Œdème cérébral : quel pronostic ?

Publié le 16 Janvier 2019 par La Rédaction Médisite
L’œdème cérébral est une urgence médicale, qui survient dans le cadre de certaines maladies cardiovasculaires et qui peut engager le pronostic vital du patient. L’augmentation de la pression intracrânienne que cet œdème au cerveau entraîne peut également occasionner des dommages irréversibles.
Publicité

© Istock

L’œdème cérébral : qu’est-ce que c’est ?

Les médecins parlent d’œdème lorsqu’une quantité anormale de liquide séreux s’accumule au sein des tissus intra et/ou extracellulaires cérébraux. Résultat : le cerveau gonfle. Ce trouble revêt une appellation spécifique en fonction de son origine et de la localisation du liquide. Parmi les principaux types d’œdèmes, on retrouve : - l’œdème cytotoxique : il est principalement observé à la suite de lésions cérébrales (traumatismes crâniens) ; - l’œdème osmotique : il résulte d’une perturbation électrolytique secondaire à la diminution du taux de sodium sanguin ; - l’œdème vasogénique : il est principalement causé par l’hypertension artérielle ou une tumeur qui se développe au niveau de l’encéphale.

Publicité

L’œdème cérébral : quels signes ?

Si l’accumulation de liquide peut rester asymptomatique dans un premier temps, l’hypertension intracrânienne qu’elle occasionne va, en revanche, se manifester sous la forme d’intenses céphalées. La pression exercée sur les tissus cérébraux, mais également sur l’ensemble du système nerveux et vasculaire va progressivement altérer les grandes fonctions de l’organisme : marche, équilibre, vue, parole… En l’absence de prise en charge, les signes cliniques vont se généraliser. Le patient peut présenter des désordres digestifs (nausées, vomissements), ainsi que des crises convulsives. A terme, l’état de conscience finit par être altéré.

Publicité

L’œdème cérébral : quelle évolution ?

Le diagnostic revêt une importance capitale dans le cadre de l’œdème cérébral. La visualisation de l’épanchement séreux permet au médecin de déterminer la nature même de l’œdème, sa sévérité et la stratégie thérapeutique à adopter. Des examens d’imagerie médicale, tels que le scanner ou l’IRM, sont généralement pratiqués. La rapidité de la prise en charge du patient est essentielle dans ce type de situation car, au-delà de l’accumulation de liquide au sein de la boîte crânienne, c’est bien l’augmentation de la pression exercée sur le cerveau qui aura les conséquences les plus désastreuses, pouvant aller jusqu’au décès du patient (mort cérébrale).

L’œdème cérébral : quel traitement ?

La prise en charge de l’œdème cérébral passe par le traitement du trouble ou de la pathologie qui en est à l’origine. Une thérapie médicamenteuse, généralement à base de mannitol et/ou de synacthène, est souvent instaurée par voie intraveineuse. Il s’agit de substances hypertoniques qui vont permettre de réduire la pression intracrânienne. Le but premier de cette prise en charge reste de limiter au maximum l’aggravation des signes cliniques afin de laisser le temps aux médecins de traiter la cause primitive de l’œdème. Il s’agit là d’une véritable course contre la montre visant à éviter d’en arriver à l’œdème cérébral ischémique terminal qui, lui, est fatal.

Publicité

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X