicaments qu’elles prennent et qui peuvent provoquer de la rétention d’eau : corticoïdes, inhibiteurs calciques…"

Rétention d'eau : quelles sont les personnes à risque 

  • Les femmes sont plus à risque de rétention d’eau que les hommes, notamment pendant les périodes prémenstruelles, lors de la grossesse ou de ménopause.
  • Les personnes qui passent beaucoup de temps en position debout ou assise ont plus de risque de faire de la rétention d’eau.
  • Les personnes consommant trop de sel risquent plus de souffrir de rétention d’eau.
  • Celles prenant certains médicaments comme des corticoïdes ou des médicaments contre l’hypertension artérielle présentent plus de risque de développer des œdèmes.

Combien de temps dure un oedème ?

Le plus souvent, les œdèmes sont temporaires et bénins. Ils se résorbent le plus souvent d’eux même soit de manière spontanée soit avec un traitement.

Rétention d'eau : qui, quand consulter ?

Quelle que soit la cause de la rétention d’eau, il est préférable de consulter son médecin traitant en cas de rétention d’eau pour qu’il puisse poser le diagnostic, éliminer un problème grave, et prescrire un traitement ou des conseils adaptés. Si besoin, il vous orientera vers un phlébologue.

Quand consulter en cas de grossesse ?

Si vous constatez que vos jambes, pieds ou mains enflent pendant la grossesse, mieux vaut en parler avec votre médecin. Si les œdèmes apparaissent brutalement, il faut consulter très rapidement.

Quelles sont les complications de la rétention d'eau ?

Il est recommandé de consulter votre médecin rapidement si vous présentez des œdèmes qui persistent accompagnés d’autres signes (par exemple un essoufflement) car cela peut être des symptômes d’une maladie.

Un œdème unilatéral au niveau des jambes accompagné d’une sensation de chaleur et d’une douleur profonde doit aussi alerter car ce sont des signes de phlébite, caillot de sang qui bloque la circulation sanguine.

Rétention d’eau pendant la grossesse : quels sont les signes d’alerte ?

Si la rétention d’eau est le plus souvent physiologique pendant la grossesse, avec des jambes, pieds et mains qui sont enflés, des maladies graves peuvent provoquer une rétention d’eau pendant la grossesse, notamment la pré-éclampsie ou toxémie gravidique. C’est une complication de la grossesse caractérisée par une pression artérielle élevée et une augmentation du taux de protéines dans les urines. Elle touche près de deux femmes enceintes sur 100. La pré-éclampsie survient généralement au-delà de 20 semaines de grossesse et se manifeste par un gonflement important ou rapide des jambes et d’autres parties du corps, des bouffissures du visage et des mains, une prise de poids rapide, des maux de tête sévère, des nausées et vomissements, des troubles visuels (corps flottants devant les yeux...), un essoufflement.

A retenir : des œdèmes qui deviennent plus importants de façon brutale ou apparaissent de façon très rapide pendant la grossesse doivent amener à consulter en urgence un médecin ou à se rendre aux urgences obstétricales.

Les examens et analyses à faire

En présence d’une rétention d’eau, le médecin fait un examen clinique complet incluant la prise de tension artérielle. Il peut être amené à prescrire des examens comme une prise de sang, une analyse d’urine.

Rétention d'eau : comment la soigner ?

Pour diminuer les œdèmes non liés à des pathologies, le traitement consiste à traiter la cause lorsque cela est possible et à respecter des mesures hygiéno-diététiques :

  • Diminuer le sel dans l’alimentation, ne pas resaler ses plats, car le sel retient l’eau. Trois grammes de sel par jour suffisent à notre organisme. Privilégiez les herbes et épices.
  • Manger des fibres et des protéines : une alimentation riche en protéines et en fibre aide à éliminer l’eau en excès dans le corps.
  • Bien s’hydrater : il faut absolument drainer et donc boire au miminum  2 litre d’eau par jour.
  • Porter des bas de contention : si la rétention d’eau est due à un souci veineux, alors les bas de contention amélioreront la circulation sanguine.
  • Effectuer un drainage lymphatique : si la rétention d’eau exprime un souci lymphatique, un drainage lymphatique effectué par un kinésithérapeute peut éliminer l’eau stockée en excès.

