Troubles du sommeil : quelles maladies cachent-ils ?

Publié le 28 Mars 2011 par Lucie Pehlivanian, journaliste santé
Validé par : Pr Michel Billiard, Spécialiste du sommeil
Environ un quart des Français souffre d'un mauvais sommeil. Insomnies, somnolences le jour, ces troubles ne sont pas à prendre à la légère. Ils peuvent cacher ou générer de réelles maladies, parfois graves.
Publicité

Dépression et troubles du sommeil sont très liés

On l'ignore souvent mais certains troubles du sommeil peuvent être liés à des troubles psychiatriques plus au moins profonds. Fréquemment, les troubles du sommeil sont liés à l'insomnie et la dépression.

"On sait qu'environ 80% des personnes dépressives se plaignent d'insomnies", note Michel Billiard professeur de neurologie et spécialiste du sommeil. D'après un rapport sur le sommeil datant de 2006, 30 à 50% des insomnies sont associées ou secondaires à des troubles anxio-dépressifs (1). L’insomnie peut être un signe de survenue de dépression, un de ses symptômes et un facteur de rechute.

Publicité
Publicité

Par ailleurs, la prise d'antidépresseurs ou d'anxiolytiques, médicaments fréquemment prescrits pour des troubles dépressifs, peut faire apparaître ou aggraver des pathologies du sommeil.

L'insomnie est la maladie du sommeil la plus répandue. "Il existe une dizaine de formes d'insomnies différentes, qui ne relèvent pas des mêmes traitements, d’où l’importance d’un bon diagnostic. Le diagnostic de la forme d’insomnie en cause doit être fait par le médecin traitant et dans certains cas par un spécialiste du sommeil", explique Michel Billiard.

Bien que très fréquentes, les insomnies ne doivent donc pas être prises à la légère et doivent amener à consulter si elles se répètent.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X