Scarlatine : symptômes (bouton, plaque rouge), contagion, traitements

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLa scarlatine est une maladie infectieuse bactérienne. De moins en moins fréquente, cette pathologie est plus souvent observée chez les enfants scolarisés de l’école maternelle a l’école primaire, et rarement chez l’adulte. Boutons, fièvre et langue blanche sont des signes qui peuvent alerter. Quels sont les symptômes ? Est-elle contagieuse ? Quel est le traitement ? Le point avec le Dr Cédrico Gomes, pédiatre.

Définition : qu’est-ce que la scarlatine ?

Également appelée fièvre écarlate, la scarlatine est une maladie infectieuse causée par la diffusion de toxines émises par les streptocoques de groupe A. Cette pathologie se caractérise par une éruption cutanée et buccale, souvent associée aux symptômes de l’angine. Si elle peut se contracter à tout âge, cette infection touche principalement les enfants. "De l’école maternelle à l’école primaire", précise le Dr Cédrico Gomes, pédiatre (Taverny, Val d’Oise), médecin de crèche et praticien hospitalier Hôpital Senlis (Oise).

Chiffres : quelle est la fréquence de la fièvre écarlate ?

La fréquence exacte de cette pathologie n’est pas connue en France. Grâce à la prise en charge médicale et les mesures de prévention, le nombre de cas a, heureusement, fortement baissé ces dernières décennies.

Quels sont les symptômes de la scarlatine ?

La scarlatine est associée à de nombreux symptômes caractéristiques de l’angine. Il peut s’agir de :

  • une fièvre d’apparition brutale pouvant atteindre les 40 °C ;
  • une inflammation de la gorge (gonflement des amygdales) avec difficultés à avaler ;
  • parfois : des maux de ventre, des nausées et des vomissements ; 
  • des céphalées.

Plus spécifiquement, la scarlatine provoque l’apparition d’un exanthème scarlatiniforme (éruption cutanée) due à la diffusion dans l’organisme de la toxine sécrétée par le streptocoque A.

Concrètement, la peau se couvre d’une multitude de points rouges et devient légèrement granuleuse. Cette atteinte cutanée, qui intervient un à deux jours après l’angine, s’observe au niveau du torse, aux épaules et aux hanches, aux plis de flexion (genoux, coudes) ou encore du visage. "À la différence de la varicelle, l’éruption se fait en seulement un ou deux jours", précise le docteur. De plus, la langue et les muqueuses se couvrent d’un enduit blanchâtre avant de virer au rouge luisant (énanthème) au bout du cinquième jour.

Photo : langue de framboise de la scarlatine, avec un revêtement blanc

Photo : langue de framboise de la scarlatine, avec un revêtement blanc© Creative Commons

Crédit : Martin Kronawitter, 6 March 2006 - CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.5/deed.en

Lorsque les bébés sont concernés :

Les enfants de moins de deux ans sont généralement immunisés, car encore protégés par les anticorps transmis par leur mère durant la gestation. Dans les très rares cas où un bébé est atteint de la scarlatine, la maladie se traduit principalement par un écoulement nasal constant et une irritabilité anormale, le bébé étant particulièrement fatigué.

Scarlatine et rougeole : quelle différence ?

À l’instar de la scarlatine, la rougeole est également une maladie éruptive. Pour autant, il s’agit d’une tout autre pathologie. La rougeole se caractérise par une atteinte de la sphère broncho-pulmonaire et par une conjonctivite. Aucun signe d’angine bactérienne, propres à la scarlatine, n’est à déclarer.

Comment différencier la scarlatine du pieds-mains-bouche ?

Une fois encore, il est possible de constater des lésions cutanées dans le cas du syndrome pieds-mains-bouche. Pour autant, cette dernière diffère de celle associée à la scarlatine puisqu’il s’agit de cloques au niveau de la bouche, des pieds et des mains. L’angine bactérienne est également absente de l’équation.  

Quelles sont les causes de la maladie ? 

La scarlatine est due à une bactérie, le streptocoque A. Ce dernier sécrète une toxine qui, en se diffusant dans l’organisme, est responsable de la manifestation cutanée de la maladie ainsi que des signes d’angine. 

Quels sont les facteurs de risques ?

Il n’existe pas de facteur de risque à proprement parlé. Se transmettant par les voies respiratoires, la maladie se propage principalement :  

  • dans les lieux de collectivités ;
  • en hiver : "C’est là qu’il y a le plus d’infections saisonnières et que nous toussons le plus", explique le spécialiste.