Comment boire suffisemment ?

La recommandation du Dr Ariel Toledano, médecin vasculaire et phlébologue : "Pour boire au minimum 2 litres d’eau par jour, on doit se fixer l’objectif suivant : huit verres d’eau ou d’autres liquides : des jus, des bouillons, des tisanes, des soupes ou toutes boissons chaudes. Chaque verre doit être l’équivalent de 250 ml".

Quels diurétiques prendre en cas de pathologies graves ?

Lorsque la rétention d’eau est liée à une maladie grave comme une insuffisance cardiaque, le médecin peut prescrire des médicaments diurétiques, médicaments qui agissent sur les reins pour favoriser l’élimination de l’eau et du sel par les urines. Toutefois, ils sont généralement préscrits pour une courte durée car ils peuvent endommager les reins.

De plus, ces solutions ne sont pas indiquées pour notamment les femmes enceintes et les patients qui souffrent d’insuffisance veineuse.

Quelles sont les solutions naturelles contre la rétention d’eau ?

Les plantes sont efficaces contre la rétention d’eau au niveau des jambes, notamment une tisane à base de thé vert, de racines d'asperge et de menthe. Elle va avoir un effet diurétique et booster l'élimination de l'eau en excès dans l'organisme.

D'autres plantes peuvent aider contre la rétention d'eau : le pissenlit, le sureau, le frêne, l'orthosiphon. Elles vont drainer l'eau et les jambes vont dégonfler.

Pour encore plus d’efficacité, il est recommandé de les associer à des plantes aux propriétés veinotoniques (vigne rouge, marron d’Inde, petit houx...).

Les compléments alimentaires anti-rétention d’eau

Des draineurs sous forme de compléments alimentaires permettent de diminuer les œdèmes. Ils aident à éliminer le surplus d'eau en stimulant la circulation sanguine et lymphatique. Citons notamment le marron d’Inde, la vigne rouge, l’hamamélis. Il est aussi possible de se tourner vers le thé vert. Cet antioxydant qui stimule le métabolisme est également un puissant drainant. Le bouleau est une autre solution. Il permet l'élimination des liquides stockés dans le corps sans perte de minéraux.

Les compléments alimentaires peuvent être vendus sous forme de comprimés, d'ampoules, de gélules, de boissons ou encore de sachets. Toutefois, il est important de discuter avec le pharmacien ou son médecin avant de prendre ces produits. Il est en effet conseiller de s'assurer qu'il n'y a pas de contre-indication avec son état de santé.

Les traitements homéopathques de la rétention d’eau

L'homéopathie* est l'un des remèdes qui permettent de réduire la rétention d'eau.

  • Si la rétention d'eau ne se situe qu'au niveau des jambes, il faut prendre deux granules de Thuya occidentalis 5 CH, trois fois par jour.
  • Si le reste du corps est aussi atteint par la rétention d'eau, il convient de prendre deux granules de Natrum sulfuricum 5 CH, également trois fois par jour.

Comment soulager la rétention d'eau pendant la grossesse ?

Au cours de la grossesse, peu de médicaments sont autorisés. En cas d'œdèmes importants et gênants, il est recommandé de consulter un médecin, seul praticien habilité à préconiser un traitement ainsi que des mesures hygiénico-diététiques adaptées. En plus d'une consommation en sel maîtrisée et une limitation des aliments à index glycérique élevé, il est souvent conseillé d'avoir une pratique physique douce et régulière afin de faciliter la circulation sanguine. Des bas de contention peuvent également s'avérer très utiles lorsque la rétention au niveau des jambes et des pieds est handicapante au quotidien.

