Sommaire

Entre la dinde farcie, le foie gras, la bûche, les marrons glacés et le champagne qui coule à flot : difficile de compter les calories un soir de réveillon, alors que l’heure est à la fête, au partage et à la convivialité. Et si nous anticipions ces repas gargantuesques en offrant à notre organisme une cure détox pré-fêtes, afin d’en limiter les méfaits ?

Qu’est-ce qu’une cure detox ?

Une cure détox permet à l’organisme d’éliminer toutes les toxines qu’il a accumulées dans ses tissus, responsables entre autres d’une fatigue récurrente, d’une perte d’énergie, de troubles digestifs et de troubles du sommeil. «Ces cures permettent de faciliter le travail des organes émonctoires - à savoir les reins, le foie, la peau et les poumons - qui excrètent les toxines à l’extérieur de l’organisme » résume Raphaël Gruman.

On trouve ces toxines au quotidien dans de nombreux aliments, tels que la viande, les charcuteries, les produits ultra-transformés, l’alcool et les aliments riches en graisses saturées. Si les cures détox sont intéressantes à suivre après les fêtes, pour faciliter l’excrétion des toxines absorbées au cours des repas riches, elles peuvent aussi être suivies avant celles-ci pour éviter une accumulation délétère de toxines sur un organisme déjà encrassé. « Arriver détoxifié aux repas de fêtes de fin d’années, permet de limiter les effets désagréables des excès sur le système digestif, tels que la pesanteur gastrique et intestinale » ajoute le diététicien.

Par ailleurs, un organisme léger et purifié est mieux à l’écoute de ses besoins et plus à même de respecter les signaux de satiété lorsqu’ils se manifestent.

Il existe un grand nombre de cures détox, plus ou moins stricte, selon la motivation et les capacités de chacun à limiter ses apports alimentaires. « Il est toujours important de veiller à ne pas générer trop de frustrations, qui pourraient être contre-productives et pousser à manger davantage à l’arrêt de la cure détox » insiste Raphael Gruman, d’où l’intérêt de choisir une cure adaptée. La cure sera idéalement suivie quelques jours avant le D-day, et non la veille.

A J-1, on mise plutôt sur une alimentation pauvre en graisse, riche en légumes, en protéines maigre et en céréales complètes pour ne pas arriver affamé à table le soir du réveillon et risquer de manger deux fois plus !

Le jeune complet : la plus drastique

Le jeûne strict, aussi appelé diète hydrique permet à l’organisme - en particulier au système digestif habituellement sur-sollicité - de se mettre au repos et aux organes émonctoires de se régénérer. « La diète hydrique est la cure détox la plus stricte, c’est pourquoi je recommande de ne pas la suivre plus de 24 heures, et de bien s’hydrater, idéalement avec des tisanes drainantes, pour faciliter l’excrétion des toxines » indique le diététicien.

Cette cure n’est pas adaptée à tout le monde, et est notamment contre-indiquée aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants, et aux personnes souffrant d'une insuffisance rénale ou hépatique avancée. Cette journée de jeûne être suivie deux à trois jours avant le repas riche, afin de laisser une période de transition à l’organisme entre la restriction et les excès.

La journée soupe de légumes

Moins drastique que la diète hydrique , la journée détox soupe de légumes n’en est pas moins efficace. « C’est cette cure détox que j’ai tendance à conseiller le plus souvent, car elle permet d’avoir un très bon apport en fibres - qui relancent la fonction digestive et boostent le transit intestinal - ainsi qu’un important apport hydrique et minéral » résume Raphaël Gruman.

Le petit-déjeuner se limite ainsi à unetisaneou un thé léger, puis les déjeuners et dîners à de la soupe de légumes et/ou du bouillon. « La soupe doit idéalement être faite maison, sans ajout de beurre, de crème, de fromage ou d’huiles végétales » précise le diététicien. Attention également à l’apport de sel, qui doit se limiter à une petite pincée pour éviter de fatiguer les reins. En revanche, les épices sont les bienvenues, pour rehausser la saveur de la soupe sans y ajouter de calories. Le bouillon quant à lui, sera également dégraissé et pauvre en sodium.

Une semaine de détox citron

Bourré de minéraux et de vitamines, diurétique et cholagogue, le citron est le fruit détox par excellence. « L’acidité de ce petit agrume agit en stimulant la production de bile par la vésicule biliaire, afin de faciliter la dégradation des graisses contenues dans le foie et leur évacuation. Le foie est ainsi désengorgé et sa fonction digestive est relancée » résume Raphaël Gruman.

Pour bénéficier de ces bienfaits, il suffit de boire un jus de citron le matin à jeun, dilué dans un verre d’eau tiède. « Pour plus d’efficacité, on peut y ajouter du curcuma et du gingembre - frais ou en poudre - deux épices connues pour leur action détoxifiante » ajoute le nutritionniste. Les repas de la journée seront idéalement riches en fruits et légumes, et pauvres en graisses saturées et en sucre raffiné, afin d’optimiser les effets du citron.

Trois jours vegan et hypo-glucidique

Cette diète de trois jours consécutifs consiste à supprimer tous les aliments d’origine animale ainsi que les céréales et les produits sucrés. Sont autorisés : les légumes frais, les fruits et les légumes secs avec parcimonie et l’huile végétale à raison d’une cuillère à soupe par repas.

« Viande, poisson, produits laitiers, fromage, beurre, crème et aliments transformés du commerce - tous chargés en toxines - sont bannis pendant trois jours, afin de mettre les organes émonctoires au repos » explique Raphaël Gruman.
Au petit déjeuner et en collation, une poignée d’amandes non grillées et non salées sont autorisées : « Les amandessont riches en acides gras d’excellente qualité, en protéines ainsi qu’en fibres, et ont un effet rassasiant important, pour tenir ces trois jours sans avoir faim » explique le diététicien.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.