Cancer du foie : l’hépatite C peut le provoquer

Une étude menée par l'Inserm démontre que même une fois traitée, l'hépatite C est associée à un surrisque de cancer du foie, à cause de mutations génétiques persistantes.
Cancer du foie : l’hépatite C peut le provoquer Istock

On estime à 1,75 million le nombre de nouvelles infections au virus de l'hépatite C dans le monde en 2015, maladie du foie transmise par le sang. Autant de personnes exposées à un surrisque de cancer du foie, selon une nouvelle étude qui montre une association entre les deux pathologies, même lorsque l'hépatite C a été traitée. Les travaux ont été menés par l'Inserm et publiés le 2 mars 2019 dans la revue Gastroenterology.

Des modifications épigénétiques en cause

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont prélevé et analysé les tissus hépatiques de 56 patients : 6 qui n'étaient pas infectés par le virus, 18 ayant une infection chronique mais qui n'étaient pas encore traités, 8 ayant une infection chronique et qui étaient traités par des antiviraux à action directe (AAD), 13 traités par interférons, 4 souffrant d'une infection chronique par le virus de l'hépatite B et 7 atteints de stéatose hépatique non alcoolique. Des tissus hépatiques de souris pourvues d'un foie humanisé et contaminées par le virus de l'hépatite C ont également été examinés.

Au final, il a pu être observé chez tous les patients infectés que le virus avait "un impact sur le génome des hépatocytes, sous la forme de modifications épigénétiques, rapporte Le quotidien du médecin. La mutation H3K27ac change l'expression de certains gènes de réponse inflammatoire." Des modifications qui subsistent même une fois que le virus a été traité, ce qui "maintient un surrisque de cancer du foie, particulièrement en cas de fibrose avancée" (cellules du foie endommagées par une maladie hépatique).

D'après les chercheurs, ces résultats constituent une piste de prévention puisque "ces altérations pourraient être ciblées pour prévenir le cancer du foie chez les patients traités pour une infection au virus de l'hépatite C", ont-ils noté.

Hépatite C : comment se transmet-elle ?

L'hépatite C peut être aiguë ou chronique. Dans le premier cas, elle est la plupart du temps asymptomatique et n'engage pas le pronostic vital du patient. Dans le deuxième cas (correspondant à 60 à 80% des personnes infectées), les complications sont beaucoup plus importantes et comprennent notamment la cirrhose du foie et le cancer du foie. Les symptômes peuvent être une fatigue importante, des douleurs aux articulations et un ictère (jaunisse).

Comme l'explique l'Organisation mondiale de la santé (OMS), "les modes de transmission de l'hépatite C les plus fréquents sont :

  • "la consommation de drogues injectables en partageant le matériel d’injection ;
  • la réutilisation ou mauvaise stérilisation du matériel médical, en particulier des seringues et des aiguilles, dans certains centres de soins ;
  • la transfusion de sang et de produits sanguins n’ayant pas fait l’objet d’un dépistage."
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : L'hépatite C augmente les risques de cancer du foie

Source(s):

"HCV-induced Epigenetic Changes Associated With Liver Cancer Risk Persist After Sustained Virologic Response". Gastroenterology. 2 mars 2019.

"Hépatite C". OMS. 18 juillet 2018.

"L'hépatite C". Inpes. 24 novembre 2015.

La rédaction vous recommande sur Amazon :