Passionné, dynamique, altruiste… Les adjectifs ne manquent pas pour parler de Stéphane Cognon. Cet homme de 53 ans, marié et père de trois garçons raconte son histoire dans un livre “Je reviens d’un long voyage. Candide au pays des schizophrènes”. Ce récit commence alors que Stéphane est en terminale. Il ressent des angoisses, il se renferme sur lui-même et commence à avoir des hallucinations auditives et visuelles : “je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait” nous explique le cinquantenaire. Grâce à sa sœur interne en médecine, le diagnostic est rapidement posé : Stéphane décompense une Schizophrénie (le diagnostic sera donné bien plus tard). Il est alors pris en charge au Kremlin Bicêtre et hospitalisé. Le début d’une nouvelle vie qu’il qualifie aujourd’hui de renouveau.

A lire aussi :

J’ai pris conscience de ma schizophrénie après une rechute

Après une hospitalisation d’un mois et demi et un séjour dans une clinique dans le Sud de la France, Stéphane reprend le cours de sa vie d’étudiant avec un suivi psychologique et un traitement quotidien générant quelques effets secondaires : “au bout de 3 ou 4 ans, j’ai tout arrêté. Evidemment, les symptômes sont revenus et il a fallu tout reprendre à zéro. Cet épisode m’a fait peur, j’ai pris conscience de ma maladie” explique Stéphane. Le jeune homme continue sa route et accepte la main tendue de son papa qui lui propose de travailler dans son entreprise de travaux publics “j’ai poursuivi ma carrière dans cette boîte pendant 20 ans mais il y avait quelque chose enfoui en moi, quelque chose qui me manquait, je voulais m’occuper des autres.” Stéphane Cognon a une révélation : il va écrire un livre sur son parcours.

Mon expérience de malade peut aider les personnes perdues

“C’est grâce à ma femme que j’ai écrit ‘Je reviens d’un long voyage. Candide au pays des schizophrènes’, l'écriture de cet ouvrage m’a permis de combler mon envie de parler de la maladie. Je me suis dit qu’il y avait peut-être quelque chose à faire de ce côté là et j’ai essayé de le faire publier.” Pendant la promotion de son livre, Stéphane se constitue un réseau autour de la santé mentale, notamment des associations. C’est d’ailleurs le collectif schizophrénie qui lui parle du métier de pair aidance pour la première fois, une révélation pour Stéphane.

Il décide alors de suivre des études pour devenir médiateur santé pair : “ce métier réunit mon amour de la littérature et ma capacité d’empathie, je m’éclate” explique celui qui est devenu depuis plus de deux ans médiateur pair santé au sein du GHU Paris en psychiatrie et neurosciences (Groupe Hospitalier Universitaire Paris) ainsi que pair praticien en santé mentale en libéral. “Finalement, je me suis rendu compte que j’ai géré seul mon rétablissement et que le fait d’être acteur de ses soins ça change tout. Ce nouveau métier de pair aidant, c’est une façon complémentaire de soigner un patient en plus de l’équipe médicale.”

“Témoigner ça peut aider certaines personnes, et je peux parler de santé mentale de manière optimiste. D’ailleurs, mes enfants sont assez fiers, ils me considèrent comme un papa courageux. Aujourd’hui je peux dire que je suis fier de mon parcours et d’en parler” conclut Stéphane.

> Echangez avec un expert mutuelle et obtenez des devis personnalisés

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.