Quelles sont les personnes à risque ?

Si cette pathologie se transmet essentiellement entre les enfants, toutes les générations et les sexes peuvent être concernés. Pour autant, les complications sont plus fréquentes lorsque l’infection concerne :

  • les personnes âgées, victimes d’une baisse de leurs défenses immunitaires due à leur âge ;
  • les personnes qui suivent des traitements immunosuppresseurs ;
  • les personnes immunodéprimées, avec des pathologies chroniques telles que le diabète ou le cancer.

Scarlatine et grossesse

Peu fréquemment, il peut arriver qu’une femme enceinte contracte la scarlatine. Pas d’inquiétude ; il n’a pas été démontré que cette pathologie mettait en danger la vie de l’enfant à naître. Cependant, il est important de se rendre chez son médecin généraliste afin qu’il puisse prescrire à la future mère un traitement antibiotique qui ne présente pas de contre-indication pendant la grossesse. 

Combien de temps dure cette pathologie ?

La scarlatine dure jusqu’à 21 jours en l’absence de traitement, et ne dépasse pas 48 heures lorsqu’elle est soignée.

Est-elle contagieuse ?

La scarlatine est contagieuse dès l’installation dans l’organisme de la bactérie responsable. Non traitée, elle peut le demeurer pendant trois semaines. "Grâce au traitement, la période contagieuse peut être réduite à deux jours", indique le Dr Cédrico Gomes.  

Comment attrape-t-on la scarlatine ?

La scarlatine est une maladie qui se transmet par inhalation de gouttelettes de salive émises par les personnes malades. C’est au cours de la période d’incubation, avant que n’apparaissent les premiers symptômes, que les personnes infectées sont les plus contagieuses. C’est ce qui explique les épidémies de scarlatine puisque les malades ne sont pas encore déclarés tandis que le streptocoque A se répand dans l’environnement par les voies aériennes.

Combien de temps dure l’incubation ?  

Cette période d’incubation est relativement courte puisqu’elle n’excède pas cinq jours et la maladie atteint son apogée deux ou trois jours après son apparition. Néanmoins, les personnes atteintes de la scarlatine demeurent contagieuses tant qu’elles présentent une angine.           

Qui, quand consulter ?

Certains signes peuvent alerter quant à la présence possible de la pathologie. Il peut s’agir des signes classiques de l’angine :

  • fièvre très haute a 40 degrés ou plus :
  • douleur  au niveau de la gorge ;
  • difficultés à avaler et à s’alimenter

Dès que des signes de la pathologie apparaissent, il est important de prendre rendez-vous chez son médecin traitant ou son pédiatre.

Faut-il consulter en urgence un médecin ?

La réponse du Dr Cédrico Gomes, pédiatre :

"C’est mieux de se rendre chez son médecin traitant dans les 24/48h pour limiter les risques de complications, mais surtout de contagiosité. La consultation peut s’avérer urgente en cas de maux de têtes, de nausées et/ou de vomissements, de douleurs abdominales, de pleurs inexplicables ou bien encore si l’état général se dégrade avec de signes de déshydration provoqués par des phénomènes digestifs tels que la diarrhée ou des vomissements importants".  

Quelles sont lescomplications possibles ?  

Grâce aux antibiotiques, les complications se sont raréfiées ces dernières années. Il s’agit notamment de complications locales :

  • Septicémie : "L’infection se diffuse dans le sang et peut toucher le cœur", explicite le médecin. Cette complication peut mettre en jeu le pronostic vital.
  • Adénite cervicale (infection des ganglions lymphatiques du cou) ;
  • Otite (infection de l'oreille) ;
  • Rhinite (inflammation des muqueuses de la cavité nasale) ;
  • Sinusite (inflammation des muqueuses qui recouvrent l’intérieur des sinus).

Le risque est-il plus grand lorsqu’on est adulte ?

La réponse du Dr Cédrico Gomes, pédiatre :

"Les complications locales peuvent être plus importantes si la personne est âgée et souffre d’une autre maladie chronique en plus de la scarlatine".  

Complications et évolution de la scarlatine

La scarlatine disparaît spontanément en six jours. La fièvre tombe alors, l’exanthème (éruption cutanée) disparaît et laisse place à une peau qui se détache en petits morceaux, excepté au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds où la peau part en lambeaux. Cette desquamation intervient sept à dix jours après l’apparition des premiers symptômes de la scarlatine. "C’est-à-dire que la peau va peler naturellement", ajoute le pédiatre.

