Hyperthermie (coup de chaleur) : quels signes, causes, et complications ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteL'hyperthermie ou coup de chaleur est l'augmentation dangereuse de la température d'un corps au-dessus de la valeur saine : 37 à 37,5 °C chez l'humain. Cette augmentation est due de l'accumulation de chaleur issue de l'environnement. Elle peut être locale ou générale. Quand s'inquiéter, qui consulter ? Le point avec le Dr Gérald Kierzek, urgentiste.

Définition : qu'est-ce que l'hyperthermie ?

L’hyperthermie maligne, ou coup de chaleur, désigne l’augmentation dangereuse de la température du corps habituellement à 37, 37,5°C. Un coup de chaleur est à différencier de la fièvre qui est une réaction inflammatoire. Alors que l'hyperthermie est une manifestation du corps qui lutte contre un agresseur. Elle résulte de l’accumulation de chaleur issue de l’environnement et non pas produite par le corps. La température corporelle n’est plus contrôlée par l’organisme (on parle de perte de la thermorégulation). Il s’agit d’une urgence médicale dont le traitement est d’autant plus efficace qu’il est mis en œuvre rapidement.

Il existe différents coups de chaleur :

  • L'hyperthermie liée à l’exercice : elle survient à l’effort chez un sujet sain. Elle est la conséquence d’un effort physique intense et prolongé pouvant être favorisé par une atmosphère chaude et humide.
  • L'hyperthermie classique : elle s’observe au repos généralement chez le nourrisson ou les personnes âgées avec des pathologies préexistantes, lorsqu’ils sont exposés à une température accrue notamment à l’occasion des vagues de chaleur (canicule) et liée à une exposition prolongée à des températures ambiantes élevées.
  • Les hyperthermies malignes : elles sont liées à des médicaments (neuroleptiques) ou produits d’anesthésie.

Le coup de chaleur est responsable d’une augmentation de la température corporelle à plus de 40°C associée à des signes neurologiques (qui deviennent d’une extrême gravité au-delà de 42°C).

L’hyperthermie engage le pronostic vital lorsque les capacités de thermorégulation de l’organisme, c’est-à-dire d’équilibre entre production et perte de chaleur, sont dépassées.

Photo : l'hyperthermie ou coup de chaleur se caractérise notamment par une fièvre supérieure à 40°C

Photo : l'hyperthermie ou coup de chaleur se caractérise notamment par une fièvre supérieure à 40°C© Istock

Chiffres : l'hyperthermie est-elle fréquente ?

Lors d’un rapport sur la « Surmortalité liée à la canicule d’août 2003 », l’INSERM a estimé que la surmortalité liée à la canicule de cette année là est d’environ 15 000 décès supplémentaires par rapport à la mortalité habituelle de cette période de l'année.

Quelles sont les symptômes de l'hyperthermie ?

Les symptômes sont généralement les suivants :

  • Température supérieure à 40°C sans origine infectieuse.
  • Signes neurologiques : étourdissements, vertiges, troubles de la vision., confusion, délire, convulsion, trouble de la conscience pouvant aller jusqu’au coma.
  • Nausées, vomissements.
  • Sudation excessive ou au contraire déshydratation.
  • Maux de tête.
  • Somnolence occasionnelle.

Quelles sont les causes de l'hyperthermie ?

L’hyperthermie peut avoir plusieurs causes :

  • Une trop forte exposition au soleil.
  • Une chaleur ambiante trop importante (notamment lors de canicule).
  • Une activité physique intense.
  • L’usage de drogues comme la cocaïne ou les amphétamines.
  • La prise de certains médicaments.

Quels sont les facteurs de risques d'hyperthermie ?

En plus du facteur environnemental, plusieurs autres raisons peuvent augmenter le risque d’hyperthermie :

  • L’âge du patient.
  • Les maladies cardio-vasculaires.
  • La prise de certains médicaments (pour le cœur, l’hypertension artérielle ou encore les psychotropes).
  • Le manque d’hydratation.
  • La consommation d’alcool.
  • Le manque de sommeil.

Quelles sont les personnes à risque d'hyperthermie ?

Sans prévention, l’hyperthermie peut toucher n’importe qui. Cependant, des personnes présentent des risques plus élevés :

  • Les âges extrêmes de la vie comme les nourrissons, les personnes âgées ou fragiles exposées au soleil de manière prolongée ou lors des canicules.
  • Les sportifs qui pratiquent leur activité de manière prolongée comme les marathoniens.
  • Les personnes pratiquant un effort physique sous forte chaleur comme les travailleurs des travaux public.

Combien de temps dure l'hyperthermie ?

L’hyperthermie doit être traitée le plus rapidement possible, dès les premiers symptômes, pour éviter les complications.

L'hyperthermie est-elle contagieuse ?

Aucun risque de contagion. 

Hyperthermie : qui, quand consulter ?       

Il faut consulter le plus rapidement possible, dès les premiers symptômes. Soit un médecin généraliste, soit directement aux urgences.

Quelles peuvent être les complications de l'hyperthermie ?      

En l’absence de traitement, l’évolution d’un coup de chaleur peut rapidement être défavorable. La mortalité, peu importe la cause, survient dans 30 à 50 % des cas et des séquelles parfois définitives sont également possibles. En fonction de la durée d’une hyperthermie et de l’importance des lésions cérébrales, des séquelles neurologiques sont observées dans 20 à 30 % des cas : ataxie (trouble de la coordination des mouvements), troubles sensoriels, vertiges…

Quels sont les examens et analyses en cas d'hyperthermie ?        

Un examen clinique sera réalisé par un médecin, notamment pour différencier l’hyperthermie maligne d’une infection par exemple. Certains examens complémentaires comme une prise de sang ou d’urine peuvent être réalisés pour trouver son origine. 

Photo : le diagnostic de l'hyperthermie peut comprendre une prise de sang

Photo : le diagnostic de l'hyperthermie peut comprendre une prise de sang© Istock

Traitements : quels sont les bons gestes en cas d'hyperthermie ?

Les médicaments ne sont pas efficaces pour traiter les coups de chaleur. Cependant plusieurs méthodes existent :

  • La surveillance de la température par monitoring (surveillance à l'aide d'un moniteur).
  • Le refroidissement du malade : le déshabiller, appliquer des linges froids et humides, ventilation de l’air…
  • Prendre des mesures d’hydratation importantes.
  • La réanimation médicale.

Photo : patient dans un service de réanimation

Photo : patient dans un service de réanimation© Creative Commons

© CC : Rcp.basheer — Travail personnel - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0

Prévention : comment éviter l'hyperthermie ?

Chez les personnes à risque comme les personnes âgées, mieux vaut éviter l’isolement ainsi que l’exposition à la chaleur. Il faut penser à se protéger du soleil et à porter des vêtements légers en cas de fortes chaleurs. Favoriser les espaces climatisés tout en limitant l’exercice physique. Et surtout penser à s’hydrater même sans sensation de soif. Les plans caniculaires coordonnés par les préfets sont à suivre avec attention. 

Source(s):

https://www.inserm.fr/sites/default/files/2017 11/Inserm_RapportThematique_SurmortaliteCaniculeAout2003_RapportFinal.pdf

P. Hausfater et B. Riou, Hyperthermie de l'adulte et coup de chaleur, 2007, EMC

Dr Gérald Kierzek, Ayez les bons réflexes, Fayard 

Hyperthermie - Coup de Chaleur Item ECN. NA., CeMIR