Sang dans les urines : causes et traitements d’une hématurie

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLa présence de sang dans les urines lorsqu’il ne s’agit pas d’une hématurie isolée indique un trouble de l’appareil urinaire, le plus souvent une infection. Mais elle peut en révéler d’autres pathologies plus silencieuses. Un bilan est toujours nécessaire.

Définition

Le terme d’hématurie désigne la présence de sang dans les urines. On distingue deux types d’hématuries :

- L’hématurie microscopique, une toute petite présence de sang invisible à l’œil nu, uniquement détectable  par des bandelettes urinaires confirmée par un examen des urines (ECBU).
- L’hématurie macroscopique, qui se signale par des urines colorées, allant du rosé au rouge-brunâtre et qui ne passe pas inaperçue lors de la miction.

Ses causes sont multiples. Elles peuvent être bénignes mais aussi très graves. Dans tous les cas il faut consulter.

Photo : Hématurie microscopique, globules rouges dans l'urine au microscope

Sang dans les urines : causes et traitements d’une hématurie© Creative Commons

Crédit : Bobjgalindo — Travail personnel © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Urines foncées : quand consulter ?

La réponse du Dr Marc Fourmarier, médecin urologue :

« Il n’y a pas de lien de gravité entre une hématurie microscopique et une hématurie significative (macroscopique). Une hématurie est le signe d’une pathologie, qui doit amener à consulter ».

Une fausse hématurie, c'est quoi ?

Certains aliments, certains médicaments ou situations peuvent donner lieu à la coloration des urines. Il ne s'agit pas d'une hématurie pour autant.

  • Certains aliments, comme la betterave, le chou rouge et la rhubarbe, colorent légèrement les urines en rouge et peuvent entraîner une confusion avec du sang.
  • Des médicaments comme certains antibiotiques (rovamycine, erythromycine…) colorent également les urines.
  • Des anti-coagulants et des anti-inflammatoires comme l’ibuprofène ou l’Aspirine® peuvent potentialiser le saignement d’une lésion, rendant alors visible la présence de sang dans les urines.
  • Des prises de vitamine B12.
  • Certains laxatifs contenant de la pénolphtaléine.
  • L e sang menstruel en se mêlant à la miction dans les toilettes, peut enfin inutilement inquiéter.

Chiffres

L’hématurie est un motif particulièrement fréquent de consultation. 

Symptômes

Une hématurie est davantage un signe qu'un symptôme, puisque le patient ne ressent rien. Il se caractérise par la présence d'urines colorées pouvant aller de rosées à rouge-brun. Elle peut s'accompagner :

  • D'envies fréquentes d’uriner et sensations de brûlures pendant la miction.
  • De douleurs lombaires…
  • De fièvre associée à des maux de tête, voire malaises.
  • D'une douleur violente au niveau du dos, qui irradie vers les organes génitaux. 
  • De la présence de caillots dans les urines.

Causes

Uriner du sang, visible ou non à l’œil nu est le signe d’un trouble de l’appareil urinaire ; entre le rein et l’urètre, en passant par la vessie. L’hématurie est le plus souvent révélatrice d’une infection, plus rarement d’une tumeur (2 cas sur 10). Les symptômes qui peuvent accompagner l’hématurie sont : brûlure en urinant, douleurs rénales et pelviennes, malaises… qui orientent les investigations du médecin.

Les infections de l'appareil urinaire  sont les causes les plus fréquentes d’hématurie, elles se traitent par la prise d’antibiotiques. Parmi elles, ces affections peuvent être en cause :

  • La cystite simple ou cystite hématurique, causée par une bactérie. La maladie se caractérise par une irritation et une inflammation des parois de la vessie. Elle est généralement associée à des envies fréquentes d’uriner, sensations de brûlures pendant la miction, douleurs lombaires…
  • La pyélonéphrite aigüe, une infection des reins qui peut provoquer une urine plutôt foncée, presque brune (mais pas toujours). Elle est généralement associée à de la fièvre, maux de tête, douleurs lombaires, voire malaises.

