Sommaire

Notre microbiote intestinal serait-il une véritable fontaine de jouvence ? Dans la quête de la jeunesse éternelle, il semblerait que la transplantation du microbiote fécal soit un moyen de lutter contre le vieillissement. Selon une récente étude anglaise publiée le 29 avril dernier dans la revue scientifique Microbiome, la transplantation du microbiote fécal de jeunes souris dans des souris âgées a permis d'inverser les signes du vieillissement dans l'intestin, les yeux et le cerveau.

À la lumière de cette étude, les transplantations fécales pourraient être envisagées comme un moyen d'inverser le processus de vieillissement. Les scientifiques du Quadram Institute et de l'Université d'East Anglia, en Angleterre, ayant réalisé ces travaux ont à l’inverse apporté la preuve que la transplantation de microbes intestinaux provenant de souris âgées provoquent une inflammation dans le cerveau des jeunes receveurs et appauvrissent une protéine clé nécessaire à une vision normale.

Transplantation fécale : inverse les changements néfastes dans l'intestin, l'œil et le cerveau

L'inflammation chronique liée à l'âge a en effet été associée à l'activation de cellules immunitaires spécifiques présentes dans le cerveau. Ces cellules étaient également suractivées chez les jeunes souris ayant reçu des greffes de microbiome âgé. Dans l'œil, l'équipe a également constaté que des protéines spécifiques associées à la dégénérescence rétinienne étaient élevées chez les jeunes souris ayant reçu un microbiote provenant de souris âgées.

En effet, pour mieux comprendre les effets des modifications du microbiote intestinal dans le processus de vieillissement, les scientifiques ont transféré les microbes intestinaux de souris âgées dans des souris jeunes en bonne santé, et inversement. Ils ont ensuite étudié l'impact de ces modifications sur les signes inflammatoires du vieillissement dans l'intestin, le cerveau et l'œil, dont les fonctions déclinent à un âge avancé. Ils ont ainsi constaté que la transplantation du microbiote des souris âgées entraînait une perte d'intégrité de la paroi de l'intestin chez les plus jeunes, permettant ainsi aux bactéries de passer dans la circulation, ce qui a pour effet de déclencher le système immunitaire et l'inflammation dans le cerveau et les yeux.

Intestins : les microbes régulent certains effets néfastes du vieillissement

Or, chez les souris âgées, ces changements néfastes dans l'intestin, l'œil et le cerveau peuvent être inversés par la transplantation du microbiote intestinal de souris jeunes. Le microbiote des jeunes souris et des vieilles souris qui ont reçu des greffes de microbiote jeune était en effet enrichi en bactéries bénéfiques qui ont été précédemment associées à une bonne santé chez les souris et les humains.

Ces résultats démontrent que les microbes intestinaux peuvent jouer un rôle dans la régulation de certains des effets néfastes du vieillissement et ouvrent la voie à des thérapies basées sur les microbes intestinaux pour lutter contre le déclin à un âge avancé.

"Cette étude révolutionnaire fournit des informations sur la façon dont les microbes intestinaux régulent certains effets néfastes du vieillissement, fournit des preuves de l'implication directe des microbes intestinaux dans le vieillissement et le déclin fonctionnel du cerveau et de la vision, et offre une solution potentielle sous la forme d'une thérapie de remplacement des microbes intestinaux", détaille le professeur Simon Carding, de la Norwich Medical School de l'UEA et responsable du programme de recherche sur les microbes intestinaux et la santé à l'Institut Quadram.

"Cette étude renforce l’intérêt autour de l’équilibre microbien, bien qu'il soit nécessaire d'effectuer d'autres travaux chez l’être humain. La science du microbiote n’est pas encore arrivée à un stade suffisant de maturité pour l’utiliser avec certitude. Elle reste cependant une piste tout à fait passionnante", confirme le Dr Christophe de Jaeger auprès de Doctissimo.

Un espoir pour les maladies dégénératives de l'œil et du cerveau

"Nous avons été enthousiasmés de constater qu'en modifiant le microbiote intestinal des personnes âgées, nous pouvions sauver les indicateurs du déclin associé à l'âge, communément observé dans les maladies dégénératives de l'œil et du cerveau", s’est réjoui l'auteur principal de l'étude, le Dr Aimee Parker du Quadram Institute. Il espère que ces résultats "contribueront à terme à la compréhension de la manière dont nous pouvons manipuler notre régime alimentaire et nos bactéries intestinales pour maximiser la bonne santé à un âge avancé".

Si cette étude a été réalisée sur des souris, des voies similaires existent chez l'homme, et le microbiote intestinal humain change également de manière significative à un âge avancé, mais les chercheurs mettent en garde contre l'extrapolation directe de leurs résultats à l'homme tant que des études similaires n'auront pas été réalisées sur des personnes âgées. Une nouvelle installation pour la thérapie de remplacement du microbiote, également connue sous le nom de transplantation de microbiote fécal, est en cours de construction à l'Institut Quadram, ce qui facilitera de tels essais, ainsi que d'autres essais pour des conditions liées au microbiote.

Efficace pour les patients atteints de leucémie

Unne étude clinique menée par le laboratoire pharmaceutique lyonnais Maat Pharma de juillet 2018 avait déjà établi l'intérêt de la transplantation fécale chez les personnes traitées pour un cancer du sang, et dont la flore intestinale est altérée par les traitements lourds. En effet, selon ces travaux a près la ré-administration du microbiote d'avant-traitement, suite à la première chimiothérapie et antibiothérapie, 90% du microbiote intestinal des patients ayant participé à l'étude a pu être reconstruit. "Immédiatement après la transplantation fécale, les patients ont retrouvé un transit normal et une santé intestinale et générale". Une santé intestinale qui permet par la suite une meilleure réception de la suite du traitement. Les patients pourraient en effet recevoir une greffe de moelle osseuse après les traitements lourds contre la leucémie. D'autre part, selon l'étude, une survie à un an a également pu être observée dans 84% des cas.

"La transplantation fécale a un avenir important en clinique et son utilisation bénéficiera de l'identification des acteurs principaux qui sont efficaces, et des réseaux microbiens qui se reconstruisent et sont les garants de la reconstruction fonctionnelle de l’écosystème", concluait Joël Doré, directeur de recherche à l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et conseiller scientifique de MaaT Pharma.

Ne tentez surtout pas de le faire vous-mêmes

Attention toutefois à ne surtout pratiquer cette transplantation fécale vous-même. En effet, si ce conseil paraît évident, de nombreuses personnes tentent grâce à des tutos trouvés sur internet de réaliser eux-mêmes leur greffe fécale. Une manoeuvre qui s'avère évidemment très risquée. Il faut avant tout rappeler que les chercheurs manquent de recul pour savoir si elle est bénéfique pour tous les malades. Il est en outre également possible que vous vous injectiez des mauvaises bactéries à la place des bonnes, faute d’outils médicaux appropriés.

D’après le Dr Colleen Kelly, médecin et chercheuse à sein de la “Brown Medicine Gastroenterology and Liver Research”, “c’est un mouvement qui n’est pas nouveau, mais qui continue de croître”. Le risque que les donneurs ne soient pas vérifiés est également majeur. La sélection du donneur doit en effet répondre à des critères spécifiques afin de limiter au maximum le risque infectieux.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Fecal microbiota transfer between young and aged mice reverses hallmarks of the aging gut, eye, and brain, 29 avril 2022.

https://microbiomejournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40168-022-01243-w

Fecal transplants reverse hallmarks of aging, sciendaily.com, 4 mai 2022.

https://www.sciencedaily.com/releases/2022/05/220504082622.htm

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.