Le coronavirus, toujours présent dans l’organisme après la guérison… ou la mort du patient !

Une étude allemande révèle que le coronavirus pourrait survivre dans l’organisme des patients au moins cinq jours après leur décès. D’autres travaux, publiés dans The Lancet, ont aussi montré que près d’un tiers des patients guéris du Covid-19 continuent à excréter du virus plusieurs jours après leur guérison clinique, et restent donc contagieux pendant plusieurs semaines.
Sommaire

Une étude publiée le 9 mars dans la revue The Lancet suggérait que les patients atteints du Covid-19 continuaient à être contagieux plusieurs jours après leur guérison. Plus encore, le virus pouvait même être détectable jusqu’au décès du patient, comme nous le détaillons dans les pages suivantes. Une nouvelle étude, publiée dans Annals of Internal Medicine, révèle que le coronavirus continue à être présent dans plusieurs organes au moins 5 jours après la mort.

L’ARN du virus identifié dans les organes de patients décédés

Des médecins légistes et anatomo-pathologistes du service de médecine légale du centre médical universitaire de Hambourg-Eppendorf (Allemagne) ont réalisé 12 autopsies, sur des victimes du coronavirus dont l’âge médian était de 73 ans. Les trois quarts de ces patients étaient des hommes, et dix d’entre eux sont décédés à l’hôpital. Malgré l’échantillon relativement petit, il s’agit de la première analyse aussi complète de la persistance post-mortem du virus SARS-CoV-2.

Des caillots sanguins à l’origine de la plupart des décès

Pour chacune des 12 autopsies, les médecins ont pratiqué un scanner associé à une analyse histologique des tissus de différents organes. Ils ont également procédé à une évaluation de leur charge virale grâce à des tests PCR.

Leurs travaux ont, d’une part, permis d’identifier la cause du décès chez ces patients, largement due à la présence de caillots sanguins au niveau des poumons. Une thrombose veineuse profonde a été mise en évidence chez 7 d’entre eux. Pour 4 patients l’embolie pulmonaire était la cause directe de la mort.

La contagiosité des patients décédés du Covid-19 n’est pas prouvée

L’ARN du virus a également été retrouvé à des concentrations élevées dans les poumons de tous les patients… Mais pas seulement.

En effet, les scientifiques ont trouvé des traces du virus au niveau du pharynx de neuf patients, mais aussi dans le foie, le cœur et les reins d’environ la moitié des sujets. Chez un patient sur quatre, de l’ARN viral a été identifié au niveau du cerveau et de la saphène interne, une veine située dans la jambe.

Cette étude atteste donc de la présence virale post-mortem du Covid-19. En revanche, elle ne prouve pas que les patients continuent à être contagieux même après leur mort. La virémie reste modérée, avec des concentrations inférieures à 4 × 104 copies/ml ; le risque infectieux semble donc limité.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.