Avant de prendre la route, vous avez l’habitude de faire un dernier pipi par précaution, alors que vous n’avez pas réellement envie d’uriner. À en croire Sabrina Baxter, une physiothérapeute spécialiste du plancher pelvien, cela n’est pas une bonne idée. Sur les réseaux sociaux TikTok et Instagram, elle explique que cela pourrait dérégler le bon fonctionnement de la vessie.

Faire pipi “au cas où” : une mauvaise habitude pour la vessie

“Si vous le faites de temps en temps, ce n’est pas grave. Si vous le faites souvent, votre vessie ne se remplit jamais correctement, elle n’atteint pas sa pleine capacité. En l'habituant à évacuer l'urine alors qu'elle n’est qu’à moitié pleine, vous risquez d’avoir envie de faire pipi plus souvent”, explique la spécialiste.

En effet, lorsque vous entraînez votre vessie à se vider alors qu’elle ne contient qu’un faible volume d’urine, vous allez créer une habitude. Au fil du temps, cet organe va s’accoutumer au fait d’évacuer son contenu alors qu’il n’est pas totalement rempli. Et dès qu’il atteindra à nouveau ce volume d’urine, même minime, il enverra au cerveau le signal qu’il faut vite aller aux toilettes. D’après la thérapeute, vous n’aurez alors pas d’autre choix que de “ré-entraîner votre vessie”.

Se retenir d’uriner : un risque de cystite, de calculs et de rétention urinaire

Bien sûr, cela ne signifie pas pour autant qu’il faille attendre le dernier moment pour aller aux WC, bien au contraire ! Vous devez écouter votre corps et vous y rendre lorsque vous en ressentez le besoin, pas avant, ni après vous être retenus pendant deux heures. Et ce pour plusieurs raisons…

La première est assez logique : se retenir d’uriner entraîne une stagnation de l’urine dans la vessie et favorise la prolifération des bactéries. Celles-ci peuvent remonter jusqu’au rein et entraîner une infection urinaire. Un autre risque que vous encourrez est celui de développer des calculs dans les reins, la vessie ou l’urètre. Lorsque ces cristaux ont un volume trop important, ils peuvent obstruer les canaux urinaires et provoquer des douleurs intenses : c’est la colique néphrétique.

Enfin, se retenir d’aller aux toilettes lorsqu’on a un besoin pressant peut dérégler le fonctionnement de la vessie. Sous la pression du liquide, les muscles de cet organe se distendent. Résultat : il perd sa capacité à se vider totalement ou partiellement. Ce trouble porte le nom de “rétention urinaire”.

Sources

Instagram @nosuchthingastmi

https://www.buzzfeed.com/shelbyheinrich/pee-just-in-case-tiktok

https://www.sudouest.fr/sante/pourquoi-ne-faut-il-pas-se-retenir-d-aller-aux-toilettes-1303016.php 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.