Sommaire

Choisir la bonne position

Choisir la bonne position© Fotolia

©Istock

"Cette pratique peut être vécue comme 'agressive' pour la femme, et comme une tentative de l'homme de l'humilier ou d'établir sa domination", note le Dr Leleu. Pour éviter ce sentiment, mieux vaut toujours commencer dans une position où la femme se sentira à l'aise et maîtresse de ses mouvement : par exemple elle au-dessus de l'homme allongé sur le dos mais jamais l'inverse (les positions type homme debout et femme à genou sont à réserver pour la suite, une fois la partenaire familiarisée avec l'acte, si elle le désire).

Attention aux mauvaises odeurs

Attention aux mauvaises odeurs© Fotolia

©Istock

"C'est le minimum de la part de l'homme, insiste le Dr Leleu, car le manque de propreté peut être un frein important à cette pratique : des mauvaises odeurs peuvent par exemple répugner définitivement". Il ne faut donc pas hésiter à reprendre une douche avant le rapport sexuel le soir si la douche précédente date du matin. Ou simplement à rafraîchir cette zone intime, sans avoir à se laver entièrement. Les hommes qui ne sont pas circoncis doivent en particulier penser à bien le retrousser au moment de la toilette, afin qu'il ne reste sur le gland aucun dépôt ou odeur.

La rassurer sur l'éjaculation

La rassurer sur l'éjaculationLa peur de recevoir le sperme dans sa bouche est souvent le principal frein cité par les femmes. "Il est indispensable d'en discuter avant, et de passer une sorte de contrat : la femme doit dire si elle autorise ou non l'homme à éjaculer pendant la fellation, et si oui, dans ou en dehors de sa bouche seulement". Ainsi, une femme a tout à fait le droit de dire qu'elle veut bien essayer la fellation mais pas recevoir le sperme. Ensuite, à l'homme d'essayer de respecter cette promesse et de la prévenir ou de se retirer au moment où il va éjaculer. Et si le plaisir est trop difficile à contrôler (cela peut arriver), la femme pourra toujours se servir de sa main placée à la base du sexe pour retirer le pénis de sa bouche.

Commencer pas un baiser sur le gland

Commencer pas un baiser sur le glandSi une femme est réticente à pratiquer une fellation, il existe de nombreuses étapes pour l'amener à se familiariser progressivement avec le pénis, tout en suscitant du plaisir pour l'homme. "Vous pouvez lui demander dans un premier temps de vous embrasser simplement sur le gland ou sur la verge, puis si cela se passe bien, elle pourra ensuite donner des petits coups de langue. Enfin, l'homme peut introduire uniquement le bout du gland entre ses lèvres, doucement et sans s'enfoncer", détaille le sexologue. Ces caresses répétées peuvent s'étaler sur un certain temps et sont un bon moyen de surmonter progressivement les réticences concernant le rapport entre la bouche et le pénis.

Elle décide de la vitesse

Elle décide de la vitesse"La fellation ne doit pas être l'équivalent d'un coït dans la bouche", rappelle le sexologue. Durant cet acte, l'homme doit être passif et laisser sa partenaire décider de la vitesse et de la profondeur du mouvement. Celle-ci peut par exemple contrôler les mouvements du pénis en plaçant une main en anneau à la base de la verge, qui l'empêchera d'aller trop profondément dans sa bouche.

Expliquez pourquoi vous aimez ça

Expliquez pourquoi vous aimez çaSans faire de chantage, vous pouvez tout de même exprimer votre désir, en expliquant pourquoi cette pratique est un fantasme ou vous apporte beaucoup de plaisir. "La fellation est souvent très appréciée des hommes et apporte même parfois plus de plaisir que la pénétration vaginale, car les muqueuses de la bouche sont douces et chaudes et les lèvres et la langue prodiguent des caresses subtiles. De plus, elle revalorise sa virilité et le rassure sur son pénis, qui est aimé et adoré dans cette pratique", note le Dr Leleu. Savoir que cela donne beaucoup de plaisir à son partenaire peut en effet exciter la femme et lui donner envie d'essayer.

Ne surtout pas la supplier

Ne surtout pas la supplier© Fotolia

©Istock

Evidemment, il est normal d'avoir envie de recevoir une fellation, et vous avez le droit de l'exprimer. Mais pas question de réclamer ou de supplier, surtout en faisant du chantage affectif. "Il faut à tout prix éviter les pressions du type 'Si tu m'aimais vraiment, tu le ferais', car les deux choses n'ont rien à voir : on peut très bien aimer un homme et ne pas aimer cette pratique", rappelle le Dr Gérard Leleu, médecin sexologue, auteur de L'art de la fellation (Leduc. S) . C'est une règle d'or : une fellation ne doit jamais être subie par celle qui la pratique mais voulue. "Il ne faut surtout jamais 'forcer' sa partenaire, au risque d'entraîner une perte de confiance et un dégoût durable", confirme le spécialiste.

La rassurer sur le sperme

La rassurer sur le sperme© Fotolia

©Istock

Si votre partenaire "bloque" et refuse de vous faire une fellation, il est essentiel de comprendre pourquoi, afin de pouvoir la rassurer. "En effet, les peurs ou dégoûts sont fréquents autour de cette pratique, comme la crainte des odeurs ou de la malpropreté, ou encore la peur face à l'organe en érection, qui peut être perçu comme 'agressif'", explique le sexologue. Savoir ce qui la freine vous permettra de trouver les bons mots et la bonne attitude pour l'amener (peut-être) à changer d'avis.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

mots-clés : Sexe oral
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.