Selon Santé Publique France, “Au 7 juin 2022 à 14h, 66 cas confirmés de Monkeypox (variole du singe) ont été rapportés en France : 48 en Ile-de-France, 8 en Occitanie, 5 en Auvergne-Rhône-Alpes, 2 en Normandie, 1 dans les Hauts-de-France, 1 en Centre-val de Loire et 1 en Paca.” Depuis, un cas supplémentaire de variole du singe a été confirmé à Bordeaux. Ce virus peut se transmettre de différentes manières :

  • Par contact direct avec les lésions cutanées ou les muqueuses d’une personne malade ;
  • Par des gouttelettes (salive, éternuements, postillons…) ;
  • Au contact de l’environnement du malade ;
  • Au contact d’animaux tels que les singes et les rongeurs ;
  • Par contact direct avec une peau lésée durant un rapport sexuel.

Ainsi, face à ces informations, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont recommandé aux personnes pouvant être en contact étroit avec des malades de porter le masque. En effet, selon eux : “le virus de la variole du singe peut parfois se propager dans l'air, au moins sur de courtes distances, mais on ne sait pas exactement dans quelle mesure cela contribue à la propagation de la maladie.”

Monkeypox : une transmission par voie aérienne ?

Selon les experts américain, il est fortement recommandé aux patients, notamment ceux ayant des symptômes respiratoires, de porter un masque chirurgical pour limiter la propagation du virus responsable de la variole du singe. De même, ils conseillent aux membres du foyer de porter également un masque. Les personnes fragiles (enfants, femmes enceintes, personnes immunodéprimées) doivent être particulièrement vigilants sur ce point. En effet, lors de précédentes transmissions, les patients étaient majoritairement en contact étroit avec des personnes malades. Pour d’autres en revanche, seule la contamination par voie aérienne était plausible. Bonne nouvelle, l'infection à monkeypox nécessite "un contact très étroit et soutenu", a déclaré au Times Andrea McCollum, le principal expert du CDC sur le virus et d’ajouter : "ce n'est pas un virus qui s'est transmis sur plusieurs mètres.” Une information importante selon l’experte qui mérite toutefois d’être étudiée afin d’informer le grand public de manière pertinente sur l’utilité du port du masque à plus grande échelle.

Variole du singe : renforcer la surveillance sanitaire

Dans une conférence de presse donnée le mercredi 8 juin dernier, le directeur général de l'organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a encouragé les pays à augmenter leurs mesures de surveillance sanitaire pour arriver "à identifier tous les cas et les cas contacts pour contrôler cette flambée et prévenir la contagion". "L'OMS est particulièrement préoccupée par les risques que présente ce virus pour les groupes vulnérables, notamment les enfants et les femmes enceintes", a-t-il précisé. Si le risque que le virus s’installe dans les pays non endémique est réel, le directeur général de l'OMS a assuré que cette situation pourrait être évitée si les pays prennent les mesures adéquates de surveillance sanitaire.

Sources

https://medicalxpress.com/news/2022-06-monkeypox-air.html

https://www.pasteur.fr/fr/journal-recherche/actualites/variole-du-singe-potentiel-epidemique-augmente-tant-que-immunite-collective-diminue-contre-virus

https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2022/cas-de-monkeypox-point-de-situation-au-7-juin-2022

https://openwho.org/courses/variole-du-singe-introduction

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.