Acupuncteur, hypnothérapeute, praticien reiki, ostéopathe, naturopathe, sophrologue… ces professions relatives au bien-être sont considérées comme étant des pratiques de soins dites non conventionnelles (PSNC). Cette médecine douce ou alternative n’est pas reconnue par la médecine conventionnelle et n’est pas enseignée lors des formations initiales des professionnels de santé. Elle n’en est pas moins populaire auprès des Français qui sont 4 sur 10 à en faire usage.

Le thérapeute ne doit pas promettre de guérison

Le thérapeute ne doit pas vous assurer une guérison et d’autant plus dans le cas de maladies graves ou jugées incurables. « Il faut faire attention aux praticiens qui se positionnent comme des médecins et qui promettent un résultat », explique Magali Thierry-Verdier, praticienne Reiki au Mans.

Le thérapeute ne doit pas interférer avec votre traitement

Le thérapeute ne doit pas vous encourager à arrêter un suivi médical ou un autre traitement. Cette thérapie alternative ne doit être réalisée qu’en complément et non à la place ou au détriment d’un autre suivi médical. « En aucun cas une pratique ne peut se substituer à un traitement médical déjà prescrit, ou à une visite de contrôle chez son médecin traitant », précise ainsi le site internet Medoucine, spécialiste de la sélection de thérapeutes de confiance dans ce domaine.

Votre thérapeute doit être bien formé

Si les pratiques de médecine douce ne sont pas validées par un diplôme d’Etat, chaque spécialité a ses organismes de contrôle et de formation. Les associations de praticiens ont généralement des annuaires de spécialistes reconnus, qu’il est facile à consulter.

La pratique de la médecine douce est souvent courte

Faites attention aux thérapeutes qui vous imposent un grand nombre de séances et qui souhaitent créer une certaine dépendance. Les médecines alternatives fonctionnent généralement avec un nombre faible de séances. « Il faut faire attention aux praticiens qui imposent un certain nombre de séances. La personne qui vient doit ressentir le besoin ou non de venir faire un soin. Le praticien est là pour conseiller et non pas pour prendre des décisions à sa place », souligne Magali Thierry-Verdier. Attention également aux thérapeutes qui vous poussent à la consommation de produits superflus (équipement, compléments ou encore objets protecteurs).

Le thérapeute doit pouvoir vous expliquer ce qu’il fait

Les disciplines de la médecine douce sont souvent peu connues du grand public. Il est donc important que le praticien explique ce que les séances impliquent mais aussi en quoi consiste sa pratique. « Un thérapeute qui reste vague doit vous alerter. Cela peut trahir un défaut de formation, ou la volonté de cacher des éléments. N’hésitez pas à poser des questions lors des consultations, et à challenger le praticien si vous avez le moindre doute quant à ses pratiques », précise le site internet Medoucine.

Les infractions révélées par la DGCCRF

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a contrôlé 675 praticiens en 2018 et parmi eux les deux tiers présentaient au moins un manquement. Les plus courants étaient des défauts d’information, mais aussi dans certains cas des pratiques commerciales trompeuses (allégations thérapeutiques ou « de santé », non justifiées par les professionnels, qualifications mises en avant susceptibles d’induire en erreur ou non justifiées) voire présentant des risques pour les patients (car elles peuvent entraîner une « perte de chance » liée au non-recours des patients à des soins médicaux).

En cas de suspicion d’acte frauduleux, vous pouvez contacter la DGCCRF ou des associations de consommateurs. En cas de risque de dérive sectaire, vous pouvez contacter la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Sources

Merci à Magali Thierry-Verdier, praticienne Reiki au Mans.

https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/dgccrf%20

https://contacts-demarches.interieur.gouv.fr/miviludes/obtenir-l-avis-de-la-miviludes/%20Prenez%20un%20RDV%20en%20M%C3%A9decines%20Douces%20en%20toute%20Confiance%20(medoucine.com)

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.