Sommaire

Les maladies liées au vieillissement de la population, à nos modes de vie, à la pollution et au changement climatique sont en constante augmentation depuis de nombreuses années : maladies respiratoires (asthme), diabète, maladies cardio-vasculaires, maladies neuro-dégénératives, cancers... Ces maladies chroniques, non-transmissibles, sont décrites par l'OMS comme des maladies de longue durée, d'évolution lente.

"Les maladies non transmissibles, ou MNT, sont de loin la principale cause de décès dans le monde, représentant plus de 63 % de la totalité des décès annuels", soit 36 millions de décès chaque année, précise l'OMS. Les maladies chroniques ont explosé ces dernières décennies et devraient continuer à progresser. Elles ont pris le pas depuis longtemps maintenant sur les maladies infectieuses, depuis les découvertes des antibiotiques et des vaccins. Toutefois, alors que le monde entier subit depuis plus d'un an la pandémie de la Covid-19, les maladies infectieuses pourraient regagner du terrain ces prochaines années. Ces maladies infectieuses qui nous menacent, qu'elles sont-elles ? Medisite a posé la question à Harold Noël, épidémiologiste à Santé Publique France.

La résistance aux antibiotiques

C'est ce qu'on appelle l'antibiorésistance, soit le fait qu'un traitement antibiotique ne soit plus efficace contre une infection bactérienne. La résistance aux antibiotiques "résulte de l'administration répétée d'antibiotiques chez l'homme ou l'animal qui crée des conditions, appelées 'une pression de sélection' favorisant l’acquisition et la dissémination de souches résistantes aux antibiotiques", explique le site de Santé Publique France.

"On a déjà identifié un certain nombre de bactéries résistantes aux antibiotiques et cela fait près de 25 ans qu'on n'a pas découvert de nouvelles familles d'antibiotiques qui pourrait nous aider contre ces bactéries", explique Harold Noël. "Les virus sont plus volontiers responsables de pandémies, mais il ne faut pas oublier les bactéries qui, si elles se transmettent par voie respiratoire notamment, peuvent faire des ravages, comme la peste au 14e siècle qui avait décimé un tiers de la population européenne".

Selon le rapport 2019 du groupe spécial de coordination inter-institutions sur la résistance aux antimicrobiens (IAGC), "les infections résistantes sont d'ores et déjà la cause d'au moins 700 000 décès chaque année, dont 230 000 sont imputables à une tuberculose multipharmacorésistante. Selon un scénario des plus pessimistes de la Banque mondiale, si rien n'était fait, ce chiffre pourrait même atteindre 10 millions de décès par an d'ici 2050", est-il écrit dans ce rapport.

Infections des voies respiratoires (pneumonies), méningites, IST, infections urinaires... pourraient ainsi être à l'origine de 10 millions de morts par an dans le monde. "Depuis la découverte de la pénicilline, le premier antibiotique, la médecine a fait des progrès considérables en matière de chirurgie complexe, de greffes d’organes, de néonatalogie ou de réanimation. Toutes ces interventions deviendraient impossibles si l’antibiorésistance se développait davantage, car le risque infectieux provoqué par chaque geste médical serait trop élevé", ajoute de son côté le ministère de la Santé.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Sources

Merci à Harold Noël, épidémiologie à Santé Publique France

Organisation Mondiale de la Santé Animale

OMS

L’antibiorésistance : pourquoi est-ce si grave ?, Ministère de la Santé

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.