E319 : cet additif alimentaire affaibli le système immunitaire

Présent dans de nombreux aliments transformés, l’additif E319 pourrait affaiblir le système immunitaire et réduire l’efficacité des vaccins antigrippaux.
E319 : cet additif alimentaire affaibli le système immunitaireIstock

On le sait, la plupart des produits industriels sont bourrés d’additifs. Et ces derniers sont parfois plus ou moins nocifs pour la santé. C’est notamment le cas du E319, un antioxydant présent dans de nombreux aliments, qui aurait des effets indésirables sur notre système immunitaire.

L’E319 pourrait altérer l’efficacité des vaccins contre la grippe

Le butylhydroquinone tertiaire (BHQT), plus connu sous le code “E319”, est un conservateur alimentaire dérivé du pétrole. Et vous en avez forcément consommé un jour. On le retrouve, en effet, dans de nombreux produits comme la viande et le poisson surgelés, les soupes et bouillons instantanés, les huiles de cuisson, les chips, les biscuits, les glaces ou encore les céréales du petit-déjeuner.

Mais d’après une étude de l’université du Michigan (Etats-Unis), cet additif rendrait notre système immunitaire plus vulnérable, et pourrait altérer l’efficacité des vaccins antigrippaux. Après avoir réalisé des expériences sur des souris de laboratoire, les chercheurs ont constaté que l’E319 réduirait le nombre de lymphocytes capable d’identifier le virus de la grippe dans les poumons. Il ralentirait également l’activation des cellules capables de combattre l’infection.

Cet additif empêcherait l’organisme de reconnaître et combattre le virus

Résultat, "ces souris avaient une inflammation généralisée et une production de mucus dans leurs poumons", précise Robert Freeborn, doctorant et co-directeur l’étude. Dans une deuxième phase, les chercheurs ont montré que l’additif empêcherait le système immunitaire de se rappeler comment réagir face au virus de la grippe. Cela a entraîné une récupération plus longue et une perte de poids supplémentaire chez les cobayes.

“Il est crucial que l’organisme soit capable de reconnaître un virus, et de savoir comment le combattre efficacement. C’est tout l’intérêt des vaccins de stimuler cette mémoire et de produire une immunité”, explique Freeborn. “Mais le BHQT semble entraver ce processus”.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Yaourt : pourquoi il faut éviter ces produits