La variole du singe (Monkeypox) se propage dans le monde depuis plusieurs mois. C’est le 19 mai que le premier malade a été recensé en France et depuis les cas ne cessent d’augmenter. Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), les malades se concentrent à 70% en Europe. Dans son dernier point le 2 août, Santé publique France confirme 2 239 cas sur le territoire national.

Face à cette situation, le directeur général de l'organisme de santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclenché le 23 juillet le plus haut niveau d’alerte concernant une épidémie.

“Dans la plupart des cas, les symptômes de la variole du singe disparaissent spontanément au bout de quelques semaines”, explique l’OMS. Cependant, la maladie peut tout de même entraîner chez certains individus des complications et même la mort. Ces derniers jours, cinq décès ont été recensés hors d’Afrique, d'où est originaire cette maladie endémique. Les cinq personnes décédées étaient toutes touchées par le virus Monkeypox.

Variole du singe : deux jeunes morts en Espagne

L'Espagne, l’un des pays comptant le plus de cas de variole du singe au monde, a dévoilé le premier décès de variole du singe en Europe le vendredi 29 juillet. Le second mort dans le pays a été annoncé le lendemain.

Le ministère de la Santé espagnol a expliqué que les victimes étaient deux jeunes hommes atteints de la variole du singe. Pour l'instant, les seuls renseignements connus concernent la deuxième victime. Il s’agissait d’un homme de 31 ans qui était hospitalisé à l’hôpital de la Reine Sofia à Cordoba (Sud du pays).

Le gouvernement espagnol a ajouté que des études étaient en cours pour avoir plus “d'informations épidémiologiques” sur ces deux cas. Les autorités détaillent : "Les échantillons prélevés pendant l'autopsie devront permettre de déterminer si la cause du décès est la méningo-encéphalite (causée par l'infection) ou une autre pathologie".

Monkeypox : trois victimes avaient un système immunitaire affaibli

Les trois autres décès ont été recensés au Brésil, au Pérou ainsi qu’en Inde. Contrairement aux deux cas en Espagne qui restent très flous, ces trois personnes avaient déjà un système immunitaire fragilisé.

Le premier, recensé jeudi dernier au Brésil, était un homme de 41 ans avec des comorbidités graves. Le secrétariat à la Santé de l'État brésilien de Minas Gerais (Sud-est) a expliqué que "il est important de souligner qu'il avait des comorbidités graves, pour ne pas susciter de panique dans la population. La mortalité liée à cette maladie demeure très basse". En effet, le patient suivait un traitement contre le cancer et avait un système immunitaire affaibli.

Le second patient était un homme de 45 ans originaire du Pérou. Il était séropositif et avait également un système immunitaire affaibli. "Il est arrivé à l'hôpital dans un état très grave avec la variole du singe. Sa santé s'était affaiblie après avoir abandonné son traitement contre le VIH", a déclaré le directeur de l'hôpital national Dos de Mayo, Eduardo Farfan sur une radio locale.

"Il n'est pas mort de la variole du singe mais d'une septicémie. Le problème est qu'il s'agissait d'un patient présentant d'autres morbidités,” a précisé le directeur de l’hôpital. Il a également ajouté que le patient avait été admis “hautement infecté par le virus” et “les germes qui ont envahi sa peau ont comprimé ses poumons".

Le troisième patient venait d’Asie. L’homme de 22 ans est décédé le 30 juillet et avait la variole du singe. La victime est décédée une semaine après son hospitalisation, à son retour des Émirats Arabes Unis. La cause du décès n’est pas encore établie et des tests complémentaires doivent être menés. "Le jeune homme n'avait pas de symptômes de variole du singe. Il a été admis à l'hôpital avec des symptômes d'encéphalite et de fatigue", a indiqué dimanche la ministre de la Santé du Kerala, Veena George, interrogée par le quotidien Indian Express.

Le bureau régional de l’OMS en Europe s’attend à une hausse des décès dus à la propagation du virus. L’organisme insiste sur l’importance "d'interrompre rapidement la transmission du virus en Europe et mettre un coup d'arrêt à cette épidémie".

Sources

https://www.bfmtv.com/sante/ce-que-l-on-sait-des-premiers-deces-de-personnes-atteintes-de-la-variole-du-singe_AD-202208020285.html

https://www.who.int/fr/news-room/questions-and-answers/item/monkeypox

https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2022/cas-de-variole-du-singe-point-de-situation-au-2-aout-2022

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.