Si tous les regards sont actuellement portés sur la campagne de vaccination contre la covid-19, les scientifiques continuent d’avancer sur des projets d’envergure comme la lutte contre le virus du SIDA. Le Vaccine Research Institute (VRI, ANRS-Inserm et Université Paris-Est Créteil) va lancer un essai de phase I d’un vaccin préventif contre le VIH en France dans les prochaines semaines.

Vaccin contre le SIDA : les premières doses injectées mi-avril

Le vaccin qui sera testé pendant cet essai, a été baptisé "CD40.HIVRI.Env". Il repose sur l’injection d’anticorps monoclonaux qui ciblent spécifiquement des cellules clés de la réponse immunitaire, les cellules dendritiques. C’est le premier produit à viser directement ces éléments du système immunitaire, également attaqués par le VIH.

Lors de l’appel aux participants en Île-de-France, le Pr Yves Lévy, directeur du VRI, avait expliqué "il s’agit, avec ce vaccin, de diriger la réponse contre le VIH exactement au niveau des cellules les plus importantes pour l’éducation et l’activation du système immunitaire, c’est-à-dire les cellules dendritiques".

La campagne de recrutement de 72 volontaires entre 18 et 65 ans et sans problèmes de santé a été lancée le 1ᵉʳ mars 2021. Les autres conditions pour participer à cette première étude française est de ne pas être contaminé.e par le VIH. Il faut aussi résider près d’un des centres cliniques franciliens impliqués dans l’essai (Mondor, Bichat et Cochin).

Le projet avance à bon pas, le directeur de la recherche a confié à nos confrères de Sciences et Avenir : “la première injection se fera lors de la deuxième ou troisième semaine d'avril 2021."

Comment va se dérouler ce premier essai ?

Les participants sélectionnés via ce site participeront pendant un an à la recherche. Le vaccin qui sera testé, s’appuie sur 3 administrations : deux à un mois d’intervalle et la dernière six mois après. Par ailleurs, 8 visites à l’hôpital sont prévues pendant cette période. Il sera aussi demandé aux volontaires de continuer de se protéger contre tout risque de contamination (préservatif) et de ne pas être enceinte pendant l’essai, et jusqu’à 4 mois après la dernière vaccination.

"L’essai de phase I est mené en double aveugle : une partie des participants recevra le candidat vaccin tandis que l’autre recevra un placebo. Cet essai évaluera la tolérance de différentes doses du vaccin qui sera administré soit seul, soit associé à un autre vaccin actuellement en développement en phase II/III", prévient le Vaccine Research Institute dans son communiqué.

Ce vaccin à ADN en développement en phase II/III baptisé "DNA-HIV-PT123" pourrait - selon les scientifiques - amplifier la réponse immunitaire et obtenir ainsi une meilleure efficacité. "Cet essai permettra également d’étudier l’effet de la combinaison du vaccin ciblant les cellules dendritiques et d’un vaccin ADN. L’objectif est de potentialiser l’effet des vaccins et de maintenir à long terme la réponse immunitaire, notamment la production d’anticorps, contre le VIH", a ajouté le Pr Yves Lévy.

En 2019, on a dénombré 1,7 million de nouvelles contaminations par le VIH, à l’origine du sida, à travers le monde. En France, on enregistre en moyenne 6200 nouveaux cas par an et 25 000 personnes ignorant être infectées par le virus.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Sources

Lancement d'un essai vaccinal français contre le virus du Sida, Sciences et avenir, 16 mars 2021

Des volontaires recherchés pour un essai vaccinal innovant contre le VIH, INSERM, 25 février 2021

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.