La maladie du foie gras se développe de façon inquiétante dans les pays occidentaux. 25 à 30 % de la population mondiale serait en effet concernée et, selon les experts, cette pathologie sera “prochainement la 1ère cause de greffe de foie”.

Cette maladie est alimentée par des troubles métaboliques tels que l’obésité et le diabète de type 2. Mais une nouvelle étude montre que la stéatose hépatique serait aussi liée à des troubles du sommeil et un mode de vie sédentaire.

Stéatose hépatique : mieux dormir réduit les risques de 29 %

“Les personnes souffrant d’un mauvais sommeil nocturne et de siestes prolongées pendant la journée ont le risque le plus élevé de développer une stéatose hépatique”, a déclaré le co-auteur de l’étude Yan Liu, Ph.D., du Laboratoire clé provincial de l’alimentation, de la nutrition et de la santé du Guangdong et de l’Université Sun Yat-sen de Guangzhou en Chine.

Les résultats de la recherche ont été publiés dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism de l’Endocrine Society. Les chercheurs expliquent avoir analysé les comportements de sommeil autodéclarés de 5 011 adultes chinois atteints de stéatose hépatique. Ils ont ainsi découvert que le fait de se coucher tard le soir, de ronfler pendant le sommeil et de faire des siestes de plus de 30 minutes en journée étaient significativement associés à un risque accru de stéatose hépatique.

Néanmoins, ces résultats montrent aussi qu’une prise en charge est possible pour inverser la situation. “Notre étude fournit des preuves que même une amélioration modérée de la qualité du sommeil est suffisante pour réduire le risque de stéatose hépatique, en particulier chez les personnes ayant un mode de vie malsain”, a déclaré Yan Liu. Les chercheurs précisent qu’une amélioration modérée de la qualité du sommeil serait liée à une réduction de 29 % du risque de stéatose hépatique.

“Étant donné que de grandes proportions de sujets souffrant d’une mauvaise qualité de sommeil sont sous-diagnostiqués et sous-traités, notre étude appelle à davantage de recherches dans ce domaine et à des stratégies pour améliorer la qualité du sommeil.”

Peut-on guérir de la maladie du foie gras ?

A ce jour, aucun traitement n’existe pour guérir de la stéatose hépatique non alcoolique. Cette maladie résulte de l’accumulation de graisses dans les cellules hépatiques, entraînant une inflammation du tissu hépatique et des lésions cellulaires identiques à celles provoquées par une cirrhose. Ce qui est redoutable avec cette pathologie, c’est qu’elle ne présente pas de symptôme spécifique et qu’elle n’est pas douloureuse non plus. Les malades peuvent parfois se sentir fatigués ou avoir une légère gêne abdominale, mais généralement sans plus. C’est une maladie qui progresse silencieusement et de nombreux individus la découvrent par hasard, lors d’une prise de sang, et lorsque la stéatose hépatique est déjà à un stade bien avancé.

Pour agir sur la maladie, les patients doivent modifier leur mode de vie afin de perdre du poids.

Sources

https://medicalxpress.com/news/2022-07-people-poor-behaviors-fatty-liver.html

https://www.chu-lyon.fr/la-maladie-du-foie-gras-ou-maladie-du-soda-est-en-progression#:~:text=La%20NASH%20(acronyme%20anglais%20qui,elle%20est%20souvent%20d%C3%A9couverte%20fortuitement. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.