Aliments ultra-transformés : 62 % plus de risque de mourir prématurément

Publié le 31 Mai 2019 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Nouvelle mise en garde contre les aliments ultra-transformés. Ils augmenteraient les risques de maladies cardiovasculaires et de décès, selon deux études européennes. Santé Publique France recommande de limiter leur consommation.
Publicité

Deux nouvelles études européennes mettent en garde contre les dangers des aliments ultra-transformés. En consommer régulièrement augmenterait le risques de maladies cardiovasculaires et de décès prématuré.

Publicité

Consommer des produits industriels augmente de 12 % le risque de maladies cardiovasculaires

En France, des chercheurs de l’Inserm, de l’Inra, de l’Université Paris 13 et l'Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (EREN) ont évalué l’impact de 3 300 aliments et boissons, en fonction de leur degré de transformation. Leur étude a été publiée ce mercredi dans le British Medical Journal.

Les scientifiques ont analysé les données de consommation de 100 000 personnes, suivies entre 2009 et 2018. Ils ont aussi classé les aliments et boissons en quatre catégories : - Aliments pas ou peu transformés (fruits, légumes, oeufs, lait…)- Ingrédients culinaires (huile, sucre, miel,...)- Aliments transformés (conserves de légumes, poisson fumé, fromages…)- Aliments ultra-transformés (soda, biscuits, poisson pané, nuggets…).

Ces travaux ont montré que la consommation d’aliments ultra-transformés est associées à un risque élevé de maladies cardiovasculaires - notamment coronariennes et cérébrovasculaires. Augmenter de 10 % sa consommation de produits industriels nous rendrait 12 % plus à risque de développer ces pathologies.

Publicité

Les chances de mourir prématurément sont accrues de 62 %

“Depuis un an, nos recherches ont aussi montré un lien avec une augmentation des risques de cancer, syndromes du côlon irritable, dépression et mortalité, souligne le Dr. Mathilde Touvier, co-directrice de l’étude. Un constat inquiétant puisque, selon l’Inserm, “les aliments ultra-transformés représentent aujourd’hui plus de la moitié des apports énergétiques dans de nombreux pays occidentaux”.

Publicité

La seconde étude, menée par des chercheurs de l’Université de Navarre (Espagne) auprès de 20 000 personnes, confirme le caractère dangereux des produits industriels. Celle-ci montre, en effet, que consommer plus de quatre portions par jour d’aliments ultra-transformés augmente le risque de décès de 62 %. Et pour chaque portion supplémentaire ingérée, la mortalité augmente de 18 %.

Pourquoi ces aliments sont-ils dangereux ?

Plusieurs hypothèses sont avancées par les chercheurs pour expliquer ces résultats accablants. D’une part, “ces aliments possèdent une qualité nutritionnelle mois favorable en moyenne. Ils sont plus riches en énergie, en acides gras saturés ou encore en sel”. L’équipe du Dr. Touvier explore aussi la piste des “additifs alimentaires, comme les sulfites, le glutamate, les émulsifiants ou les édulcorants, qui pourraient posséder des effets délétères sur la santé”.

Publicité

Le processus de fabrication de ces produits pourrait aussi être en cause, car il peut créer des contaminants tels que “l’acrylamide, qui apparaît pendant les procédés de chauffage à haute température”. Les emballages au contact des aliments peuvent aussi jouer un rôle. La plupart des produits ultra-transformés contiennent des conservateurs, ce qui permet de les garder un certain temps dans nos placard : “ils restent donc longtemps au contact des emballages, ce qui augmente le risque de migration des matériaux de l’emballage vers l’aliment”.

Les chercheurs français lancent un appel à volontaires pour leur nouveau programme de recherches. Le but : prouver le lien de cause à effet entre ces aliments et l’apparition de maladies, et vérifier leurs hypothèses quant à la cause. “Nous allons nous concentrer sur les additifs alimentaires et leur effet cocktail”, précise la chercheuse, qui déplore “le grand manque de recherches sur la question”.

Comment reconnaître des aliments ultra-transformés ?

Le système de classification NOVA, développé par des chercheurs brésiliens, définit les aliments ultra-transformés comme des préparations industrielles comprenant au moins 5 ingrédients, souvent riches en sucre et en graisse, et comprenant généralement des additifs.

Publicité

On peut citer parmi eux les plats préparés, les nuggets, le jambon, les nouilles instantanées, les desserts lactés, les biscuits et barres chocolatées, les céréales du petit-déjeuner, les soupes en sachet, les steaks végétaux, ou encore les boissons gazeuses… Ils ont la particularité d’être faciles et rapides à utiliser, ont un goût attractif et se conservent assez longtemps.

Dans ses nouvelles recommandations de janvier 2019, Santé Publique France conseille de diminuer de 20 % votre consommation d’aliments ultra-transformés, et de privilégier les produits bruts.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X