Sommaire

Il y a des hommes qui ne connaissent pas le point G !

Vrai. Trop rapides, voire incultes en la matière, certains hommes ne savent pas prendre le temps d’éveiller les sens féminins ! Certains sexologues récalcitrants et très peu portés sur la physiologie féminine prétendent même que le point G est... un mythe ! Pire, il paraît que la plupart des femmes ignorent totalement où il se trouve… ou qu’elles en sont dotées !

Le point G est caché...

Faux. Le point G est situé à quelques centimètres de l’entrée du vagin, côté ventre. Contrairement aux idées reçues, il ne se situe pas du tout dans un repli. Autre bonne nouvelle : il est placé au même endroit chez toutes les femmes.

Point G : la grosseur d’une tête d’épingle !

Faux. Le point G est bien plus gros qu’une tête d’épingle. Il fait environ la taille d’une pièce de 2 euros ! Il ne s’agit donc pas d’un point, mais d’une zone érogène de plusieurs centimètres carrés... Il ne devrait pas être si difficile à trouver !

G vient du nom d’un médecin

Vrai. Le point G tire son nom de celui qui l’a découvert, le Dr Ernst Grafenberg. L’histoire ne nous dit hélas pas comment il a procédé...

A noter tout de même : la notion de point G ne devient populaire qu’en 1981 avec la publication aux États-Unis de The G-Spot and other discoveries about human sexuality, le livre d’Alice Ladas et de Beverly Whipple. Deux femmes, forcément !

Le point G existe aussi chez l’homme...

Vrai et faux. Le point G est strictement féminin vu son emplacement, mais… on peut lui trouver un équivalent masculin en termes de plaisir. Ce point est également proche de l’urètre chez l’homme, autour de la prostate, organe de plaisir souvent inavoué ou inexploré.

En clair : la stimulation intrarectale d’un muscle appelé poétiquement "muscle de l’amour" appuie sur l’organe, alors indirectement responsable de la sensation de plaisir aidant l’éjaculation et prolongeant l’orgasme. On parle aussi chez l’homme du point P (ce n’est pas une boutade !) situé au bout du pénis...

Le point G augmente de volume

Vrai. Le point G gonfle sous l’effet d’une stimulation adaptée. Les parois du vagin (surtout la paroi antérieure) sont formées de corps érectiles qui augmentent de volume avec l’excitation sexuelle. Un peu comme le clitoris, le pénis ou encore "le plexus nerveux". C’est une petite zone du périnée, localisée entre le scrotum et l’anus.

Stimulation du point G = éjaculation féminine

Vrai. La stimulation du point G peut déclencher une éjaculation féminine. Le liquide est éjecté par l’urètre. Certaines femmes très détendues, très excitées et très bien stimulées vont jusqu’à avoir des jets continus, comme un homme : les femmes fontaines !

A noter : une stimulation trop appuyée peut déclencher une sensation d’envie d’uriner chez la femme (l’urètre passe juste sous le point G).

"Prendre son pied" vient d’une position acrobatique

Faux. L’expression "prendre son pied" n’évoque pas nos chers petits petons mais l’ancienne unité de mesure (un pied équivalant à une longueur d’environ 33 cm). Prendre son pied lors des ébats sexuels signifiait donc "avoir une large part de plaisir"…

Point G : il suffit de le toucher !

Faux. Le gynécologue William Masters et la psychologue Virginia Johnson ont défini cinq phases de la réaction sexuelle dans un ouvrage célèbre intitulé Les réactions sexuelles (Human Sexual Response) : 1. le désir 2. l’excitation 3. le plateau 4. l’orgasme 5. la résolution

Point G et orgasme, c’est la même chose !

Faux. Il existe quatre "coïts" différents (vaginal, clitoridien, buccal, anal) et un seul point G ! L’orgasme vaginal est le plus connu, même si beaucoup de femmes n’en ont que vaguement entendu parler. L’orgasme clitoridien, obtenu par l’excitation du clitoris serait le plus fréquent. On considère aussi que la bouche ou la poitrine peuvent procurer des sensations orgasmiques. Enfin, il existe un orgasme anal. C’est le plus tabou, car le plus méconnu.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.