Coronavirus : êtes-vous à risque d’être contaminé ?

Avec une multiplication des cas dans le nord de l’Italie, “l’épidémie est à nos portes”, selon le ministre de la Santé. Mais sommes-nous tous égaux face au risque de contamination ou de décès ? On fait le point.
Sommaire

L’épidémie de Covid-19 continue de gagner du terrain. La barre des 80 000 personnes contaminées a été franchie dans le monde, et les cas se multiplient en Europe. Depuis dimanche, 11 villes sont en quarantaine dans le nord de l’Italie, ou 7 décès et 270 cas ont déjà été enregistrés. En France, un cas suspect est en cours de confirmation dans l’Indre.

Tout le monde peut-il être infecté par ce virus ? A priori oui, mais certaines personnes sont plus à risque de contracter une forme sévère de la maladie…

Covid-19 : une maladie bénigne dans 80,9 % des cas

Des chercheurs du Centre chinois de contrôle et prévention des maladies ont mené une étude sur 72 314 cas suspects, confirmés, diagnostiqués cliniquement ou asymptomatiques. D’après leurs conclusions, la pneumonie de Wuhan ne s’avère mortelle que dans 2,3 % des cas. Seulement 13,8 % des cas sont “graves” et 4,7 % sont “critiques”... Ce qui signifie que 80,9 % des patients ne souffrent que d’une forme bénigne de la maladie.

Le risque d’en mourir augmente avec l’âge

Cette même étude révèle que le taux de mortalité de Covid-19 n’est que de 0,2 % pour les personnes de moins de 39 ans. Il s’élève ensuite progressivement avec l’âge. Ainsi, les patients de 80 ans et plus sont les plus à risque d’en mourir, avec un taux de 14,8 %.

À ce jour, aucun décès n’a été enregistré chez les enfants. D’ailleurs, le plus petit bébé contaminé au coronavirus vient d’en guérir. Cette fillette de 17 jours avait été diagnostiquée quatre jours après sa naissance ; sa mère était déjà porteuse du virus avant l’accouchement.

Les patients déjà malades, plus vulnérables face au coronavirus

Les personnes déjà malades au moment de la contamination au coronavirus sont, à l’instar des personnes âgées, plus susceptibles d’être gravement atteintes. Ce risque est particulièrement élevé chez les patients qui souffrent d’une maladie cardiovasculaire. D’autres pathologies vous rendent également vulnérables, à savoir le diabète, les maladies respiratoires chroniques et l’hypertension.

En outre, les hommes semblent plus fragiles au virus, puisque 2,8 % en décèdent, contre 1,7 % des femmes. En revanche, les deux sexes sont égaux face au risque de contamination, puisque 51,4 % des cas confirmés sont des hommes et 48,6 % sont des femmes.

Plus de risque si vous habitez en Chine… ou en Italie

Votre pays de résidence influence également votre risque d’infection. À l’heure actuelle, c’est la population chinoise - et particulièrement les résidents de Wuhan - qui est la plus touchée par l’épidémie, puisqu’elle représente 96,7 % des cas. Les autres États qui comptent le plus de cas sont la Corée du Sud et… l’Italie, pays frontalier qui est le plus touché d’Europe.

Alors que ce lundi 24 février, le dernier malade hospitalisé en France a été déclaré guéri et a rejoint son domicile, le gouvernement reste prudent. “L’épidémie est à nos portes”, a déclaré mardi Olivier Véran, nouveau ministre de la Santé, au micro de RTL. “Nous préparons l’ensemble des dispositifs de veille sanitaire et d’intervention, en ville comme à l’hôpital, dans l’hypothèse où l’épidémie viendrait”. Le ministre a précisé “qu’à ce stade, il n’y a pas lieu d’envisager la fermeture des frontières”.

Répartition des cas de COVID-19 dans le monde, au 25 février 2020

Répartition des cas de COVID-19 dans le monde, au 25 février 2020

© ECDC - Source : https://www.ecdc.europa.eu/en/geographical-distribution-2019-ncov-cases

De son côté, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que “l’augmentation soudaine” des nouveaux cas en Italie, en Iran et en Corée du Sud est “très préoccupante”, mais se dit “encouragé par le déclin persistant des cas en Chine”. Son directeur général reconnaît le “potentiel pandémique” du virus, mais rappelle que nous n’assistons “pas encore” à une pandémie.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.