Sommaire

Le Tramadol® est un antidouleur de palier II qui fait partie de la famille des opiacés . Il est notamment utilisé pour soulager les fortes douleurs après un accident, une chirurgie, ou encore dans le cas de douleurs chroniques. "Généralement, le Tramadol® est prescrit lorsque les douleurs résistent aux antalgiques de palier I comme le paracétamol, l'ibuprofène ou encore de l'aspirine", explique Thomas Kassab, pharmacien auprès de Medisite. "Ce n'est en aucun cas un antidouleur de premier choix."

Délivré uniquement sur ordonnance, cet antalgique se trouve dans de nombreux médicaments, comme Topalgic®, Ixprim®, Contramal®, Monoalgic®, Zaldiar® ou encore Ultram® selon l’OMS.

Quels sont les dangers du Tramadol® ?

Tout comme les autres médicaments du même palier, le Tramadol® reste dangereux, notamment en cas de surdosage. "Si on en prend trop ou que la prescription est trop régulière, il existe des risques d'accoutumance", alerte le pharmacien. "On peut tout à fait devenir accro à ce médicament, au même titre que les autres médicaments de palier II et III, autrement dit, les dérivés morphiniques."

C'est notamment à cause de ce risque de dépendance que ce type de médicament est très contrôlé. "Il n'est pas possible de le renouveler comme on le désire. Le patient doit obligatoirement avoir une prescription médicale", indique Thomas Kassab. "Ce sont des molécules qui sont hautement contrôlées, et ce, dans l'intérêt des patients."

La perte de vigilance est aussi un danger du Tramadol®. "Il ne faut pas le prendre lorsqu'on s'apprête à conduire un véhicule", conseille le pharmacien auprès de Medisite. Néanmoins, "s’ils sont utilisés à bon escient, que le patient respecte la posologie indiquée par le médecin et le pharmacien, le Tramadol® n'est pas dangereux."

Quels sont les contre-indications du Tramadol® ?

Dans certains cas, le Tramadol® peut être contre-indiqué. En effet, celui-ci ne doit pas être administré en cas d’insuffisance hépatique sévère, d’épilepsie mal contrôlée, d’intoxication provoquée par l’alcool ou d’hypersensibilité à l’un de ses constituants. "La contre-indication s'applique généralement en cas d'allergie à la molécule active", signale Thomas Kassab.

Par ailleurs, il ne faut jamais associer d'autres antidouleurs au Tramadol®. "Beaucoup ne le savent pas, mais on ne peut pas associer deux antidouleurs sans avis médical", alerte le pharmacien. Autre contre-indication : évitez les boissons alcoolisées. "L’alcool major la sédation, c'est-à-dire les états d'endormissement."

Les effets secondaires du Tramadol®

Comme tous les médicaments, le Tramadol® est susceptible de provoquer des effets indésirables. Les plus fréquents sont d'origine gastro-intestinale comme les nausées, les vertiges ou encore les vomissements. En effet, ils concernent plus d’un patient sur dix. Par ailleurs, la somnolence est également un effet secondaire récurrent.

Néanmoins, d’autres effets secondaires, plus rares, ont été rapportés :

  • la constipation ;
  • les diarrhées ;
  • les vomissements ;
  • les douleurs abdominales ;
  • la sécheresse buccale ;
  • la transpiration excessive ;
  • les insomnies ;
  • les maux de tête ;
  • l'agitation ;
  • la confusion ;
  • les tremblements…

Pour rappel, n'hésitez pas à vous renseigner auprès d'un professionnel de santé en cas de problème.

Sources

Merci à Thomas Kassab, pharmacien

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.