Pour combattre la variole du singe, les autorités ont choisi un procédé traditionnel pour lutter contre le virus : éduquer le système immunitaire en confrontant l'organisme à un virus voisin de celui à combattre. C’est donc un vaccin contre la variole humaine qui est utilisé actuellement contre la variole du singe, mais de troisième génération. Car ces deux virus font partie de la famille des "orthopoxvirus" et la variole humaine a été éradiquée en 1980. Le sérum actuellement prescrit utilise un troisième virus de cette famille, proche génétiquement, celui de la vaccine initiale. "Il y a une homologie de 90 à 95% des protéines virales impliquées entre les virus de la variole et de la variole du singe", précise Olivier Schwartz, responsable de l'unité virus et immunité à l'Institut Pasteur. "Donc prendre un vaccin très proche pour le bloquer est une stratégie qui a fait ses preuves".

"Le vaccin actuel n’est pas fabriqué à partir d’animaux, mais sur culture cellulaire, il est dit de "troisième génération, car il a été amélioré par rapport aux deux précédentes pour limiter les effets secondaires", souligne Yannick Simonin, maître de conférences à l'université de Montpellier, spécialiste des virus émergents.

Une forte efficacité anticipée

Le taux de protection de ce nouveau vaccin n’est pas encore connu, car on manque de données à grande échelle. Mais des tests épidémiologiques et en laboratoires anticipent une forte efficacité. Les dernières données disponibles donnent un chiffre de protection de 85 % dans les années 90 au Zaïre. Avoir été vacciné contre la variole avant 1980 apporte a priori une protection immunitaire contre la variole du singe, d'une ampleur et d'une durée incertaines.

Le seul vaccin autorisé actuellement par la Commission européenne pour la variole du singe est fabriqué par le danois Bavarian Nordic, à partir de la souche virale MVA-BN (modified vaccinia Ankara virus). Selon l'OMS, il y aurait actuellement 16 millions de doses de MVA-BN dans le monde, majoritairement en vrac, un accord prévoit la livraison de 7 millions de doses supplémentaires. L'Union européenne a jusqu'alors commandé 100.000 doses.

Depuis début mai 2022, plus de 18.000 cas ont été confirmés dans le monde à la fin juillet 2022, principalement aux États-Unis, en Espagne, en Allemagne et en France (2.400 cas début août 2022).

Sources

Commission européenne

https://luxembourg.representation.ec.europa.eu/actualites-et-evenements/actualites/lhera-procure-aux-etats-membres-de-lue-des-vaccins-pour-faire-face-aux-epidemies-de-variole-du-singe-2022-06-14_fr

https://www.who.int/fr/news-room/questions-and-answers/item/monkeypox

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.