Doliprane, Dafalgan, Efferalgan… depuis deux semaines, les paracétamols subissent des problèmes d’approvisionnement. Sur son site internet, l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) explique que cela est dû au rebond de l’épidémie du Covid-19 : “il existe des retards d’approvisionnement des formes orales et des suppositoires de paracétamol. Ceux-ci font suite à des difficultés de production auxquelles s’ajoute une augmentation des consommations dans le contexte notamment de la 7ᵉ vague de Covid-19”.

L’agence de santé précise également qu’il s’agit des médicaments sous toutes les formes (sachets, solutions buvables, comprimés, gélules et suppositoires). L’ANSM a pris certaines mesures pour contrer un risque de pénurie.

L’ANSM préconise de privilégier la dispensation sur ordonnance

Une des premières solutions prise par l’ANSM est de restreindre les quantités livrées aux pharmaciens. Elle leur recommande également de réduire leurs commandes en paracétamol ainsi que sa vente en ligne. Elle demande aussi de : “régulez dans la mesure du possible la dispensation selon les besoins du patient : il est notamment recommandé de limiter la dispensation à 2 boîtes par patient sans ordonnance.”

L’ANSM ne s’adresse pas seulement aux pharmaciens. Elle a aussi donné des indications au grand public quant à leur consommation de paracétamol pendant cette période. Elle leur indique notamment d’en prendre seulement pour un besoin immédiat et de respecter les règles de bon usage et de dosage.

L’agence de santé promet de répartir “équitablement les approvisionnements sur l'ensemble du territoire et de préserver les stocks disponibles dans le temps”. Comme l’avait précisé à l’AFP Mélanie Cachet, directrice adjointe de la direction de l’inspection de l’ANSM, ces mesures permettront que "l'ensemble des patients puissent avoir accès au médicament".

Dans ce contexte particulier, l’agence de santé interdit temporairement l’exportation de ces antibiotiques par les grossistes-répartiteurs. L’approvisionnement des hôpitaux en paracétamol sera quant à lui bien assuré, sous toutes ses formes.

Paracétamol : un retour à la normale prévu pour la fin de l’été

Malgré ce manque d’approvisionnement et les mesures prises, les laboratoires ne sont pas inquiets.

Le groupe Sanofi a d’ailleurs tenu à rassurer sur le fait qu’il n’y a "aucun risque de rupture de paracétamol en France". Il affirme également que "toutes ses équipes sont mobilisées au maximum pour répondre au mieux aux besoins des patients".

Un autre laboratoire pharmaceutique, l’Upsa, se montrait lui aussi rassurant dans une interview auprès du Figaro : "nous pouvons garantir la continuité d’accès à nos médicaments. Il n’y a pas d’emballement des commandes et nous surveillons la situation de près".

Philippe Besset, président du syndicat de pharmaciens FSPF (Fédération des syndicats pharmaceutiques de France), explique cette crise : “On a toujours une forte demande depuis l'hiver, à cause de la Covid et de la grippe, donc les stocks ne se reconstituent pas.” Malgré tout, il tient à rassurer en précisant qu’il s’agit "de tensions, mais pas de ruptures".

Cette situation devrait être de courte durée, comme l’a indiquée l’ANSM : "D'après les données disponibles à ce stade, elle devrait revenir à la normale à l'issue de la période estivale.”

Sources

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/paracetamol-l-agence-du-medicament-a-pris-des-mesures-pour-eviter-la-penurie-liee-au-rebond-epidemique-du-covid-19_5278468.html

https://ansm.sante.fr/actualites/paracetamol-lansm-et-les-syndicats-de-pharmaciens-mobilises-pour-assurer-la-couverture-des-besoins

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.