Peut-on se soigner par les plantes lorsqu'on est enceinte ?

Réponse du Dr Ariel Toledano, médecin vasculaire et phlébologue : "attention, en cas de grossesse, la plupart des plantes conseillées en cas de rétention d’eau sont contre-indiquées. Il est prudent de demander l’avis à son médecin traitant".

Comment prévenir la rétention d'eau ?

Quelques règles d’hygiène de vie et alimentaires aident à prévenir la rétention d’eau :

  • Pratiquer une activité physique régulière.
  • S’hydrater correctement : il est recommandé de boire 2 litres de boissons non sucrées chaque jour.
  • Éviter l'excès de sel (attention notamment au sel caché et ajouté dans les charcuteries ou plats surgelés) : 4 à 6 g par jour de sel suffisent à notre organisme. Favorisez les produits frais, cuisinés maison, pour contrôler la quantité de sel. Évitez aussi les olives, les cornichons, la charcuterie et les produits fumés qui sont riches en sel.
  • Avoir une consommation quotidienne adaptée en protéines (1g par kg par jour, soit 58 g de protéines pour une femme de 58 kg).
  • Pratiquer des messages des jambes.
  • Éviter le port de chaussures à talons hauts et de vêtements trop serrés.
  • Porter des bas de contention en cas de station debout prolongée ou de long voyage (train, voiture, avion).

Quels sont les meilleurs aliments anti-rétention d’eau ?

Des fruits et légumes aux vertus diurétiques peuvent aider à faire moins de rétention d’eau, par exemple :

  • L'ail.
  • L'artichaut.
  • L'asperge.
  • L'aubergine.
  • Le concombre.
  • Le cresson.
  • Le pissenlit.
  • L'oignon.
  • Le poireau.
  • La cerise.
  • La figue.
  • Le melon.
  • La pêche.
  • Le raisin.

Comment éviter la rétention d’eau pendant la grossesse ?

Il est conseillé de boire de l’eau régulièrement. Il faut également réduire la consommation de sel et de plats épicés. Avoir une alimentation équilibrée et éviter une prise de poids importante sont aussi une façon de prévenir les œdèmes pendant la grossesse ou en tout cas de les limiter. Pour faciliter la circulation sanguine, il est recommandé de pratiquer la marche à pied ou de nager.

Sites d’informations et associations

Site du Dr Ariel Toledano, médecin vasculaire et phlébologue :

http://www.docteurarieltoledano.com

Site du Dr Kahina Betroune, Quand faire appel à un phlébologue ? :

http://www.phlebologue.fr/faire-appel-a-phlebologue/

Gonflement (Oedème), Manuel MDD grand public :

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-cardiaques-et-vasculaires/symptômes-des-maladies-cardiovasculaires/gonflement

*Selon les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) qui a conclu à l’"efficacité insuffisante" de l'homéopathie, le taux de remboursement de ces produits pharmaceutiques va passer de 30% à 15% en 2020, puis à 0% au 1er janvier 2021. 

Source(s):

Dr Ariel Toledano, Mon régime anti rétention d’eau : programme d’attaque en 14 jours, Editions In press, mars 2018

Support de Cours (Version PDF) - Item 323 : Œdèmes  des membres inférieurs, Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire

http://campus.cerimes.fr/medecine-vasculaire/enseignement/vasculaire_323/site/html/cours.pdf

DCEM3 / Ph. ARLET, L. SAILLER , Ph. LEGER, H. BOCCALON/ déc. 2002 UNIVERSITE PAUL SABATIER FACULTE DE MEDECINE RANGUEIL DCEM3 Item 323 : Œdèmes des membres inférieurs Ph. ARLET, L. SAILLER, H. BOCCALON

http://www.medecine.ups-tlse.fr/dcem3/module14/323%20Oedemes%20des%20membres%20inferieurs.pdf