Les personnes âgées sont plus vulnérables face aux maladies cardiaques. Comprendre les facteurs qui peuvent amplifier ces risques est donc essentiel pour préserver leur santé. A ce sujet, une nouvelle étude menée par des chercheurs de la Friedman School of Nutrition Science and Policy de l’Université Tufts et du Cleveland Clinic Lerner Research Institute a quantifié le risque de maladies cardiovasculaires athérosclérotiques associé à la consommation de viande et identifie les voies biologiques sous-jacentes qui peuvent aider à expliquer ce risque.

Viande rouge : le microbiote produit des métabolites spécifiques lors de la digestion

L'étude a été menée sur 3 931 hommes et femmes américains de plus de 65 ans. Elle montre qu’une consommation de viande plus élevée est liée à un risque accru de maladies cardiovasculaires athérosclérotiques. Ce sont les pathologies provoquées par une accumulation de dépôts de graisses (cholestérol) sur les parois des artères.

“Ces découvertes aident à répondre à des questions de longue date sur les mécanismes reliant les viandes au risque de maladies cardiovasculaires”, a déclaré le co-auteur de l’article, Meng Wang, boursier postdoctoral à la Friedman School. “Les interactions entre la viande rouge, notre microbiote intestinal et les métabolites bioactifs qu’il génère semble être une voie importante de risque, ce qui crée une nouvelle cible pour d’éventuelles interventions visant à réduire les maladies cardiaques.”

En effet, les chercheurs ont montré qu’environ 10 % de ce risque plus élevé s’explique par une augmentation des niveaux de trois métabolites produits par les bactéries intestinales à partir de nutriments abondants dans la viande. Ces liens ont été trouvés pour la viande rouge, mais pas pour la volaille, les œufs ou le poisson.

Manger la viande rouge augmente les risques cardiovasculaires de 3 façons

“Il est intéressant de noter que nous avons identifié trois voies principales qui aident à expliquer les liens entre la viande rouge et transformée et les maladies cardiovasculaires - les métabolites liés au microbiome comme le TMAO [produit d’oxydation issu du foie], la glycémie et l’inflammation générale - et chacune d’entre elles semblait plus importante que les voies liées au cholestérol sanguin. ou la pression artérielle”, a déclaré le co-auteur principal, Dariush Mozaffarian, doyen à la Friedman School. “Cela suggère que, lors du choix d’aliments d’origine animale, il est moins important de se concentrer sur les différences de graisses totales, de graisses saturées ou de cholestérol, et plus important de mieux comprendre les effets sur la santé d’autres composants de ces aliments, comme la L-carnitine et fer héminique.”

La L-carnitine est un acide aminé naturellement présent dans la viande rouge et les produits laitiers. Elle joue un rôle dans la production d'énergie en transportant les acides gras dans les mitochondries (lieu de respiration cellulaire).

Des études supplémentaires sont maintenant nécessaires pour déterminer si ces résultats peuvent être généralisés à travers les âges et les nationalités.

Sources

https://medicalxpress.com/news/2022-08-links-red-meat-intake-gut.html

https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/ATVBAHA.121.316533?cookieSet=1 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.