Sommaire

Les chimiothérapies dans le viseur

Les chimiothérapies dans le viseur© Istock"De nombreux médicaments peuvent faire baisser les plaquettes, par différents mécanismes. Par exemple, les chimiothérapies prises pour soigner un cancer", annonce d’emblée Lin-Pierre Zhao, hématologue à l’AP-HP et membre de l'Association des Internes en Hématologie. Les médicaments pris lors d’une chimiothérapie "détruisent les précurseurs des plaquettes [appelés les mégacaryocytes] dans la moelle osseuse". Il s’agit d’un "effet secondaire fréquent et attendu". Pour autant, ce ne sont pas les seuls médicaments à impacter le nombre de plaquettes puisque "la thrombopénie [baisse du nombre de plaquettes] est listée comme effet secondaire dans de nombreuses listes de médicaments".

Attention aux antibiotiques

Attention aux antibiotiques© FotoliaLes antibiotiques peuvent faire baisser le taux de plaquettes dans le sang en provoquant une réaction allergique. "Il est important de comprendre que pour certains médicaments, la baisse des plaquettes est d’origine immunologique. C’est-à-dire que la patient, secondairement à la prise du médicament, peut développer un type de réaction allergique conduisant à la destruction de ses propres plaquettes", continue Lin-Pierre Zhao. Pour autant, il n’y a aucune inquiétude à avoir. "Le risque pour un patient donné de développer une telle réaction après la prise d’un médicament spécifique est très faible."

Gare aux anti-inflammatoires

Gare aux anti-inflammatoires© IstockLà encore, ça ne concerne pas tous les patients, mais certains anti-inflammatoires peuvent influer sur les plaquettes par "mécanisme immunologique". Et comme pour les antibiotiques, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. D’ailleurs, certains anti-inflammatoire n’ont pas vraiment d’effet quantitatif mais plutôt qualitatif sur l’agrégation plaquettaire. "C’est le cas de l’aspirine prise à faible dose notamment, médicament largement prescrit pour son utilité anti-agrégante chez les patients à risque vasculaire."

"Le risque de thrombopénie est très faible"

"Le risque des développer une thrombopénie après la prise d’un médicament spécifique chez un patient est très faible, et ne doit pas faire porter une contre-indication à ce traitement. Dans ces situations, il est impossible de prédire à l’avance pour un patient s’il va baisser ses plaquettes ou non sous ce traitement", assure Lin-Pierre Zhao. Si la baisse de plaquettes s’avère finalement très importante, mieux vaut alors cesser le traitement. "Il n’existe pas de moyen de faire remonter le chiffre plaquettaire sans arrêter le médicament."

Le rôle des plaquettes : stopper les saignements

Le rôle des plaquettes : stopper les saignements© IstockComme les globules rouges et blancs, les plaquettes sont des cellules sanguines fabriquées dans la moelle osseuse. Leur rôle est de stopper les saignements. "Après une blessure cutanée, les plaquettes s’accumulent au niveau de la blessure. Elles s’agrègent les unes avec les autres : c’est ce que l’on appelle l’hémostase primaire. Elles activent par ce moyen les facteurs de la coagulation qui vont également participer à l’hémostase, permettant in fine d’arrêter le saignement." Les risques lorsque les plaquettes baissent de façon importante sont donc hémorragiques.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Remerciements au Dr Lin-Pierre Zhao, hématologue à l’AP-HP et membre de l'Association des Internes en Hématologie.

Vidéo : Reconnaître les signes d’un cancer du sang

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.