Coronavirus : qu'est-ce que le stade 3 de l'épidémie ?

Le coronavirus gagne du terrain en France. Vendredi 28 février 2020 dernier, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que la France passait au stade 2 de l'épidémie. Le 14 mars, cette dernière a atteint le stade 3. Mais quelles seront pour nous les conséquences au quotidien ?
Coronavirus : qu-est-ce que le stade 3 de l-epidemie ?

Plus de deux mois après son identification en Chine, le coronavirus SARS CoV-2 est présent sur 5 continents et a contaminé près de 170 000 personnes. Avec un doublement des cas en 72 heures, la France a atteint ce samedi 14 mars le stade 3 de l'épidémie.

Coronavirus : retour sur la phase 2 de l'épidémie

Pour rappel, la phase 2 signifiait qu'il n’existait "pas de circulation active du virus, mais seulement des cas sporadiques", explique un guide méthodologique de préparation au risque épidémique Covid-19, déployé par ministère des Solidarités et de la Santé.

"Le virus circule sur notre territoire et nous devons freiner sa diffusion", avait alors traduit Olivier Véran, le ministre de la Santé. Pour faire face à cette propagation  tous les rassemblements de plus de 5 000 personnes en milieu confiné ont d'abord été annulés. 

Même mesure pour les rassemblements en milieu ouvert quand ils conduisent à des mélanges avec des populations issues de zones où le virus circule possiblement. La mesure a, par la suite, été étendue aux rassemblements de plus de 100 personnes. 

"L'important, c'est d'être prêts pour le stade 3 de l'épidémie, qui effectivement me paraît inévitable", a déclaré Sibeth Ndiaye, laporte-parole du gouvernement, invitée jeudi 5 mars sur LCI.

Mais à quoi faut-il s’attendre concrètement et au quotidien ?

Stade 1, 2 et 3 de l'épidémie : en quoi consistent-ils ?

Stade 1 : il a pour objectif de freiner l'introduction du virus sur le territoire

"C’est une phase de détection précoce des premiers cas arrivant sur le territoire, avec mise en œuvre de mesures telles que le contrôle sanitaire aux frontières, la prise en charge médicale des cas et de leurs contacts, la mise en place de mesures barrières", indique le Ministère de la Santé. Ce stade consiste à retarder l’introduction de la maladie sur le territoire.

Stade 2 : il vise à limiter la propagation du virus 

À ce stade, le virus circule déjà sur le territoire.  L'enjeu est alors de ralentir sa propagation, "notamment pour gagner le temps nécessaire à la montée en puissance du système sanitaire ou à la préparation d’un vaccin", précise le Ministère. Depuis vendredi 28 février, la France est passée au stade 2 de l'épidémie de coronavirus. Concrètement, ce stade implique la fermeture d'une centaine d’établissements scolaires, l'annulation d'évènements sportifs et culturels ainsi que la limite des rassemblements publiques à 5 000 personnes et des mises en quarantaines déployées sur l'ensemble du territoire.

Stade 3 : son but, atténuer les effets de la vague épidémique

"L’augmentation rapide du nombre de cas signe le début de la vague épidémique, décrit encore le Ministère de la Santé. Le stade 3 marque l’arrêt de la surveillance individuelle des cas par l’Institut de veille sanitaire". Il s’agit de limiter la contagion par des mesures barrières".

Le passage en phase 3 était "inexorable"

Déclencher le stade 3 de l'épidémie semblait inévitable en France. Début mars, les experts estimaient que notre pays passerait au stade 3 de l'épidémie dans "quelques jours, une ou deux semaines maximum".

Le président de la République a d'ailleurs mentionné au sujet de l'épidémie qu'elle "est inexorable". 

Alors qu'implique le stade 3 pour chacun concrètement au quotidien ? Quelles sont les mesures barrières ? Si l'on se base sur les mesures énoncées au sein du Plan de prévention et de lutte rédigé en 2011 dédié à la pandémie grippale, la population devra faire face à des restrictions relativement contraignantes. On les passe en revue dans notre diaporama.  

La France mise sur pause

Le stade 3 sera atteint lorsque les autorités de santé constateront "des chaines de transmission dont on ne peut majoritairement pas retrouver le patient 0", décrivait Sibeth Ndiaye, invitée sur LCI le jeudi 5 mars 2020. "Actuellement, dans 3/4 des cas, on retrouve le patient 0, même s'il y a des régions où le virus circule plus que dans d'autres".

À ce jour, tous les  établissements scolaires ainsi que les crèches, les commerces, restaurants et bars sont fermés dans l'ensemble de la France.

Niveau 3 : la porte-parole du gouvernement se voulait pourtant rassurante

Pourtant, la porte-parole du gouvernement ne prédisait pas une telle situation. "Une fois que l'épidémie est installée sur tout le territoire national, ça ne sert plus à rien d'empêcher les enfants d'aller à l'école ou autres", a assuré Sibeth Ndiaye à LCI. "Notre objectif, ce sera de diminuer les effets de l'épidémie sur les individus infectés", avait-elle poursuivi.

"Dans un stade 3, on ne va pas arrêter la France, notre pays est solide, la vie ne s'arrêtera pas", a-t-elle précisé .

Quant aux métros, ils devraient aussi continuer de circuler jusqu’à nouvel ordre, d’après la porte-parole du gouvernement. 

Aujourd'hui pourtant, le stade 3 implique des mesures particulièrement drastiques. Après la fermeture de l'ensemble des commerces dits "non indispensables", les Français s'attendent à devoir faire face à un confinement total, comme c'est déjà le cas en Italie ou en Espagne.

 

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.