D'autres affections peuvent aussi entraîner une hématurie : 

  • La prostatite aigüe chez l’homme : il s'agit d'une infection bactérienne de la prostate.
  • Les coliques néphrétiques : elles sont dues aux calculs rénaux qui sont des dépôts de cristaux formés dans les reins qui descendent vers la vessie et bloquent les urines en stagnant dans l’uretère. Ils irritent les parois internes des voies urinaires. La personne ressent une douleur violente au niveau du dos, qui irradie vers les organes génitaux. Le fait d'uriner peut également entraîner une sensation de brûlure.
  • Une hyperplasie de la prostateaugmentation du volume de la prostate, non cancéreuse (elle  touche 80% des hommes à 80 ans), elle peut causer des saignements urinaires, un trouble généralement associé à la difficulté à uriner, avec des besoins urgents ou persistants. A noter : un cancer de la prostate peut également entraîner une hématurie.
  • Un traumatisme lombaire : un choc ou une blessure, le plus souvent un accident sur la voie publique, une bagarre ou une chute peut entraîner des lésions rénales ou sur la vessie et des pertes de sang qui passent par les urines.
  • La présence d'une tumeur dans l'appareil urinaire : la présence d'une tumeur dans le tissus rénal, les voies excrétrices et la vessie peut se manifester par la présence de sang dans les urines. Elles sont alors rosées, voire rouge-brun, avec parfois des caillots.

Qu'est-ce qu'une hématurie d’effort ?

Certaines activités physiques violentes pour l'organisme (trail ou marathon…) peuvent provoquer la destruction des muscles et la libération dans le sang du pigment qu’il contient. Son élimination dans les urines provoque une coloration rouge. La teinte sera plus ou moins importante en fonction de la dilution des urines par l'hydratation. La présence de ces pigments musculaires disparaît en général au bout de 48h.

Personnes à risques ?

Les fumeurs et les personnes exposées professionnellement à des produits chimiques, chez qui l’hématurie peut être le symptôme d’une tumeur de la vessie (environ 12 000 nouveaux cas par an) ou du rein (environ 13 000 nouveaux cas) ; quatre fois plus fréquents chez ces derniers. 

Facteurs de risques

Les infections urinaires et les calculs rénaux sont les facteurs de risques les plus fréquents d'hématurie.

Durée

Les saignements peuvent durer tant que la maladie de l'appareil urinaire qu'ils révèlent n'est pas traitée.

Contagion

L'hématurie n'est pas contagieuse puisque uriner du sang est le signe d'une maladie de l'appareil urinaire ; or ces maladies ne se transmettent pas d'une personne à l'autre.

Qui, quand consulter ?

Consulter votre médecin traitant en cas de suspicion de sang dans les urines de couleur rosé à brun et en cas de saignements visibles et répétés au moment de la miction. Celui-ci vous orientera vers un urologue si nécessaire. En cas d’apparition de caillots dans les urines, qui peuvent mener à une obstruction de l’urètre, rendez-vous à l’hôpital sans tarder.

Complications

  • Hémorragie
  • Présence de caillots dans les urines, qui peuvent empêcher la miction.
  • Et bien-sûr complications de la pathologie à l'origine de l'hématurie.

Examens et analyses

La présence de sang dans les urines n’est considérée comme anormale qu’au-delà de 5 à 10 000 globules rouges par millilitres de sang (variable selon les laboratoires).
Pour la déterminer, une bandelette réactive est trempée dans un flacon d’urine. Cet examen parfois effectué en médecine du travail, scolaire ou pour d’autres symptômes est d’autant plus important que la présence de sang n’est pas toujours visible à l’œil nu.

Photo : bandelette urinaire

Sang dans les urines : causes et traitements d’une hématurie

Le médecin s’attachera ensuite via un bilan à rechercher la cause des saignements afin de déterminer le traitement adéquat.

  • Pour confirmer l’hématurie et rechercher une infection urinaire, le médecin fait pratiquer un examen cytobactériologique des urines (ECBU), simple analyse d’urine par un laboratoire.
  • Pour déterminer l’origine de l’hématurie, le médecin demande un uro-scanner (scanner de l’appareil urinaire).
  • Pour poursuivre les investigations, l’urologue prescrit une cystoscopie (endoscopie des voies urinaires et de la vessie).

Traitements

 Il n'y a pas de traitement spécifique pour une hématurie. Le médecin traitera la maladie qu'elle révèle, comme des antibiotiques en cas de cystite.

Prévention

 Ne pas négliger les autres symptômes de maladie de l'appareil urinaire, tels que les douleurs rénales ou les brûlures en urinant.

Sites d’informations et associations

Cystite (infection urinaire) - Ameli