Il y a deux ans et demi, la France était touchée pour la première fois par le Covid-19. Et évidemment, cela n’a pas été sans conséquence puisque la population a été confinée pendant de longues semaines. De nombreuses infrastructures ont été fermées et la visioconférence a remplacé doucement les interactions sociales. En effet, avec l’essor du télétravail, les réunions zooms ont pris plus d’ampleur, les apéritifs entre amis se sont également faits à distance. Mais un autre secteur d’activité à lui aussi succomber à l’appel de la visioconférence, la médecine.

Certains médecins proposaient des consultations à distance dans certains cas, notamment en cas de soupçon de contamination au virus. Malgré le fait que le Covid-19 ait diminué et que toutes les activités aient repris leur cours, la visioconférence est toujours de mise. Et la téléconsultation entre petit à petit dans les mœurs notamment avec l’accroissement des déserts médicaux. De plus en plus de Français peinent à trouver un médecin près de chez eux et font donc le pari de la téléconsultation. Mais attention, cette dernière ne doit pas être faite n’importe comment, au risque d’engendrer un réel souci pour la santé.

Téléconsultation : oui, mais avec précaution

Comme l’explique le site Ameli, cette dernière peut être réalisée mais de manière encadrée. Et cela n’est pas toujours facile, notamment si le médecin et le patient ne se connaissent pas. Ce dernier peut donc oublier de l’informer d’un petit détail important qui pourrait nuire à un bon diagnostic. Le fait de connaître son patient permet également de savoir s’il est “dur au mal” ou non. Cela permet notamment de mesurer le taux de gravité de la pathologie que peut avoir le patient.

C’est la raison pour laquelle plusieurs précautions sont à prendre en amont :

  • Une téléconsultation reste une consultation classique, ce n’est pas parce qu’elle est faite à distance qu’elle doit être minimisée du côté des deux parties
  • Un compte rendu peut être rédigé à la fin de la consultation pour être transmis au médecin traitant du patient. Ce dernier pourra avoir un oeil un peu plus avisé sur le diagnostic et donné son avis si besoin
  • Si le médecin a le moindre doute, il ne faut pas hésiter à inviter le patient à venir en présentiel.

En effet, la téléconsultation permet de “dépanner”, elle ne doit évidemment pas être supplantée à une consultation classique en cas de force majeure ou de symptômes divers qui pourraient être signe d’une maladie grave.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.ameli.fr/assure/remboursements/rembourse/consultations-telemedecine/telemedecine/teleconsultation

https://www.macsf.fr/responsabilite-professionnelle/actes-de-soins-et-technique-medicale/la-teleconsultation-risque-emergent

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/professionnels-de-sante/article/teleconsultation-et-covid-19-qui-peut-pratiquer-a-distance-et-comment 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.