Photo : desquamation de la peau du bout des doigts après 8 jours

Photo : desquamation de la peau du bout des doigts après 8 jours© Creative Commons

Crédit : Martin Kronawitter, Kellberg - CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en

Dans certains cas devenus rarissimes, certaines complications tardives dues aux streptocoques peuvent survenir. Il s’agit de : 

  • l’inflammation des reins (glomérulonéphrite post-infectieuse) ; qui peut se traduire par une rétention urinaire, des symptômes grippaux et l’augmentation de la tension artérielle. "On les repère grâce à des examens sanguins et urinaires", confie le spécialiste. La prévalence est de 1 cas pour 400 000 individus.
  • Des rhumatismes articulaires aigus, dus à la diffusion de la toxine dans l’organisme. "En cas d’atteinte des valves cardiaque, cela peut devenir grave", précise le médecin.

Quels sont les examens et analyses à faire ?

Le dépistage de la scarlatine se base sur le diagnostic rapide par écouvillon ou TDR. Cela désigne un prélèvement de la gorge permettant de mettre en évidence la présence de la bactérie en question. "Et donc de savoir si l’angine est d’origine bactérienne ou non", complète le docteur. Cet examen se pratique surtout à partir de l’âge de deux ans, car on estime que le risque d’avoir une angine bactérienne à moins de deux ans est rare.

Cet examen peut être accompagné de gestes cliniques :

  • un examen de la de la gorge : examens des amygdales tuméfiées et érythémateuses (rouge ou parfois recouvertes de taches blanches), palpation des ganglions cervicaux ;
  • un examen de l’éruption cutanée.  

Quel est le traitement de la scarlatine ?

Le traitement de la scarlatine repose sur la prise d'antibiotiques qu’il est indispensable de bien respecter. Le traitement usuel de l’angine bactérienne passe généralement par la prescription d’amoxicilline par voie orale. Sa durée est de six jours. Pour autant, le sujet se sent mieux en seulement 48h. "C’est une maladie qui se soigne très bien, ajoute le docteur. Il n’y a quasiment jamais de complications".

Les proches doivent-ils être traités par principe de précaution ?   

La réponse du Dr Cédrico Gomes :

"Je ne conseille pas de donner un traitement antibiotique préventif. En revanche, il peut être nécessaire et utile d’éloigner la personne infectée des individus âgés présentant des facteurs de risque tel qu’une insuffisance cardiaque". 

Comment soulager la personne atteinte de scarlatine ?

Il est recommandé :

  • de laisser la personne se reposer,
  • de bien l’hydrater,
  • d’humidifier l’air ambiant, d’aérer les pièces de la maison
  • nettoyage des mains, …
  • de maintenir la température de la chambre entre 18 °C et 20 °C.

Des anti-inflammatoires non-stéroïdiens peuvent être employés, sur prescription médicale, pour calmer l’inflammation et diminuer la fièvre. Mais seulement en l’absence de contre-indication, et seulement si le paracétamol seul n’a pas été assez efficace sur le comportement et/ou la douleur de l’enfant.

Peut-on prévenir la maladie ?

La réponse du Dr Cédrico Gomes, pédiatre :

"Il n’y a pas de vaccin. Seul les principes d’hygiène habituels, comme se laver les mains, se moucher, se couvrir la bouche quand on tousse, permettent de prévenir la maladie".

Quelles sont les précautions pour éviter de transmettre la scarlatine à l'école ? 

En cas d’infection aux streptocoques A, l’enfant ne peut pas retourner à l’école tant qu’il n’a pas commencer son antibiothérapie. On parle d’éviction scolaire.

Deux jours après le début de cette dernière, la réadmission est possible mais est subordonnée à la présentation d’un certificat médical attestant qu’il a bien été soumis au traitement thérapeutique approprié.

Les enfants qui ont été en contact avec le sujet malade n’ont pas besoin de quitter l’école par précaution.

En cas d’épidémie, l’autorité sanitaire peut prendre l’initiative d'organiser une campagne de dépistage dans l’établissement (test par prélèvements). "Après, c’est aussi du bon sens. Dans une collectivité d’enfant, il faut notamment faire attention à éviter la transmission de germes, par exemple, par le biais des tétines", indique le médecin.

Sites d’informations et associations

AviQ – Fiche d’informations sur la scarlatine

Pédiatre online – Plateforme de conseils pédiatriques